Un matériel pour le « veau d’or »

Dr. Michael LaitmanQuestion : Comment la diffusion durant cette période spéciale de la Pâque peut-elle contribuer à la première connexion entre nous ?

Réponse : La diffusion aide en cela même plus fortement que de travailler avec les amis. En sortant, nous ressentons un besoin encore plus grand pour les amis. Nous comprenons que notre succès ou l’échec de la diffusion externe dépend du groupe : de ses dimensions et de son pouvoir, de son soutien.

D’ailleurs, nous ne pouvons pas quitter l’Égypte sans prendre les récipients égyptiens. Lorsque nous sortons pour la diffusion externe, nous nous connectons ; nous nous joignons à ces récipients, ces carences étrangères, tous ensemble. En attendant, nous ne les joignons pas à notre connexion : nous en aurons besoin plus tard. Mais si nous ne rassemblons pas ces récipients maintenant, nous ne quitterons pas l’Égypte.

Autrement, nous n’avons pas de raison de partir : que connecterons-nous dans le désert ? Nous serons nés, et quoi ensuite ? Grâce à quoi allons-nous grandir ? La croissance n’est possible que par le fait que même maintenant, avant l’exode d’Égypte, nous allons recueillir les désirs des égyptiens. Ce sont les carences matérielles habituelles : la nourriture, le sexe, la famille, l’argent, le respect et la connaissance ; les égyptiens ne peuvent pas avoir d’autres manques.

Mais après cela, nous les sanctifions : d’abord, nous les passons à travers le « Veau d’or », et après cela, nous commençons à les corriger. Cela signifie que nous découvrons ce que ces désirs sont eux-mêmes : « les récipients en argent et en or des égyptiens » qui sont coulés dans le Veau d’or proviennent d’Égypte, et après cela, nous les corrigeons progressivement.

De la 3ème partie du cours quotidien de Kabbale du 13/04/14, Le Zohar

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: