Devant une table dressée

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam , Shamati ( j’ai entendu ) # 3 , «A propos de l’atteinte spirituelle  » : Ceci est considéré comme Ein Sof et c’est laconnexion existant entre Atzmouto et les âmes. Nous percevons cette connexion sous la forme de «désir de ravir les créatures. « 

Ein Sof est le début.

Cette connexion est appelée Ein Sof. Quand nous prions le Créateur et lui demandons de nous aider et de nous donner ce que nous voulons, nous nous rapportons au discernement de Ein Sof. C’est la racine des créatures, qui veut leur donner joie et le plaisir, appelé  » Son désir de faire du bien à ses créations.  »

Tout descend à nous de l’Infini. C’est un  » garde-manger  » de tous les plaisirs que le Créateur veut donner aux âmes, le  » trésor  » de son attitude à la création, le  » référentiel  » de toutes les forces, toutes les lumières et les récipients. Nos prières,  demandes et requêtes sont également élevées à l’infini. Toutes nos aspirations y sont dirigées.

« Infini » est synonyme de son attitude à l’infini genre à la bonne et la mauvaise. Comme le propriétaire de la maison, il donne à tous ses invités, sauf pour l’annulation de la honte des invités.

Les créatures lui répondent, ils lui demandent tout ce qu’elles veulent. Cependant, le système est réglé de sorte que, pour obtenir une satisfaction, on doit d’abord être corrigé.

Après la brisure de récipients, toute satisfaction qui précède la correction se transforme en poison et nous fait mal. Pourquoi le Créateur ne nous donne rien gratuitement? Le fait est que si nous sommes encore plongés dans les désirs égoïstes, la lumière devient un «poison» pour nous. Cela explique pourquoi le Créateur est  » incapable  » de nous donner la lumière, car Il ne veut tout simplement pas pour nous torturer, même s’Il souffre à cause de cette situation beaucoup plus que nous. Par conséquent, tout ce que nous recevons est juste une petite lueur, tout ce qui serait supérieur nous nuirait.

Question: Comment puis-je savoir quoi que ce soit à propos de l’Infini s’il est la  » lumière sans un récipient » ?

Réponse: En fait, une telle chose comme la Lumière sans un récipient n’existe pas. Nous parlons d’un concept qui stipule que le récipient ne restreint pas la Lumière. Dans le monde de l’Infini, la lumière n’est pas contrainte par un récipient. C’est pourquoi il est appelé « Infini – sans fin ( Ein Sof )  » Là, le récipient est sans fin  ainsi que la lumière en lui.

De plus, dans la Kabbale nous explorons un nouveau type de récipients. La spécificité de cette science est que nous devons toujours « avoir les pieds sur terre  » parce que sinon nous ne pourons pas comprendre les « coordonnées des mondes.  »

Jusqu’à la première restriction (Tsimtsoum Aleph), les récipients étaient « ronds » et n’avaient pas de limites, ils ne contenaient que des points de perception qui étaient distribués à quatre niveaux. Plus tard, de nouveaux types de récipients ont été créés. Ils variaient des précédents par la quantité de restriction qu’ils contenaient, par la mesure de l’écran (Massakh) qui s’élevait au-dessus de la restriction et de la quantité de la lumière réfléchie qui s’élevait au-dessus de l’écran afin de travailler de la même manière que le Créateur.

Le Créateur veut donner à sa création, mais dans quelle mesure la création est-elle prête à accepter dans le but de Le contenter ?

Cela signifie que nous devrions être ravis, donnant ainsi l’occasion au Créateur d’être heureux. Nous devrions être prêts à recevoir quelque chose de Lui. Nous devrions être désireux d’  » avaler  » et  » d’absorber  » tous ses cadeaux dans le récipient « rond » , mais nous devons ne recevoir que selon une ligne et non selon un cercle.

En fait, il s’agit d’une limitation extrêmement difficile pour nous : C’est comme si le Créateur mettait en face de nous une table sans fin avec toutes sortes de plats imaginables. Et notre appétit est tout à fait suffisant pour tout manger, il n’y a pas de problème pour tous les avaler. Mais à la place je coupe une tranche de pain, saupoudre avec une pincée de sel et bois un demi verre d’eau.

C’est ce qu’est  la « fine ligne » : je suis incapable de quoi que ce soit d’autre. Après tout, je veux Lui plaire et ne peut donc pas déguster de délicieux plats pour mon propre plaisir. Si je dépasse la  » limite « , je commencerai à profiter.

Est-ce que le Créateur profite vraiment de notre abstinence ? Est- ce à dire que nous ne Lui faisons pas plaisir ainsi qu’à nous-mêmes? Peut-être, est-il préférable de ne pas toucher quoi que ce soit ? Ce serait bien si nous pouvions prendre une bonne portion, mais si nous prenons seulement une petite quantité …

Il est impossible de « façonner » nos esprits dans la mesure où nous arrivons à un  » état ​​correct  » … Que pouvons-nous faire? Comment pouvons-nous être satisfaits de pain et d’eau à partir d’une telle table luxuriante ? Ne décevrions-nous pas tout simplement le Créateur et nous aussi ? Comment pouvons-nous nous restreindre en déclarant notre propre faiblesse?

En fait, c’est exactement comment nous devrions travailler avec des écrans. C’est le travail que nous devrions faire. Comment pouvons-nous le justifier?

Commentaire: En fait, ce faisant, nous faisons quelque chose par nous-même..

Réponse: Nous devrions donc de notre côté maintenir la promesse de base : «La fin d’un acte est dans la pensée préliminaire.  » Nous devons rester confiants que nous allons atteindre une correction complète après de nombreuses petites actions.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 13/11/13 , Shamati # 3

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed