La chose principale est la vie après l’opération

Dr. Michael LaitmanQuestion : Comment pouvons-nous nous habituer aux montées et aux descentes qui prennent des formes différentes à chaque fois afin que nous puissions tenir le coup, « tout excepté partir » ?

Réponse : Si une personne vient à la leçon tous les jours, prend part à la diffusion, et qu’elle est connectée avec les amis, alors la seule chose dont elle a besoin est la persistance.

Il y a des états dans lesquels une personne est totalement détachée, elle semble être dans la leçon physiquement, mais elle n’est pas vraiment là. Même au travail, elle se promène distraitement.

Une habitude est très important : vous devez vous investir de différentes façons pour que vous vous enchaîniez. Pour une personne qui veut vraiment progresser, il est utile de se marier avec quelqu’un qui partage les mêmes intérêts d’un but qui renforce ses liens avec le groupe. Tout cela le renforce, l’astreint, et ne laisse pas son animal s’échapper.

La chose principale est de continuer. La Lumière Supérieure nous organise différents états et nous devons être patient et attendre jusqu’à ce que tous ces états passent, les accélérant autant que nous le pouvons. Hâter ces états change notre attitude à leur égard, ce qui signifie que je vois déjà les états que je traverse sous un éclairage différent, et je m’approche d’eux comme étant des états souhaitables.

Je me souviens comment une fois j’ai couru à la salle d’opération et me suis moi-même allongé sur la table d’opération pour que je puisse être opéré dès que possible, car je me sentais très mal après un accident de voiture dans lequel j’étais impliqué. ​​Habituellement, le patient est amené sur une civière et il est transporté à la table d’opération, mais je m’y suis précipité moi-même. J’étais tellement impatient d’avoir cette opération car j’avais du mal à respirer parce que mes poumons étaient pleins de sang.

Nous devons ressentir le désir de courir vers la spiritualité, puis nous ne prêterons pas attention à ce qui se passe parce que la vie après cela est plus importante.

Ensuite nous devenons comme des spectateurs regardant les crises que nous traversons de côté. Nous comprenons la descente dans laquelle nous sommes, nous la mesurons, l’étudions et l’examinons. Peu à peu, nous commençons à nous associer à notre désir de recevoir comme un lieu de travail, car nous décidons que faire avec lui.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 09/04/14, Shamati n°54

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed