Aspirer à l’inconnu

Dr. Michael LaitmanIl est écrit dans Divré Hayamim I (Chroniques 1) 28:9: « connaîs le Dieu de Tes pères et sers Le ». Connaître signifie être conscient, car Nefesh, c’est le désir en lui-même, ne peut exister sans conscience, sans sensation qu’il y a quelque chose de clair, quelque chose de précis en son sein. Le désir doit sentir et définir ses sensations et les comparer.
En collaboration avec la compréhension des sensations, une satisfaction apparaît, vous voyez que la personne s’efforce et aspire à servir vraiment le Créateur. C’est ce qui est en nous, c’est ce qui nous pousse. Nos vies sont si désorientées qu’elles nous cachent ce que nous sommes vraiment en train de faire.
Nous faisons aussi maintenant tout que nous sommes tenus de le faire, seul l’état vrai, ùais le vrai monde dans lequel nous sommes nous est caché. Nous sentons comme une ombre sur notre état véritable et tout ce que nous faisons est dirigé vers la reprise de conscience de cet état inconscient. Mais avec cela, ni notre monde, ni les actions que nous faisons en son sein vont changer, mais plutôt, nous allons les voir sous une autre forme.
La personne qui ne comprend pas que son désir, son aspiration, tout ce qu’il fait est pour l’amour du développement égoïste (peu importe  de qu’elle fait dans notre monde), toutes nos actions sont subordonnées à une seule chose et sont dirigées vers elle : le désir de percevoir le Créateur. Et jusqu’à ce que nous percevions le Créateur, l’origine qui nous éclaire et nous donne la vie, nous n’aurons pas de répit et nous nous sentirons toujours mal. En d’autres termes, l’origine de tous nos sentiments négatifs est la dissimulation du Créateur, tandis que sa découverte nous donne satisfaction, l’ecstase, qui est le but de la création.
La personne aspire à percevoir le Créateur dans toutes ses actions, à la fois consciemment et inconsciemment. Vous voyez, c’est comme si nous désirions et étions prêts à même  annuler notre ego en quelque sorte pour nous connecter ensemble: «Mettez devant nous toutes les conditions prévues pour l’existence que nous pouvons satisfaire, alors nous serons prêts à Te découvrir. »
Mais même si nous sommes poussés ainsi, pas même les désirs permanents ne sont suffisants. Même si nous nous rassemblons, connectons, chantons, crions, dansons, apprenons, travaillons sur la connexion, peu importe ce que nous faisons et combien nous nous efforçons, nos efforts ne porteront pas leurs fruits si la Lumière du Créateur ne les illuminent pas.
Par conséquent, nos efforts ne doivent pas être spontanés ou temporaires. Ils doivent être cristallisés dans la bonne forme, avec intensité, dans la direction,  afin d’attirer la Lumière du Créateur sur nous. Sans l’influence de la lumière, notre nature resterait la même nature égoïste et nous « mijoterions » et aucun changement qualitatif n’aurait lieu en nous.
Du congrès de Saint-Pétersbourg « jour 3 » 14/07/13, Leçon 5

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: