Le cercle de la vie

Dr. Michael LaitmanLe Baal HaSoulam, « De l’enseignement de la Kabbale et de son essence » : Alors que dans le premier discernement chacun reçoit de manière égale sans ajout ni soustraction, comme Adam, dans la compréhension de la réalité de ce monde. En voyant cela, tous sont égaux, mais ce n’est pas le cas dans la compréhension de ceci – certains évoluent de génération en génération et certains régressent.

Question : Quelle est la différence entre une descente et une régression ?

Réponse : Nous pouvons décrire notre avancement comme un électrocardiogramme (ECG) avec beaucoup de hauts et de bas. Ce n’est pas grave si je suis en haut ou en bas aussi longtemps que j’avance.

Les descentes font partie de notre chemin car elles visent également à l’objectif. Mon cœur bat et il dessine cette ligne courbée et c’est normal. C’est notre vie, un continue de hauts et de bas, où les uns ne peuvent pas exister sans les autres. Tant que je m’accroche à l’intention de progresser, les montées et les descentes sont ensemble dans un flux général qui va de l’avant.

The Circle Of Life

C’est simplement comme un rouet où chaque partie atteint une hauteur maximale puis commence à descendre. Qui plus est, à un certain moment il semble se déplacer vers l’arrière au lieu d’avancer vers le but.
Le moment où une personne découvre cela, elle crie à l’aide. Elle voit qu’elle se déplace vers l’arrière et qu’elle n’avance pas, et elle a donc besoin du plus grand soutien du groupe.

Dans son ensemble, le mouvement du groupe va de l’avant, et par conséquent, je suis dans la partie arrière de l’anneau et mes amis progressent en avançant. Alors, quand je suis connecté à eux dans mon cœur et mon âme, je sens que je fais partie de l’ensemble qui continue et avance droit devant.

The Circle Of Life

Mais si je suis déconnecté des amis, je ne suis pas la partie inférieure de la roue générale et je ne suis pas dans un état de descente, mais je suis vraiment à l’extérieur dans la régression. Je ne fais plus partie du processus général de progression vers l’avant.
Cela signifie que la chose essentielle est d’adhérer aux amis. Alors nous avançons tous et je comprends que même les descentes sont bénéfiques et qu’elles sont dans le but de monter. Quand je descends, les autres montent et nous changeons ainsi constamment de place.

Nous sommes comme une soupape, un piston, et tous ces mouvements changent alternativement. Il ne peut y avoir de changement s’il n’y a pas les deux mouvements, en arrière et en avant, en arrière et en avant. Il ne peut pas y avoir seulement un mouvement vers l’avant, il doit y avoir un contraste et c’est seulement une question d’amplitude.

C’est pourquoi ma connexion avec l’environnement est si importante. Si je suis incorporé dans tout le monde, alors le vecteur commun est clair pour moi.

Question : Il est dit qu’il n’y a pas de manque dans la spiritualité et que rien ne disparaît. Mais dans un état de régression, tout ce que vous aviez s’est retiré loin de vous…

Réponse : Ce n’est pas vrai. La régression fait référence à la révélation d’un nouveau niveau de la brisure. Nous ne régressons pas, mais découvrons plutôt un nouveau récipient qui n’est pas corrigé pour le moment.

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale du 10/12/13, Écrits du Baal HaSoulam

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed