Monter à partir du fond

Dr. Michael LaitmanQuestion : La nation israélienne attendait le Messie durant le temps de l’exil. Comment devrions-nous travailler avec les mêmes lacunes qui se révèlent chez les gens de nos jours ?

Réponse : Nous vivons dans une génération qui attend tout sauf le Messie. Nous vivons dans une génération qui ne veut que le matérialisme et la matière nous envahit.

Notre génération est en train de révéler la domination de la matérialité et c’est dans cette génération que le désir qui vise à la pire et la plus basse existence basique, qui est totalement dénuée de sens, est révélé.

C’est à partir de ce point le plus bas dans ce monde que nous pouvons vraiment découvrir et commencer le chemin du retour vers le but de la création.

Même si nous descendons le long du chemin, ces descentes sont déjà des ajouts de la Lumière qui nous montrent combien nous sommes opposés à elle…

Le Baal HaSoulam dit dans l’Introduction au Livre du Zohar, article 63 : « En conséquence, dans notre génération, bien que l’essence des âmes soit la pire, de ce fait elles ne purent être sélectionnées pour le Kedousha, elles sont celles qui complètent le Partsouf du monde et le Partsouf des âmes conformément aux Kélim, et le travail se termine uniquement par eux.

 A présent que les récipients de NHY sont achevés, et tous les Kélim de Rosh, Tokh et Sof sont dans le Partsouf les pleines mesures des lumières dans Rosh, Tokh et Sof, sont à présent étendues à toutes celles qui le mérite, soit NaRaN complet. Ce n’est par conséquent, qu’après l’achèvement de ces âmes inférieures, que les plus hautes lumières pourront se manifester et pas avant. »
Le récipient doit être aussi profond que la hauteur de la Lumière qui s’habille en lui.

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale du 19/12/13, Écrits du Baal HaSoulam

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed