Récompensé de la miséricorde supérieure

Dr. Michael LaitmanLe Baal HaSoulam, Shamati n°219 « A propos de la dévotion » : Mais au cours de Katnout (petitesse/enfance), on ne ressent pas de bénéfice pour soi-même car on ne ressent pas actuellement de plaisir dans la servitude… Et plus il travaille, plus la souffrance augmente proportionnellement. Enfin, la souffrance et le travail s’accumulent atteignant un certain montant, jusqu’à ce que le Créateur ai pitié de lui et lui donne le goût de la servitude du Créateur, comme il est écrit : « Jusqu’à ce que l’esprit soit répandu sur nous d’en haut. »

Question : Qu’est-ce que signifie que le Créateur a eu pitié de l’homme ?

Réponse : En fait, le Créateur n’est pas obligé de faire quoi que ce soit pour nous. Nous exigeons et croyons qu’Il doit nous aider. Mais pour quelles raisons ? Il ne nous doit rien.

Dans le passé, il y avait une coutume selon laquelle les condamnés à mort s’agenouillaient devant le Roi et le remerciaient pour sa miséricorde. Le Roi est un poste si élevé que même son jugement est une miséricorde. Malkhout (royaume) signifie jugement, justice. Comme le Roi a accordé à une personne l’attention de sa hauteur infinie, alors tous ses ordres se sont transformés en miséricorde et ils doivent être acceptés comme les plus gracieux. Ce sont les coutumes des lois du véritable royaume.

Une personne travaille et obtient finalement de la force, ce qui lui permet de s’élever au degré suivant. Mais en même temps, elle révèle qu’elle s’est élevée non pas par ses forces, mais elle a juste rempli la condition, après quoi elle a reçu l’aide d’en haut. Le Créateur lui donne l’écran, grâce auquel une personne révèle un degré plus élevé. Il s’agit toujours de la miséricorde de la part du Créateur parce qu’une personne n’a pas encore travaillé à ce degré.

Nous ne travaillons jamais au degré le plus élevé et nous ne savons pas ce que nous faisons. Notre tâche est de remplir plusieurs conditions, après quoi le Créateur aura pitié et nous aidera. Notre effort est important. Il est établi d’en haut que de part ses efforts, une personne reçoit ce qu’elle n’est pas capable de réaliser elle-même.

Cela vient comme un don de la miséricorde supérieure. Nous atteignons juste une fine ligne de l’ensemble du grand cercle de l’univers. Tout le reste se connecte à nous plus tard, arraché du vaste océan de forces impures par la miséricorde supérieure. Mais l’on ne peut pas dire que nous obtenons tout cela gratuitement, car la récompense est le résultat de nos efforts pour corriger les relations des uns avec les autres.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 08/12/13, Shamati n°219 « A propos de la dévotion »

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed