Calibrer le coeur de la douceur – amertume

Dr. Michael LaitmanQuand l’esprit est d’accord que la vérité est dans le don, une personne doit travailler sur son cœur, qui, selon sa nature sent la réception comme douce et le don comme amer. Travailler dans la conversion de la réception de don est le travail du cœur. Logiquement, je suis d’accord que la vérité est le don et maintenant je dois sentir la douceur dans le don sans réserve. Ce but est atteint par l’habitude, en raison de l’exécution tout d’abord de certaines actions avec vigueur : l’écoute de ce que les amis disent, les envier et en essayant de faire ce qu’ils font.
Ces actions, qui sont contre mon gré, tire la Lumière qui me ramène vers le bien. Après tout, il ne s’agit pas de l’esprit qui peut être persuadé, mais du cœur, des désirs. Seule la lumière peut changer le désir, car elle l’a créé en premier lieu. Donc, si je travaille systématiquement afin d’attirer la lumière environnante sur mes désirs, je commence progressivement à sentir l’importance du don.
Il faut plusieurs années. Après tout, dès mon arrivée  la première semaine, je suis venu pour apprendre et juste parler de la grandeur du don. Je vois comment les amis parlent de lui et je répète comme eux, comme un bébé qui répète ce que disent les adultes, même s’il ne comprend pas ce que cela signifie. Mais je joue consciemment des actions de don envers les amis, ce qui signifie que j’étudie avec eux dans le but d’attirer la Lumière qui ramène vers le bien, donc elle va me changer.
Je continue de penser à la Lumière va changer mon attitude vis à vis du don. Le don doit être plus que juste une vérité théorique que je reconnais dans mon esprit grâce à la preuve obtenue. Maintenant, je suis à la recherche de la lumière qui va changer mon cœur, je vais sentir la douceur dans le don.
Une partie de la douceur qui se fait sentir dans le don est le résultat de mes actions. Si j’aide les amis, je reçois une réponse positive de leur part et je sens déjà la douceur. Ils me traitent bien, en réponse à mon don et je commence à me respecter pour leur avoir donné et pour avoir aidé les autres. Cela signifie que je commence à changer d’attitude à l’égard du don même par des actes corporels simples qui me permettent de sentir son goût doux et agréable.
Mais le changement le plus important dans le goût se fait par la Lumière qui ramène vers le bien. Tout ce travail est appelé le travail du coeur.
De la 1ère partie du quotidien de Kabbale 30/07/13 leçon, Shamati n ° 148 «L’examen de l’amertume et de la douceur, du mensonge et de la vérité »

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed