L’opposition essentielle

Dr. Michael LaitmanQuestion: je considère le Créateur avec respect et admiration. Il est grand et grandiose dans mon imagination, alors que les amis, les «autres» parmi lesquels Il se révèlé, sont à l’opposé. C’est comme si nous baissions la barre. Ils semblent moins importants. Comment pouvons-nous résoudre ce problème? Comment puis-je augmenter la valeur à mes yeux de l  » électricité  » qui a déjà été révélée dans le Kli mondial, l’unité, sur le fond de la grandeur de sa source ?

Réponse: Comme disent les sages, vous ne pouvez pas montrer aux enfants que notre amour pour eux est absolu. Il ne fera que les gâter. Les parents qui font preuve d’ un amour inconditionnel envers leurs enfants amènent leurs enfants à des cercles ( Igoulim) au lieu de lignes droites (Yosher), au lieu de la loi, la miséricorde au lieu de justice et ce n’est pas bon.

Par conséquent, nous ne pouvons tout simplement pas imaginer le Créateur comme étant bon faisant le bien. Il se cache derrière des vues très précises et rigides dans une relation avec nous qui nous apparait comme étant de très méchante à  très cruelle.

Nous devons prendre en compte ces deux extrêmes, les deux côtés d’une même médaille. D’une part, Il est bon et fait le bien, et d’autre part, je trouve qu’Il est aussi mauvais. Alors, comment puis-je relier ces deux extrêmes opposés ?

Le but de la création est que Ses créatures ient du plaisir et cela est atteint selon corrections faites par les créatures et seulement à la fin du développement. Baal HaSoulam écrit à ce sujet dans l’article « L’essence de la religion et de son but .  » Si j’adopte cette approche, si je sais cela lors de mon processus d’analyse, alors je vais comprendre pourquoi tout est arrangé de cette façon. Je comprends que le Créateur est comme un père aimant. Par amour, il doit faire pression sur son enfant pour le conduire vers le bien.

Plus précisément, l’idée ici est de savoir comment identifier clairement le problème, la contradiction entre le Créateur qui est bon et qui fait le bien et les problèmes de notre monde, car je vois que les troubles augmentent tout simplement, sont de plus en plus aiguë et appuient de plus en plus fortement sur ​​l’humanité. Jusqu’à récemment, c’était comme si les temps étaient bénéfiques et tout le monde espérait un brillant et bel avenir,  le «rêve américain », mais aujourd’hui, ça ne plus sert de référence et bientôt nous serons heureux de ne pa vivre ici.

Pourquoi avons-nous besoin de cette opposition, cette contradiction? Ce conflit est spécifiquement conçu pour créer une dissonance interne en moi : Comment se peut-il que la puissance de la nature, le bien et qui fait le bien, le pouvoir absolu au-delà de toutes les limites, nous enferme dans de telles catastrophes graves?

Je commence à examiner et enquêter sur ce conflit et recherche une solution au problème. Peut-être, le Créateur n’existe pas et tout est à la merci de la nature aveugle et je dois me battre contre elle.

Cependant, en réalité, cette approche ne résout pas le problème. Après tout, le Créateur et la nature sont la même chose. Il s’ensuit que je n’ai rien changé. Je n’ai changé  que les mots, mais je suis resté avec le même problème non résolu. La question existe toujours et empire et en tout cas, je dois chercher un moyen de m’en sortir.

Par conséquent, en fin de compte, je ne peux résoudre ce conflit que si je comprends que je n’ai pas besoin de changer quoique ce soit, excepté moi et voici le point clé : Devons-nous changer ou pas?  Vénérons-nous à travers toutes sortes d’actions physiques, les actions qui ont été écrites et attendre qu’elles nous apportent tout le bien, ou devons-nous nous corriger et de là, de nos Kelim corrigés, cela nous sera bénéfique.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 11/12/13, Shamati n °3  » a propos de l’atteinte spirituelle « 

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent:

Article suivant: