Nous ne pouvons pas comprendre ni évaluer le Créateur

Dr. Michael LaitmanIl est dit dans le Zohar : «Il n’y a personne comme toi parmi tous les sages des nations du monde.  » Nous parlons ici de discernements intérieurs d’une personne. Cohen (prêtre), Lévi et Israël sont appelés Juifs, car ils sont attirés par l’unité (qui a la même racine en hébreu). Les scientifiques et les philosophes ont le désir humain d’atteindre la même chose, mais c’est purement théorique sans aspirations pour le changement et l’auto-correction.
Ce travail est que dans l’esprit et non dans le coeur. Mais nous devons corriger le cœur, ce qui signifie les désirs d’une personne. Les philosophes, d’autre part, veulent faire la même chose mais dans leur esprit et donc se trompent et se livrent à  » l’idolâtrie « , créant toutes sortes de fantasmes dans leur esprit.
Toutes les propriétés, sauf pour Israël (ceux qui visent Yashar El, droit à Dieu) sont appelées les nations du monde, car elles ne sont pas attirées par l’adhésion au Créateur afin de Le ravir. Les nations du monde sont divisées en soixante-dix nations et Israël est divisé en 12 tribus et en de nombreuses autres parties, ce qui signifie que la division est infinie. Dans le même temps, chacun de nous est incorporé dans tout le monde. Cela se produit en raison de la brisure des récipients, comme une préparation pour nous.
Alors, quand nous lisons dans le Livre du Zohar sur un philosophe ou d’un droit nous devons les considérer des propriétés en nous. Toute la Torah est écrite à propos d’une personne qui comprend le monde entier à l’intérieur d’elle. La question est de savoir si cette personne est créée comme quelqu’un pouvant atteindre le Créateur avec les récipients internes qui lui ont été donnés : son désir de recevoir et la sagesse de l’esprit.
Bien sûr que non ! L’expansion de nos récipients avec lesquels nous atteignons le Créateur et non pas pour philosopher à son propos, comme les sages de toutes les nations du monde, se fait uniquement par la force supérieure qui nous fournit un Massakh ( écran) et la lumière réfléchie. C’est un tout autre élargissement des récipients par rapport à ceux que nous pouvons développer par la sagesse.
Si une personne études quelque chose de logique, elle acquiert la sagesse, l’esprit et les connaissances générales. Mais ses récipients de perception pour atteindre le système divin, le système de la gouvernance supérieure, ne sont pas développés par elle. Elle n’apprend pas les forces qui opèrent sur elle, elle n’étudie pas le Créateur. Après tout, le Créateur ne peut être saisi que par l’acquisition de Ses attributs. Si une personne ne change pas ses propriétés, alors elle est toujours celle qui reçoit sous la domination de son désir de recevoir et de l’esprit qui sert le désir de recevoir, en essayant de le remplir.
C’est ainsi que nous fonctionnons dans ce monde et il n’y a rien que nous puissions faire à ce sujet. Si nous ne recevons pas de l’aide d’en haut qui élargit nos récipients de perception et nous donne de nouveaux récipients du don, nous ne pourrons pas atteindre le Créateur. Nous n’aurons aucune idée de ce qu’est la divinité ou le monde spirituel.
De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 18/08/13 , Le Livre du Zohar – Introduction

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: