Les sciences sociales sont derrière les sciences naturelles

Dr. Michael LaitmanAvis (de Nicholas A. Christakis, physicien et sociologue à l’Université de Yale, co-directeur de l’Institut de Yale pour la Science du Réseau) : « Les sciences naturelles évoluent avec le temps. La perfection des techniques de clonage a donné lieu à la biologie des cellules souches ; les progrès de l’informatique ont contribué à la biologie des systèmes.

En revanche, les sciences sociales ont stagné. Elles offrent essentiellement le même ensemble de départements et de disciplines universitaires qu’elles ont depuis 100 ans environ : la sociologie, l’économie, l’anthropologie, la psychologie et les sciences politiques. Ce n’est pas seulement ennuyeux mais aussi contre-productif, contraignant l’engagement avec l’avant-garde scientifique et étouffant la création de connaissances nouvelles et utiles. Une telle inertie reflète une insécurité et un conservatisme inutile, et contribue à expliquer pourquoi les sciences sociales ne jouissent pas du même prestige que les sciences naturelles.

Une des raisons pour lesquelles les citoyens, les politiciens et les donateurs universitaires manquent parfois de confiance dans le domaine des sciences sociales est que les chercheurs en sciences sociales manquent trop souvent la chance de crier victoire et de passer à de nouvelles frontières… Ainsi les sciences sociales devraient consacrer un petit palais de garde pour des sujets bien établis et redéployer la plupart de leurs forces vers de nouveaux domaines comme les neurosciences sociales, l’économie comportementale, la psychologie évolutionniste et l’épigénétique sociale, dont la plupart (et ce n’est pas un hasard) se situent à l’intersection des sciences naturelles et sociales. L’économie comportementale, par exemple, a utilisé la psychologie pour remodeler radicalement l’économie classique.

Les nouveaux départements de sciences sociales pourraient également contribuer à une meilleure formation des étudiants en s’engageant dans de nouveaux types de pédagogie. Par exemple, dans les sciences naturelles, même les étudiants de première année font des expériences de laboratoire. Pourquoi est-ce rare dans les sciences sociales ? Lorsque les élèves apprennent les phénomènes sociaux, pourquoi ne pas aller au laboratoire pour les examiner – comment les marchés atteignent l’équilibre, comment les gens coopèrent, comment les liens sociaux se forment-ils ? Des outils nouvellement inventés rendent cela faisable. Il est maintenant possible d’utiliser l’Internet pour recruter des milliers de personnes afin de participer à des expériences aléatoires. »

Mon commentaire : Faire avancer le développement des sciences sociales est lié aux changements dans la société, à la société qui acquiert une nouvelle propriété du don sans réserve et de l’amour. Les scientifiques qui étudient les processus sociaux n’ont pas encore cette propriété, et par conséquent, ils ne peuvent pas l’examiner.

Tout d’abord, ils ont besoin d’acquérir par eux-mêmes de nouvelles propriétés et d’étudier ainsi la façon dont elles naîtront et se manifesteront dans la société. De ce fait précisément, les scientifiques doivent apprendre eux-mêmes, puis explorer la manifestation de ces forces dans notre monde et les expliquer à de larges cercles de la société, au point de créer de nouvelles disciplines.

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed