Enchainés

Dr. Michael LaitmanNotre problème est que nous sommes «enchainés», capturés dans le réseau qui nous lie, nous enferme et détermine toutes nos valeurs. Nous nous habillons juste d’une certaine façon, mangeons certains aliments, travaillons comme prescrit, nous comportons comme il se doit, et adhérons à la méthode standard de pensée.
Nous n’avons pas de propres goûts, mais nous avons des habitudes que la société nous a inculquée. Elle nous donne nos croyances et nos actions, elle nous touche aujourd’hui à travers ses canaux, dont certains ne peuvent être ni reconnus ni tracés. Nous ne pouvons pas les arrêter par  un mécanisme de protection qui bloque les pensées et les désirs d’un grand environnement.
En conséquence, une personne ne sait pas qui elle est en fait. En effet, elle est placée dans le système, programmée et remplie avec des messages qui ont initialement aucun rapport avec elle. Il n’y a rien que vous puissiez faire à ce sujet, vous ne pouvez pas éliminer ni les enlevez. Même le désir d’échapper à ces embrayages est également implanté en nous par ce système. Il s’avère que j’ai accumulé des pensées et des désirs qui ne sont pas de moi, et moi, je n’existe pas du tout.
Même si je ne suis pas libre et je suis «fait» par l’environnement, seul le point dans le cœur, si il émerge en moi, me donne la possibilité de construire en moi quelque chose qui ne dépend pas de n’importe quoi et de n’importe qui, quelque chose causé par un autre monde.
Dans mon monde, je suis déjà «fini», «préparé». Ici, je n’attendrai jamais mes propres sentiments, raison, et actions indépendantes. Dès le début, ils ne sont pas à moiparce que tout ce que j’ai, je l’ai reçu d’autrui, du monde.
Pourtant, ce «singe» est en mesure de prendre une forme différente – la forme de l’homme (Adam), similaire (Domé), au Créateur. Si le point est apparu dans mon cœur, je peux me développer par mes propres efforts dans un environnement spécial, je peux construire un monde complètement différent. Je crée une «bulle» au milieu de notre monde et me développe librement dedans si je me réalise mon libre choix.
Cependant, j’obéis, mais j’obéi volontairement, selon mes propres décisions- me soumettant devant l’influence mon nouvel environnement unique avec ses valeurs uniques. C’est le seul moyen. Je ne possède rien.
Par conséquent, en acceptant l’influence de l’environnement extérieur, je suis en «exil». Inversement, en me plaçant sous l’influence de l’environnement spécial, je m’efforce de sortir de l’exil et finalement me débarrasse de l’influence extérieure de d’une société égoïste de « propriétaire ».
Il est entendu à partir de cela que l’exil du peuple d’Israël signifie se retirer de l’influence du monde extérieur large et de l’assimilation de coutumes étrangères, de valeurs externes, en les remplaçant par l’amour du prochain comme soi-même. D’autre part, en essayant de sortir de l’exil, nous construisons l’environnement qui sera imprégné des valeurs de l’amour et du don. Ceci est possible grâce à la sagesse de la Kabbale ou au moyen de l’éducation intégrale. De toute façon, il n’y a qu’un seul moyen: l’environnement qui met l’unité au-dessus de tout.
De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 12/08/13, Écrits du Baal HaSoulam

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed