Quand les verrous deviennent des ouvertures

Dr. Michael LaitmanLe Livre du Zohar, « Deux Points », Article 121 : … comme il est écrit, « C’est la porte du Seigneur ; le juste entrera par elle. »

Cependant, avant d’être récompensé en inversant le désir de recevoir en nous, par la Torah et les Mitsvot, en réception afin de donner sans réserve, il y a de solides verrous sur ces portes du Créateur, car alors ils ont le rôle inverse : nous chasser loin du Créateur.

C’est leur rôle, comme le flirt, de taquiner le désir, afin de l’augmenter et de l’enflammer de plus en plus de sorte qu’il désire de plus en plus. Le déficit est augmenté par le rejet, et ainsi nous arrivons à un désir assez fort afin de franchir la porte.

C’est pourquoi les forces de séparation sont appelées « verrous », car ils bloquent les portes de l’approche et nous éloignent du Créateur.

Mais si nous les surmontons afin qu’ils ne nous affectent pas, rafraîchissant Son amour dans nos cœurs, les verrous deviennent des portes, l’obscurité devient lumière, et l’amer devient doux. Par-dessus tous les verrous, nous recevons un degré spécial dans Sa Providence, et ils deviennent des ouvertures, des degrés d’atteinte du Créateur. Et ces degrés que nous recevons des ouvertures deviennent des couloirs de sagesse.

Avec l’aide de ces mouvements, le rejet et le rapprochement de la porte, et encore la répulsion et l’approche à nouveau, nous nous gonflons afin d’avoir la force de passer à travers. Et ensuite, les verrous deviennent les ouvertures.

Bien sûr, la première ouverture est la plus difficile à franchir.

De la 3ème partie du cours quotidien de Kabbale du 13/01/14, Écrits du Baal HaSoulam

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed