Celui qui ne demande pas pour lui reçoit deux fois plus

Dr. Michael LaitmanLa spiritualité commence à partir de la restriction. La restriction signifie qu’une personne ne demande rien pour elle-même . Son désir se ferme devant son propre plaisir et elle l’utilise dans le seul but de donner. Si elle peut donner, elle l’utilise et si elle ne peut pas, alors elle ne l’utilise pas . C’est comme si il y avait un interrupteur en elle, un déclencheur qui ne fonctionne que dans un sens.
C’est comme un ordinateur qui peut être dans un état de 0 ou de 1 , et pas autre chose. S’il n’y a pas personne à qui il puisse donner, c’est l’état 0 , et si il y a quelqu’un à qu’il peut donner, il est 1. Cela signifie que je m’ouvre , j’accepte les lacunes de l’autre et les transmets au Créateur. C’est ainsi que Malkhout veut ressembler à Bina. Elle restreint son propre désir, et le l’empêche de utiliser dans son propre intérêt, mais grâce à cela, emme peut sentir les manques des autres. C’est ce qu’on appelle  » faire votre désir comme Son désir « , mais en ce qui concerne les êtres créés.
En acquérant les désirs des autres, je les transmets au Créateur comme une prière , MAN et obtiens une réponse en fonction de la règle: « Le premier-né reçoit deux fois plus », pour lui et pour la partie inférieure. Je n’ai besoin de rien pour moi, mais je reçois deux fois plus car mon désir a changé et maintenant j’y inclus la carence de l’autre. Ainsi je nous remplis tous les deux.
Je remplis mon désir de donner et non le désir de recevoir ! Quand je transmets un désir de donner à l’autre, je transmets d’abord la Lumière qui ramène vers le bien et puis l’incorpore en moi, ce qui signifie que je l’ajoute comme l’ AHP du supérieur. Quand il est prêt à s’annuler devant moi, je lui transmets la force qui lui permet de construire son propre récipient et de recevoir la farsatisfaction  pour lui-même .
Il s’avère que notre travail avec le public est divisé en plusieurs phases. Nous devons d’abord travailler en nous dans le but d’acquérir le désir de donner à la population. Ce ne devrait pas être un désir de donner pour le bien de l’auto- plaisir, mais vraiment dans le but de donner. Je travaille avec mon désir de ne recevoir que pour donner.
Ainsi, nous réveillons le public et il est impressionné par le fait qu’il ne peut satisfaire ses désirs égoïstes. Mais grâce à leur connexion à nous et l’intégration mutuelle , il reçoit la force de correction et corrige leurs désirs. Ensuite, nous pouvons relever un double prière , MAN et recevoir une double réponse : pour nous et pour ceux pour qui nous avons demandé et c’est ainsi que nous remplirons nos récipients collectifs de réception.
De la préparation à la leçon quotidienne de Kabbale 21/08/13

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: