Un canal de connexion à deux sens

Dr. Michael LaitmanNous devons atteindre un état ​​pour avoir la plus grande préoccupation du bien-être des autres, comme si nous nous préoccupions de nos enfants. Pour l’instant, tout cela est dû à notre égoïsme croissant. La question est de savoir ce que nous allons faire ensuite, comment nous nous élèverons vers le supérieure, au centre du groupe à travers lequel nous pouvons pénétrer à l’intérieur du groupe où la Force Supérieure est concentrée. Allons-nous Lui demander de nous répondre ou allons-nous Lui donner une chance de Se révéler dans le monde de sorte que la propriété du don sans réserve et de l’amour se manifeste dans ce domaine ?

Tout dépend de nous. Nous comblons les désirs du public, demandant ce que chacun a besoin : la richesse, l’honneur, la connaissance, la nourriture, la famille, le bien-être … et accordons notre attitude envers eux. Après tout, nous voulons que leurs désirs soient plus proche du Créateur, révèlant le Créateur dans le peuple, apportant ainsi du plaisir au Créateur. Nous élevons d’autres besoins corporels pour la nourriture, l’argent, et le respect à un niveau spirituel afin que la Lumière (le Créateur) se révèle à l’intérieur. Quand cela arrive, cela répondra à toutes leurs demandes d’une telle manière qu’ils se tourneront vers le don sans réserve, cela sera agréable au Créateur.

La joie du Créateur doit être le point  initial et final de toutes nos actions, leur cause et leur but. Dans ce monde, nous servons de «chef d’orchestre », d’un « canal de transmission ».

Nous travaillons dans deux directions: vers le grand public et vers le Créateur, à la fois un désir  matériel et un désir spirituel. Nous sommes positionnés au milieu : la moitié ici et l’autre là-bas. Nous compatissons à la souffrance du peuple et constamment nous ressentons que nous ne sommes pas satisfaits du Créateur. C’est ainsi qu’Il nous provoque et nous met des obstacles sur notre chemin pour nous faire regretter les souffrances des autres, la gravité de leur situation et combienils sont misérables : sans abris, sans nourriture et sans sécurité et dans de terribles conflits, des frustrations et des maladies.

Nous sommes obligés de blâmer le Créateur, plutôt que de Lui rendre raison. C’est pourquoi nous avons eu la chance de travailler sur Sa raison, en le voyant avec la foi au-dessus de la raison comme « le bien qui fait du bien aux gentils et aux méchants!  »

De la 3e partie du cours quotidien de Kabbale 27/09/13 , L’étude des dix Sefirot

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed