Toutes les tentatives sont utiles

Dr. Michael LaitmanQuestion: Nous construisons l’intention et essayons de nous unir au cours de la leçon. Elevons-nous réellement MAN, une demande de correction ?

Réponse: Cela dépend de notre volonté, du besoin ( Hissaron). Une personne ne peut élever MAN que pour un désir reçu du groupe, à partir des aspirations des amis avec qui il veut s’unir.

Elle estime qu’il y a  un mur qui lessépare. Il faut le surmonter, peu importe quoi, mais elle voit qu’elle en est incapable. Mais elle doit le faire.

Alors son cri s’intensifie jusqu’à atteindre la  » Porte des larmes.  » Une puissante impulsion vers l’unité, avec une compréhension claire de son incapacité et d’impuissance, de générer un désir, qui est appelé MAN.

 

Une personne ne se tourne vers le Créateur que lorsque toutes les autres possibilités sont épuisées et qu’il n’y a personne d’autre à qui demander.

On ne peut pas atteindre une telle demande dès la première tentative. Il faut continuer à essayer encore et encore. Un exemple grossier mais vrai est l’accouplement. Le Zohar le compare le mouvement d’aller et venue à des attaques spirituelles, où l’homme cherche le chemin vers le Zivoug spirituel.

Baal HaSoulam écrit à ce sujet dans  » Lettre 19 « :  » L’unité du Créateur et Sa Shekhina, qui évoque l’homme en remplissant sa tasse avec nostalgie et de tristesse, est vraiment similaire à l’accouplement corporel ( le Zivoug inférieur), qui mène à la naissance d’un corps physique, qui vient aussi nécessairement d’une cause préliminaire, qui est la pression, en d’autres termes un degré connu de nostalgie et de tristesse appelé dureté dans le langage corporel, car  même sa semence sera bénéfique, car elle est comme une flèche …  »

Il faut continuer à essayer, passer ses désirs, regardez tout ce qui est manquant, devenir inspiré avec les désirs des amis. Tout cela mène à la pression nécessaire ( Kishouy ) – l’homme sent un fardeau et la fermeté (Koshi), cachés dans ce domaine. Dans la spiritualité ces choses ne sont pas aussi simple que dans le monde matériel.

En fin de compte l’homme acquiert un point de cohésion et d’unité. Une multitude de tentativesont été faites et aucune tentative est vaine. Donc, le travail est dans une variété de formes et tout cela est préservé pour l’avenir.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 5/12/10 , Le Zohar

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed