Une douce persuasion fait voler en éclat l’avancée

Dr. Michael LaitmanLe problème est qu’une personne est satisfaite de ce qu’elle a gagné. Elle a atteint un certain état et sent qu’elle a réussi quelque chose, compris et ressenti quelque chose. Et puis elle veut développer le même degré : devenir plus intelligente en cela, comprendre et ressentir plus. Elle commence à se développer dans le même état comme si c’était « en largeur », à la recherche de quelques citations relatives à ce niveau qu’elle a atteint dans son cœur et son esprit.

Elle se plonge dans cet état et veut y rester. C’est comme si elle voulait rester un enseignant de l’école primaire, avec des classes de 6 à 11 ans, travaillant sur le même niveau tout le temps, mais en allant de plus en plus profondément dans la matière et améliorant ses compétences. Mais est-ce une bonne chose ou est-ce encore profitable de devenir un enseignant du secondaire, avec des classes de 12 ans et plus ?

Si elle commence à s’élever ici, alors il y a des choses qu’elle a besoin d’étudier, de comprendre. C’est ainsi que les problèmes commencent, les maux de tête et la pression. C’est ainsi que les forces égoïstes (Klipa) agissent, ce qui nous permet de travailler : « S’il vous plaît, travaillez dans l’état dans lequel vous êtes maintenant. N’avancez pas, ne montez pas plus haut ! »

Pour monter plus haut, vous avez besoin de la force supérieure. Soit elle vous réveillera et vous tirera, soit vous serez attiré par le groupe. Mais nous savons que « Celui qui accroît la connaissance, accroît la souffrance. » C’est pourquoi il est si difficile d’avancer et les forces qui nous freinent sont appelées la « coquille » (Klipot). La Klipa promet une vie douce et nous cajole : « Reste avec moi ! Je vais te couvrir et tu te sentiras au chaud, dans le confort et le calme. » Et vous vous détendez, en vous appuyant sur ces promesses et c’est fini pour vous.

Là est le problème. Si la Klipa avait montré son vrai visage, si vous aviez vu comment elle vous arrête, en ne vous permettant pas d’obtenir une connaissance, un énorme accomplissement, alors vous auriez combattu contre elle. Mais le problème dans son ensemble est que cela vous calme et en une fraction de seconde vous attrape et aspire l’épanouissement hors de vous. Et ça marche à cause de sa douceur que vous ressentez en étant un peu détendu ou en somnolant en classe… C’est le travail de base de la Klipa.

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale du 12/08/13, Le Livre du Zohar – Introduction

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: