Du pain dans un panier

Dr. Michael LaitmanLe Baal HaSoulam, « Lettre 43 » : …Il est écrit : «Et Moïse pris la tente», etc… Pourquoi a-t-il planté sa tente à l’extérieur du camp… ?

Cependant, c’est le contraire. C’est un véritable remède pour l’ouverture des fontaines de sagesse d’une source fidèle, car une fois que Moïse dressa sa tente à l’extérieur du camp, sa sollicitation à l’intérieur du camp a augmenté, comme celui qui a du pain dans son panier n’est pas comme celui qui, etc

Comme d’habitude, nous n’apprécions pas ce que nous avons et ainsi Moïse devait partir. Il est écrit : « La Torah sortira de Sion (les sorties) ». Nous devons sortir d’un état ​​pour apprécier ce qui était et ce qui sera. C’est seulement par la sensation de manque que nous atteignons l’importance.

Une personne doit travailler sur l’augmentation de l’importance de l’état actuel, comme un vieil homme qui marche courbé vers le bas comme s’il cherchait quelque chose qu’il avait perdu, en augmentant ses manques à travers le groupe et la diffusion. Nous ne devons pas attendre que les manques se réveillent par eux-mêmes à l’intérieur de nous, se plaignant pourquoi ne sommes-nous pas en train de brûler, pourquoi n’aspirons-nous pas ardemment, pourquoi sommes-nous endormis.

Si une personne ne recherche pas elle-même de manques supplémentaires, par la connexion avec les amis, l’étude et la diffusion, elle va se tarir, se flétrir, et perdre de l’intérêt. Il devrait toujours y avoir « du pain dans son panier ». Si une personne sait qu’elle a une tranche de pain pour l’avenir, elle ne craindra pas d’avoir faim car ce stock la satisfera. Mais si elle n’a rien pour l’avenir, alors même si elle est pleine, elle ressentira déjà un manque et de l’inquiétude. C’est ainsi parce que le récipient futur se révèle progressivement et il n’a pas le remplissage espéré.

Par conséquent, nous devons toujours aspirer au remplissage futur, ce qui signifie aspirer au désir de donner sans réserve. La Lumière de Hassadim, contrairement à la Lumière de Hokhma, remplit le récipient vide avec joie en désirant vivement remplir les autres. Bien que je ne possède rien, pas même une chemise, comme quelqu’un qui ne veut être que Hafetz Hessed, je n’ai besoin de rien non plus.

C’est cette perspective que nous devons regarder à propos de la signification du « pain dans son panier ». Cela signifie que d’une part, une personne se prépare pour de plus en plus de vide, mais d’autre part, elle doit ressentir un remplissage à l’intérieur de celui-ci.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 19/05/14, Écrits du Baal HaSoulam

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed