La lumière émerge de l’obscurité

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam «De l’enseignement de la Kabbale et de son essence  » : Tous les mondes et tout ce qui les remplit dans leur moindre détail émerge du Créateur qui est un, unique et de la pensée unique. Et la seule pensée est descendue et a créé tous les mondes, les créations, et leurs comportements, comme expliqué dans  » L’Arbre de Vie  » et dans les Tikkouné Zohar.

La  » Pensée  » est la force qui descend et agit dans son dérivé. La puissance de la pensée constitue la «matière» du désir et agit en lui, s’imprime sous diverses formes. Le désir accepte ces « empreintes » et change en conséquence.

Le matériau du désir passe inévitablement par une série de changements dans lesquels nous sentons qu’ils proviennent d’une certaine pensée. Ainsi, la pensée entre dans le désir, l’esprit entre dans le cœur. Et puis le désir pense:  » Qu’est-ce que je veux? Pourquoi ? Qu’est-ce qui me motive?  »

En entrant dans le désir, la pensée le « corrompt », le modifie, jusqu’à ce qu’il devienne conscient :  » Je suis là et il y a la pensée précédente qui m’a créé et me change. Cela signifie que c’est mieux pour moi de le rejoindre. Laissez-moi avoir une pensée avec laquelle je contrôle le désir, le règle, au lieu que ça soit lui qui commande mes calculs.  » En effet, si le désir domine, notre vie est déterminée par les exigences de l’organisme, de sorte que n’est-il pas préférable de confier la gestion à la tête, à l’esprit ?

Les kabbalistes l’ont découvert il y a près de six mille ans, puis au cours des trois périodes de deux mille ans chacune, les lumières sont entrées dans les récipients, la pensée est entrée dans le désir. Aujourd’hui, toute l’humanité, le désir commun de tout le monde découvre et réalise le résultat de ce processus,  » Qu’est-ce qui nous arrive ?  » La situation est mauvaise, nous souffrons, vivons dans le mensonge, ne connaissant pas les raisons, de trouvant pas de solutions … Pourquoi ?

Ainsi, la pensée inspecte le désir et les états,  » il est coupable de ce qui se passe. Apparemment, il doit être géré différemment » Et peu à peu, nous nous approchons du point de cette solution : Est-ce que la pensée gère le désir ou le désir gère-t-il la pensée ? C’est notre choix.

Question: Cependant, la pensée et le désir inhérents en nous sont opposés au Créateur. Nos pensées sont opposées au plan de la création …

Réponse : Exact, sinon nous ne serions pas en mesure de le connaître. Nous devons connaître la vérité et ce n’est possible que par des mensonges. Tout est conçu uniquement de son contraire. Nous avons besoin de l’amer pour connaitre le doux et l’obscurité pour connaitre la lumière, car l’obscurité est opposée à la lumière, sinon, vous ne pourriez pas reconnaître quoi que ce soit. Vous avez besoin d’un point de mesure qui est en dehors des propriétés mesurées, une référence contre les calculs qui sont faits.

Nous sommes des récipients, des désirs et c’est ainsi que nous pouvons mesurer, sentir et comprendre quelque chose en comparant les deux opposés. Le Créateur est uni et nous ne le sommes pas. Nous avons besoin d’une comparaison, sinon, nous semblons flotter dans le vide dépourvu de tout point de repère sans sens de l’orientation.

En outre, si nous avons été mis dans un liquide spécial avec des conditions spéciales, avec la même gravité que notre corps, alors nous aurions cessés de le sentir.

La même chose peut être faite avec notre conscience, si elle est libre de orientations polaires, alors nous perdons le sens de notre nous, notre existence, parce que nous sommes incapables de ressentir les contraires.

Donc, comme les êtres créés, nous ne pouvons mesurer et évaluer que par contraste. Dans la Kabbale, il est dit que la supériorité de la lumière est connue de l’obscurité. Ainsi, vous n’atteindrez pas la perfection si vous ne passez pas par tous les malheurs du monde, par le biais de ce «monde souterrain », de l’autre côté du  » Jardin d’Eden « . Mais vous pouvez connaitre ce « royaume des ténèbres », comme un sage, qui dans l’obscurité, voit l’aube naissante.

Cependant, la question se pose : Si aujourd’hui je vois la perfection de loin, mais je ne la sens pas dans mes récipients, alors qu’est-ce qui se passera demain? Je ne suis pas d’accord pour  » regarder le paradis à travers des jumelles,  » je veux passer ses portes.

C’est pourquoi la brisure était nécessaire et sa correction ultérieure. Il suffit que nous sentions un peu le fossé entre nous et alors le reste, nous l’obtiendrons du groupe sous une forme finie.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 25/11/13, Écrits du Baal HaSoulam

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: