Ne détruisez pas!

Dr. Michael LaitmanDans les nouvelles (de project syndicate): Chaque année, nous gaspillons ou perdons 1,3 milliard de tonnes de nourriture, soit un tiers de la production annuelle mondiale de nourriture. La mesure proprement colossale de ce chiffre le rend presque impossible à envisager, quelle que soit la manière de l’aborder. Essayez d’imaginer que 143 000 Tours Eiffel empilées les unes sur les autres, ou bien un tas de 10 trillions de bananes.

Ce chiffre est tout simplement inimaginable, étant donné qu’à côté de ce gaspillage et de cette perte énorme, 840 millions de personnes souffrent de faim chronique chaque jour. Des millions d’autres souffrent de la « faim silencieuse », à savoir de malnutrition et de carences en micronutriments.

Pour ceux plus sensibles à une approche économique de ce problème, voici un autre chiffre : le gaspillage et la perte de nourriture, exprimés en prix à la production, coûtent approximativement 750 milliards de dollars par an. Si nous devions considérer les prix au détail et les impacts plus larges sur l’environnement, y compris sur le changement climatique, ce chiffre serait bien plus important…

La perte de nourriture – dans les fermes, pendant le traitement, le transport et sur les marchés – mine la sécurité alimentaire de la plupart des pays en voie de développement, où les pertes après récolte peuvent s’élever jusqu’à 40% de la production. L’investissement en infrastructure pour le transport, le stockage et la vente de nourriture est un mal nécessaire, de même que les programmes pour former les fermiers à de meilleures pratiques.

Dans les pays développés, les méthodes de vente au détail de nourriture doivent être révisées.

Mon commentaire: Il y a un principe religieux dans le judaïsme « Baal Tashchit »: Ne détruisez pas l’utile, tout ce qui peut être utile à d’autres. Il est interdit de jeter les restes, cela vaut pour l’alimentation humaine et animale, les déchets industriels qui pourraient être encore consommés, etc parce que tout est donné par le Créateur pour la correction du monde, donc nous devons l’utiliser, précisément pour corriger le monde. Il n’est possible de l’utiliser correctement que dans la mesure de la correction de l’être humain, quand il pense naturellement, instinctivement au bien commun.

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: