Une façon spéciale de respirer

congrès, groupeAtteindre le Créateur dépend de la tension ou de la densité de notre connexion. Que signifie la densité ? De combien nous sommes connectés compactement et étroitement ensemble. Nous devons entrer dans l’autre, de sorte qu’il n’y aura plus rien en moi et je serai dans les autres. C’est ce que tout le monde devrait faire, chacun de nous dans tout le monde. Il n’y a rien qui soit laissé sauf le corps. Tout ce que nous appelons l’âme, le point dans le cœur, nos désirs sont tous dans le groupe.
L’environnement qui absorbe me permet de me dissoudre. Le groupe doit-il penser comment faire cela? Franchement, nous n’avons jamais parlé de cette question.
Pour la première fois dans ce congrès, je sens que je peux déjà commencer à parler de quelle manière établir un tel environnement, quand en étant éloigné artificiellement les uns des autres, nous élargissons la distance entre nous afin de la remplir avec la Lumière de Hassadim. Ensuite, nous faisons le contraire, nous nous contractons en resserrant les liens entre nous, cette fois afin de la remplir avec de la lumière de Hokhma. Nous devons atteindre progressivement ce type de respiration par les actions que nous effectuons ensemble, mais elle se remplira après nous nous connecterons. Ensuite, nous serons en mesure de l’accomplir.
Pouvez-vous imaginer le travail qui est fait dans le groupe? Nous devrions tous travailler ensemble, se comprendre, sentir autrui  intérieurement. Les mots ne peuvent l’exprimer en aucune façon. C’est ainsi que les kabbalistes travaillent, en créant un espace intérieur en eux pour la révélation du Créateur car ils répandent et se contractent à chaque fois.
Du congrès de St. Petersbourg 13.07.13, Leçon 4, jour 2

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed