Une « boule de framboise » : un embryon d’unité

Dr. Michael LaitmanNous commençons à construire l’image d’un être humain dans la « boule de framboise » et nous ne nous arrêtons pas. C’est notre correction. Le centre du groupe, qui est établi par nos efforts et notre participation mutuelle et qui est appelé la garantie mutuelle, devient le point ultime sur l’échelle spirituelle par laquelle nous commençons à grimper.

Dès le moment où nous devenons plus forts, nous serons en mesure de comprendre et de faire plus. Ensuite, nous allons avoir davantage d’opportunités pour effectuer le travail corporel et spirituel dans l’humanité, ce qui signifie être « la lumière pour les nations du monde ».

La chose la plus difficile est d’arriver à cette extrémité sur l’échelle à partir de laquelle nous commençons notre ascension spirituelle. C’est le point où la lutte se produit. A chaque niveau nous tombons à l’état de « Shimon du marché », ce qui signifie au niveau corporel, au niveau animal, et de ce point nous devons naître.

Cet état n’est pas opposé à l’ascension spirituelle, qui est un état ​​bénéfique, l’état de Pharaon, qui vous donne une sensation d’esclavage et de rédemption. Il s’agit plutôt d’une chute à de telles profondeurs que nous nous sentons totalement déconnectés des lignes droite et gauche, de la bonté et du mal, et nous détériorons tout le chemin au bas de l’échelle.

C’est l’état par lequel nous commençons toujours, et ainsi nous revenons à la notion de la boule de framboise, de l’unité du groupe. Nous pouvons monter au plus haut niveau et encore tomber en dessous de la boule de framboise et devons remonter de nouveau à lui.

C’est notre premier point d’unité qui existera toujours dans n’importe quel état, même dans l’état ​​le plus élevé. Depuis la boule de framboise, nous allons entrer dans l’état de Ibour (fécondation) et l’état de Yenika (allaitement) et Mokhin (esprit).

Question : Comment pouvons-nous imaginer la boule de framboise ?

Réponse : La seule chose que nous devrions savoir, c’est qu’elle se réfère au fait d’être ensemble, dans la garantie mutuelle, la condition pour recevoir la Torah, ce qui signifie pour appeler la Lumière qui Répare dans le but de devenir comme un seul homme dans un seul cœur. Cela signifie que nous devrions toujours la désirer et la demander, et la Lumière viendra.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 02/01/14, leçon sur le sujet : « 9 Étapes »

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent:

Article suivant: