La vie spirituelle – un éternel renouveau

congrès, groupeQuestion: Pourquoi la «boule de framboise  » disparaît tout le temps et la seule façon de la retenir et de grandir, c’est de sortir vers la foule?

Réponse: Chaque activité dans la spiritualité est une innovation. Même dans notre monde, cela se passe de cette façon, mais nous ne faisons tout simplement pas attention à cela. Rien ne retourne à ce qu’il était: il y a tout le temps de nouvelles précisions et corrections, une nouvelle découverte du mal et la correction en bien.

Dans la spiritualité, il ne peut y avoir un arrêt, il ne peut y avoir un état statique. Chaque état doit être renouvelé tout le temps. C’est comme en amour, comme dans les relations entre les personnes, où nous devons constamment entretenir nos relations. Si nous voulons les garder, nous devons constamment développer et les faire grandir,s’ouvrir à de nouveaux états.

Dans ce monde, jusqu’à la fin de la correction, nous recevons un cadeau, une faveur, une aide dans le travail : Nous révélons des désirs brisés spécifiquement accordés par le Créateur afin que nous ayons une matière à renouveller. Grâce à cela, nous pouvons renouveler les relations et développer nos sentiments à chaque fois.

Mais s’il n’y avait pas eu la brisure, qu’uairons-nous fait  pour nous appuyons sur la construction de nos innovations et des changements ? Et quand nous nous élevons des états physiques à des états spirituels, nous voyons que la spiritualité est en constante évolution. Sans eux, il n’existe pas dans le monde spirituel. Même dans notre monde, dans la physique quantique, l’électron ne peut pas exister sans mouvement.

Si nous nous arrêtons, il disparaît ‘univers entier des particules élémentaires, qui tournent autour de leurs axes à des vitesses énormes et se déplacent sur ​​des orbites, est en mouvement et en changement. L’ensemble du monde micro fonctionne à des fréquences plus élevées qui se rapprochent de la vitesse de la lumière.

Dans nos vies la vitesse des changements se développe également et tous les appareils techniques, l’électronique , l’informatique, tout fonctionne de plus en plus vite. Cela dit quelque chose sur le nombre de changements que nous sommes prêts à inclure dans une unité de temps, une unité de l’influence. Tout dépend de la vitesse, la fréquence avec laquelle les changements se produisent.

Chaque Partsouf comprend dix Sefirot et chacune d’elles comprend dix autres et ainsi de suite. Par conséquent, il doit y avoir une très haute fréquence dans chaque intervalle afin d’inclure toutes ces modifications infinies de l’intégration mutuelle de ce que dans et en ce que, et ainsi de suite . Les changements doivent être constants et à une très grande vitesse.

Ainsi, lorsque nous arrivons à la boule de framboise, nous commençons à sentir que c’est impossible de s’y accrocher. Ici, nous commençons à comprendre l’ensemble de notre psychologie : Si nous ne travaillons pas sur une sorte de sensation, une sorte d’observation tout le temps, alors elle disparaît. Elle n’est pas clairement révélée dans cette vie parce que nous sommes de plus en un composé unique de bête et d’homme. Et la bête en moi existe sans changement, comme tout le reste des animaux. Et si ma tête ne se préoccupe que de ma bête, je pense que tout va très bien pour moi.

Mais si je commence à me préoccuper de l’humain avec mon esprit, je vais avoir besoin de tous les changements là-bas. Ensuite, je devrai, sans cesse décider ce qui est plus important pour moi, la bête en moi ou l’ humain ? l’homme chevauche t-il l’âne ou l’âne l’homme ; qui porte qui?

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 07/01/14 , Leçon sur le thème : «Préparation au congrès « 

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: