Une matinée de perdue

Dr. Michael LaitmanQuestion: Nous sentons une grande intensité pendant les leçons, nous aspirons à la connexion et à l’intériorité, mais plus tard, tout disparaît en quelque sorte. Vers 11 heures, il ne reste plus rien . Où est le centre du groupe ? Que dois-je faire? Comment dois-je garder l’envie ?

Réponse: Tout d’abord, tout ce que je vous donne pendant la leçon n’est pas perdue mais reste effectivement en chacun de vous. Il n’y a pas absence dans la spiritualité. Même si une personne n’a pas entendu, ne comprend pas et ne perçoit pas les mots, même si elle vit dans un autre pays, même si elle ne le sait pas et ne comprend pas la langue, rien ne se perd. L’impression que le sentiment de la leçon disparaît et s’efface n’est donc que pour qu’une personne renouvelle sa part autant qu’elle le peut. En tout cas, tout reste aussi longtemps que je peux vous donner des leçons.

Pendant les leçons vous êtes sous mon influence. Une personne qui veut avoir le libre arbitre avec le temps, ses efforts devenient plus qualitatifs. Mais d’une manière ou d’une autre, cette influence est une sorte de perfusion ou de transfusion que chacun reçoit. Vous devez essayer de faire quelque chose hors d’elle.

Si vous êtes comme un mort, il est inutile de vous donner une perfusion. Non, vous devez montrer que vous avez grandi par l’ injection quotidienne, que vous avez avancé dans la bonne direction vers le centre du groupe, vers la connexion entre vous, vers la demande de révéler le Créateur, qui est la force mutuelle du don entre vous.

Il est vrai que l’impression que vous rencontrez au cours de la leçon disparaît , mais pensez-vous venir à la leçon tous les jours que d’être impressionné et ne pas travailler ?

Vous ne devez pas vous y habituer. Vous ne devez pas faire de la leçon un rituel standard. Au contraire, vous devriez résumer les choses à la fin de chaque journée : Qu’ai-je fait ? Qu’ai-je atteint?

Quant à ma présence au cours de la leçon du matin, ce n’est pas ma faute. Je peux être de grands efforts avec l’enseignant et les amis, mais c’est déjà une autre affaire. Mais si j’entends la leçon passivement et il ne reste rien de l’impression qu’elle me laisse à 11 heures, alors cela signifie que j’ai perdu cinq heures après la leçon et n’ai rien fait de mon impression. Ce n’est pas une bonne chose.

Je dois faire un accord avec un couple d’amis : «Les gars , nous allons arrêter cette mauvaise habitude, nous allons vraiment faire ce que nous disent les kabbalistes. Après tout, ils ne veulent que ce qui est bon pour nous , après tout , ce sont nos ancêtres . Nous ne pouvons pas, nous ne voulons pas, nous sommes contre, il est vrai, mais il est dit que si nous nous organisons et établissons un système différent de relations mutuelles entre nous, appelé un groupe, nous serons en mesure de nous efforcer. Nous allons au moins être en mesure de faire un petit pas en avant par nous-mêmes.

Alors soyez d’accord avec cela avec les amis. C’est tout simplement un must.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 06/12/13 , Écrits du Baal HaSoulam

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent:

Article suivant: