Audit spirituel

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam , « Introduction au Livre du Zohar» , article 17: Nous sommes donc déjà dans la mesure même de perfection adéquate, et en concordance avec l’Opérateur parfait qui nous a façonnés, même dans notre second état, car ce corps ne peut pas nous nuire en quoi que ce soit, puisqu’il est sur le point de mourir et de disparaître, et qu’il ne nous sert que le temps nécessaire à son annulation et à la réception de notre forme éternelle.

Comme il est écrit : «J’ai créé le mauvais penchant .  » Il s’agit de la forme corrompue qui se révèle en nous, afin que nous nous annulions. En faisant cela, nous atteingnons la pleine profondeur de la création et venons à connaître la force supérieure, la seule, l’unique. C’est la façon dont elle fonctionne. Nous devons être reconnaissants pour avoir des circonstances qui nous permettent d’agir d’une certaine manière, en remontant donc au niveau du Créateur.

Dans ce monde, tout en apprenant quelque chose, nous restons ce que nous sommes, avec l’ajout de quelques connaissances de ce qui nous est extérieu. Dans la spiritualité, de nouvelles choses se révèlent intérieurement et viennent à nous à travers nos désirs et nos racines.

En conséquence, nous changeons constamment et renaissons  à chaque instant. Chaque changement interne nous transforme en quelqu’un d’autre. Notre nouvelle forme n’est en aucune façon connectée auxs états antérieurs, c’est-à-dire à quelque chose qui, auparavant, nous est arrivé avant qu’une nouvelle action spirituelle n’ait émergé en nous.

Il n’y a rien sauf un enchaînement de causes et d’effets. En dehors de cela, toutes nos pensées et sensations sont acquises à un nouveau niveau diffèrent de l’étape précédente.

Nous devons nous préparer pour cela et nous préparer à passer par diverses conditions alors que nous sommes encore au niveau préparatoire. Le désespoir, la déception, l’apathie et l’indifférence sont remplacés par l’enthousiasme et l’excitation. Nous passons par toute la gamme des sensations qui nous permet de nous analyser et de voir le états antérieurs disparaissant lors de la transition vers de nouveaux sommets.

A ce moment, l’amplitude entre nos ascensions et chutes n’est pas si grande, pas plus que les divers détails de notre perception du monde. Néanmoins, nos sensations animales peuvent être opposées aux jugements que nous portons. Par exemple, quand nous tombons au plus bas, nous considérons cet état comme l’ascension vers un nouveau sommet. La chose principale est de réaliser de qui nous obtenons les descentes et ce qu’Il veut que nous atteignons en nous les envoyant . Ou ce pourrait être l’inverse: L’euphorie, comme prendre de la drogue ou gagner au loto, peut être considérée comme une impasse qui ne contient même pas une petite étincelle de la Lumière et nous attire vers le bas à l’état animal.

J’évalue la situation non pas par leur sentiment, mais par leur importance et le but. Tout ne dépend pas de l’état en soi, mais plutôt des évaluations que nous faisons. Et donc, notre premier souci est de passer des sensations à l’analyse de combien cela est lié à notre objectif. Nous examinons tout autour de nous par rapport au but: notre attitude, la correspondance et l’ utilité. Par exemple, si la descente que j’ai vécu m’a éloigné de l’ objectif visait à ma guérison ultérieure, alors je suis heureux.

Ainsi, nous essayons de maintenir un lien avec l’objectif et  mesurons nos états internes par lui. En fin de compte, nous commençons en nous efforçant de rester dans un état parfait. Tout ce qui nous traversons nous aide à nous analyser et donc , d’adhérer à l’état de fusion.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 3/7/12 « Introduction au Livre du Zohar»

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: