Apprendre comment travailler avec l’égoïsme

Dr. Michael LaitmanToute la Torah, en d’autres termes, toute la méthode de correction, est destinée à amener l’être humain à la mesure de l’amour, ou dans la langue de la Kabbale, l’amener à ce qu’il corrige la brisure et en termes sociaux : à nous organiser dans une société intégrale. Ainsi, nous voyons la réalisation de la sagesse de la Kabbale dans notre monde.

Le but de la création est de nous amener à une unité intérieure qui sera également accompagnée d’une unité externe entre les gens. Nous allons tous devenir un. Comme il est écrit : « Ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples » (Isaïe 56:7 ) et  » je vais encore lui rassembler d’autres, ainsi que ceux qu’Il a rassemblés » ( Isaïe 56:8 ). Ainsi, nous parviendrons à une rédemption complète.

Selon la compréhension des kabbalistes, nous devons réaliser cette transition maintenant et tout ce qui se passe l’indique.

Ainsi, la méthode est conçue pour nous accélérons sur la voie de cette correction. Sinon, nous sommes confrontés à la voie de « en son temps », qui est très longue et pleine de souffrance. D’autre part, en accélérant, nous pouvons faire notre chemin rapide, facile, confortable et agréable. Pour cela, nous avons  la sagesse de la Kabbale ou la méthode d’éducation intégrale comme un moyen de révéler le Créateur dans ce monde.

Le «Créateur» est l’essence de la propriété du «Bien qui fait le bien », en d’autres termes, la propriété de l’amour et du don qui se révèle dans une personne et entre les gens, dans leur relation avec l’autre. En raison de cette relation, cet amour des êtres créés, ils atteignent la révélation du Créateur et l’amour pour Lui. Ainsi, la méthode de correction est réalisée comme il est écrit : «Tu aimeras ton prochain comme toi-même est la grande règle de la Torah.  » En commençant par l’amour pour les autres, nous atteignons l’amour pour Celui qui est plus proche, pour le Créateur et puis nous sommes en communion avec Lui, ce qui est le but ultime.

Comme l’écrit le Baal HaSoulam, tout ce que nous créons, en s’efforçant d’obtenir une adhérence, est construit au-dessus du désir de recevoir, au-dessus de notre égoïsme et c’est pourquoi nous devons apprendre à travailler avec lui, apprendre à le manipuler correctement, en commençant par l’incapacité spirituelle complète à l’heure actuelle jusqu’à ce que le désir matériel soit prêt à utiliser pour sculpter hors de lui l’image de l’être humain (Adam ), similaire ( Domé) au Créateur, qui est, la force de l’amour et du don.

Comment fait-on? C’est avec l’aide de la Lumière qui ramène vers le bien dans le groupe avec des amis. C’est ici, dans le groupe que nous avons la liberté de choix, la seule action libre que nous sommes capables de faire. Par conséquent, ce n’est pas la peine de faire des efforts supplémentaires dans la recherche d’ autres voies et moyens. Nous avons un pouvoir sur cette action alors que dans tout le reste notre indépendance est illusoire, mais en réalité, nous laissons  juste la nature nous y impliquer.

Si j’utilise mon libre arbitre correctement, j’avance par le chemin rapide, c’est-à-dire , je fixe le rythme de mon avancement moi-même. Ensuite, mes états, en accord avec mes efforts, seront plus efficaces, ainsi que plus pratiques et rapides. Après tout, je me prépare à cela adéquatement, accepte correctement les changements qui ont toujours un caractère anti- égoïste. Je les désire.

Cependant, cela nécessite un groupe bien organisé, les études, la participation à la diffusion, tout ce que nous identifions dans notre travail.

Alors pourquoi avons-nous besoin de la force de la lumière, la force de la Torah ? Que veulent dire les mots « J’ai créé le mauvais penchant , je l’ai créé pour lui la Torah comme une épice  » ? Le fait est que mon avancement dépend de la reconnaissance du mal. Si je peux l’identifier rapidement et aussi clairement que possible et reconnaître son effet négatif sur moi, alors, je suis prêt à me débarrasser de lui.

C’est pourquoi je dois concentrer tous mes efforts précisément sur la reconnaissance du mal. Mon égoïsme, mon désir de recevoir, est d’abord prêt à rejeter tout ce qui lui est néfaste, si la situation est mauvaise en comparaison avec les plaisirs possibles et par conséquent avec la bonne approche, ma nature me servira sur le chemin.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 30/10/13 , Écrits du Baal HaSoulam

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed