Monthly Archives: juillet 2014

Un désir sous deux formes

Dr. Michael LaitmanQuestion : Vous avez dit qu’en présentant et en apportant le programme intégral au public externe, il est possible de mentionner l’existence d’une force unique de gestion dans la nature que nous considérons comme allant de soi.

Est-il possible d’expliquer que cette force peut être découverte grâce à des expériences dans ses sensations et en même temps dans l’esprit, mais qu’il est nécessaire de changer notre nature ? Et qu’il est impossible de le faire seul ; cela ne peut se produire que dans une société ?

Réponse : Certainement. Si vous pouvez présenter tout cela correctement, alors les scientifiques et les gens ordinaires ensemble vont vous comprendre. Le problème est que la science n’est pas connectée à la psychologie. Elle ne peut pas être connectée avec l’investigation des sentiments. Dans ce domaine, Einstein a accompli une légère percée, et ensuite tout est redevenu calme.

Aujourd’hui, par rapport à cela, il y a toutes sortes de changements parmi les physiciens et astrophysiciens, mais jusqu’à présent aucune science n’est apparue qui soit capable de connecter ce qui a été observé avec des instruments et ce qui se passe dans notre conscience.

Le problème est dans l’atteinte de la réalité, ce qui signifie, où la réalité de nos sens physiques se termine et où les nouveaux sens, qui sont créés par nous collectivement, commencent.

En principe, un seul sens existe, le désir. Mais si je ressens ce désir en moi, alors il est au niveau du minéral, du végétal et de l’animé. Mais apparemment, si je ressens le désir en dehors de moi, alors c’est un désir au niveau d’Adam (l’homme).

En attendant, il est toujours difficile d’expliquer cela, mais je pense que nous allons bientôt clarifier cette question. J’espère que je peux encore faire quelque chose et que l’humanité comprendra que tout cela est notre seul désir : il nous semble que c’est en nous ou en dehors de nous ; nous le connectons ensemble et obtenons une image fidèle de la création.

Du Camp d’Été International en Bulgarie, « Deuxième Jour », Leçon n°3 du 12/07/14

Le temps disparaitra

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam, «tu m’as encerclé derrière et devant »: … Bien qu’il semble que le cheval conduise le cavalier par son désir de base, la vérité n’est pas ainsi. C’est le cavalier qui mène le cheval à sa destination. Cependant, ce n’est pas visible maintenant mais le sera dans le futur. Ainsi, de cette façon il y a également un contact, mais il est dos à dos, ce qui signifie non pas par le désir du cavalier ni de celui qui est chevauché. 

Question: Que signifie «maintenant» et «futur» signifie?

Réponse: La perception d’une différence entre eux nous donne la sensation du temps (incomplet).

Cependant, ce n’est pas le temps sous une forme généralement acceptée, mais la sensation de l’étendue de mon aliénation de ma forme future. C’est pourquoi nous disons qu’il n’y a pas de temps dans le monde spirituel.

Après tout, le spirituel est la mesure selon laquelle je m’identifie avec la lumière supérieure, alors la sensation du temps disparaît. D’autres changements commencent à se produire en moi.

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 22/10/10, Écrits du Baal HaSoulam

Ne soyez pas surpris M. le professeur!

Dr. Michael LaitmanQuestion: Quelle est la différence entre la sensation de mal et la reconnaissance du mal?

Réponse: Quand je me sens mal, je me sens tout simplement mal. En reconnaissant le mal, je comprends ce qui m’arrive et quelle en est la raison, ce que je dois faire et comment la correction me sera utile. Tout cela ensemble, c’est la reconnaissance du mal. Cependant, elle nz s’est pas encore réalisée.

Au début, je me sens mal, je souffre, et alors je vais chez le médecin quand on ne me laisse pas d’autre choix. De même, en ce moment l’humanité est également au stade de l’accumulation du mal, jusqu’à ce qu’elle commence à le révéler, par manque de choix. Et puis les gens vont enfin entendre ce que nous disons.

Par exemple, j’ai eu une conférence avec sept professeurs de l’Université de Zurich. Nous avons discuté plus d’une heure, et puis ils ont passé encore deux heures à discuter des choses qu’ils ont entendues. Ils ne s’y attendaient pas du tout. Parmi eux, un imam, un un soufi, un bouddhiste, un catholique, et un Juif. Tous sont engagés dans la recherche de cultures et de religions.

Je leur ai raconté l’histoire du développement de l’humanité et de la Kabbale de l’époque d’Abraham jusqu’à l’époque moderne, j’ai expliqué la croissance de l’égoïsme, et décrit la crise moderne comme une rampe de lancement pour sauter à un nouveau degré par l’unité.

Chaque mot a été une surprise pour eux. Et nous parlons d’intellectuels, des scientifiques formés formés dans une grande université, qui sont des références pour trente instituts de recherche scientifique.

Que dire des gens simples? Combien de temps faudra t-il jusqu’à ce qu’ils éprouvent tant de mal et veuillent entendre parler de sa cause?

Il ne s’agit pas de la façon dont nous sommes intelligents. Nous ne sommes pas intelligents; notre message est tout simplement contraire à la nature humaine. C’est toute la question.

Donc, nous avons beaucoup de travail devant nous. D’une part, nous avons besoin de patience et de persévérance. Nous devons rassembler tous nos efforts et nous allons réussir.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 24/06/11, Écrits de Baal HaSoulam

La théorie sans pratique est inutile

Dr. Michael LaitmanUne personne a besoin de vivre la méthode intégrale avec ses propres sentiments, de travailler encore et encore, creuser à travers ce matériau, chercher en elle, entrer émotionnellement, et vous transmettre ces sensations. 

Ce n’est pas un système simple. Vous devez le sentir progressivement à travers votre souffrance, la recherche, et les frustrations-à travers les questions à l’intérieur de vous. Sinon, rien n’en sortira, tout comme avec tout le reste.

Combien une personne souffre, travaille, fait des efforts, et passe des nuits blanches jusqu’à ce qu’elle devienne un bon spécialiste de quelque chose. C’est la seule façon de grandir, par tout broyage intérieur de nous-mêmes. Tout atelier, tout congrès, toute action collective, laisse son empreinte, sa Reshimo (réminiscence).

Nous venons de tenir un congrès de deux jours, qui est déjà imprimé dans un Kli collectif (récipient) en raison d’une certaine communauté formée ici entre nous. Ainsi, dans nos travaux futurs, nous regarderons ce congrès une fois de plus, car il a son histoire et sa continuation. Voilà comment cela fonctionne. C’est pourquoi je suis désolé pour ceux qui ne viennent pas ici.

Du camp d’été international en Bulgarie « Deuxième jour » 12/07/14, Leçon 3

Pression d’en haut, pression d’en bas…

Dr. Michael LaitmanQuestion : Est-ce que Israël apporte la Shefa (abondance) et la Lumière au monde ? En attendant, tout le monde nous blâme d’apporter le mal au monde.

Réponse : En attendant, nous sommes en train de boucher les conduits de la Lumière et ne laissons pas la Lumière et la Shefa couler à flots à travers eux vers tous les mondes. Nous sommes dans le plus bas monde, dans le centre de toute la création, et nous bouchons le passage de la Lumière, de l’abondance de haut en bas, en ne la laissant pas remonter de bas en haut.

Le problème est que même si nous sommes tous dans une mer de Lumière, de Shefa, elle vient de haut en bas et fait pression sur ​​nous à travers ces systèmes que nous devons activer pourtant. La Lumière fait pression sur Israël à travers la nature, à travers les nations du monde.
Israël ressent la pression d’en bas, de ceux à qui elle doit transférer la Lumière, et également la pression d’en haut, de la Lumière qui doit passer à travers elle vers toutes les nations du monde et la nature minérale, végétale et animée. Israël se trouve au milieu et ressent la pression des deux côtés.

De la préparation au cours quotidien de Kabbale du 23/07/14

Une énergie invisible qui change les gens

Dr. Michael LaitmanQuestion: Au cours du processus de diffusion de la méthode intégrale, je suis tombé sur quelque chose d’intéressant. Nous avons travaillé avec les enseignants de l’école et ils nous ont dit qu’il n’y a rien de nouveau dans ce que nous disons: s’unir, être amis, éduquer les enfants correctement, mais nous abordons ceci d’une manière différente. Quel est ce « autrement »? D’où cela vient-il?

Réponse: Dans nos mots, nos activités, en tout, une fin complètement différente se fait sentir. Et ce n’est pas les mots qui sont dirigés vers cet objectif, il s’agit plutôt d’une force intérieure qui existe au sein de ces mots. C’est ce qu’ils ressentent. L’essentiel est qu’ils sentent aussi le résultat que vos actions, une sorte de trace reste qui n’existe pas après d’autres activités.

Vous venez vers une communauté, apparemment en les divertissant, et vous faites des exercices avec eux. Après cela, ces gens sortent. Leur tête tourne dans une direction légèrement différente et ils commencent à percevoir le monde différemment parce que dans vos paroles et vos actions existe une énergie plus élevée qui change les gens. Elle les transforme! Cela signifie qu’ils ne peuvent pas dire ce que c’était, mais ils sentent que quelque chose a changé.

Du camp d’été international en Bulgarie « Jour Un » 11/07/14, Leçon 2

Une force pionnière qui a perdu son chemin

Dr. Michael LaitmanC’est à Israël d’être le premier à découvrir, à montrer le chemin, et à mener tous les autres. Si Israël n’effectue pas sa tâche, il ressentira la pression de tous ceux qui sont détenus derrière lui. Le système général pousse tout le monde par derrière, et ainsi ils pressent la force ouvrant la voie qui a perdu son chemin et a oublié sa mission.

C’est l’image que nous voyons aujourd’hui dans le monde. La plupart du peuple d’Israël n’a aucune idée de sa mission spéciale. Même si cela est écrit dans nos livres, les gens ne voient pas cela et ne veulent pas le lire ; ils ne comprennent pas que cela est lié à eux. De même, les leaders du peuple ne lui montrent pas cela.

Par conséquent, après s’être éloigné de plus en plus de notre mission, nous nous détériorons de plus en plus. Nous rendons notre situation plus grave et ressentons une attitude négative croissante des nations du monde à notre égard. Les nations du monde sont cette partie de l’humanité dont il est dit qu’elle nous suit sur le chemin que nous avons pavé.

Sans nous, l’humanité ne réussira pas à ouvrir la voie pour elle-même. L’ordre est que Israël est obligé de passer en premier. Nous espérons que nous pouvons expliquer cela à la fois à la force pionnière elle-même et en général à tout le reste, pas seulement au peuple d’Israël, mais aussi à tous les peuples du monde.

Dans l’ancienne Babylone, Abraham a parlé à propos de la création, de la façon dont elle doit traverser, à propos de la tâche de la personne sur ce chemin, qu’elle doit se préoccuper de toute la nature.

Quand Israël se corrige, il corrige aussi les nations du monde, et à travers eux, il corrige la nature minérale, végétale et animée. C’est à nous d’être préoccupé par toute chose. Plus nous retardons notre correction, plus nous causons un grand chaos dans la nature, dans l’écologie.

C’est à Israël de ressentir la force pionnière elle-même et de mener à bien sa mission.

Le roi David a écrit dans le Livre des Psaumes (Psaumes 23:06) : « Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront ma vie durant, et j’habiterai de longs jours dans la maison du Seigneur. » La pression qui est activée sur nous de toutes les directions est appelée « la bonté et la miséricorde », qui nous suit tout au long de la vie, car sans elle nous oublierions la mission exaltée qui nous a été imposée.

De la préparation pour le cours quotidien de Kabbale du 23/07/14

Faites de la place pour tout le monde

Dr. Michael LaitmanQuestion : Comment utilisons-nous notre ego correctement, et comment pouvons-nous nous annuler pour réaliser l’objectif du groupe ?

Réponse : Notre ego est notre fidèle assistant. Si nous l’entendons correctement, si nous comprenons combien il est nécessaire de travailler avec lui, alors nous allons remercier le Créateur qu’Il nous ait fait comme ça. Malheureusement, nous ne travaillons pas avec lui correctement.

Peu importe que les gens viennent au groupe, quels qu’ils soient et combien de temps ils restent avec nous, il se pourrait qu’ils viennent aujourd’hui et partent demain, cela n’a pas d’importance pour nous. Nous devons accepter chaque personne (tant qu’elle n’est pas nocive) comme quelqu’un qui manque à notre Kli général. Cela n’a pas d’importance avec quelle « folie » elle parvient à nous. Nous devons l’accepter comme quelque chose de souhaitable.

Le groupe doit faire de la place pour tout le monde, soutenir tout le monde, mais seulement si on ne commence pas à le dénigrer, si l’on ne commence pas à être trop condescendant ou à nuire aux études, ou en n’exprimant pas son désaccord selon les principales exigences pour le groupe qui nous ont été données dans les écrits des grands kabbalistes : le Ramchal, le Ari, le Baal HaSoulam et le Rabash.

Nous devons être préoccupés par les amis, parce que chacun d’eux est un fragment de mon âme. Après tout, tous les groupes du monde, toute l’humanité, tout le minéral, le végétal, et l’animé sont mon âme. Mais, en attendant, je perçois uniquement la partie que le Créateur me donne afin que je commence en quelque sorte à me construire spirituellement.

Du Camp d’Été International en Bulgarie, Leçon n°2 du 11/07/14

Un dôme d’amour contre les missiles

Dr. Michael LaitmanQuestion : Supposons que dans un cercle, nous atteignons la proximité de nos cœurs. Cela empêchera-t-il les missiles de tomber sur nous ?

Réponse : Après une telle expérience, les gens comprendront et accepteront qu’il est possible d’atteindre un meilleur résultat grâce à l’union; ils progresseront. Ils auront le sentiment que le peuple d’Israël possède vraiment un pouvoir unique avec l’aide duquel il est possible de corriger le monde.

Ils ont besoin d’arriver à une conclusion comme celle-ci progressivement, un autre atelier et un autre, autant que nécessaire. L’éducation n’est pas acquise tout d’un coup, mais chaque fois, peu à peu, ils commencent graduellement à découvrir que c’est le cas.

La chose principale est que nous verrons comment ces actions elles-mêmes commencent soudain à changer la réalité. Il deviendra perceptible que par des activités comme celles-ci, nous permettons à la Lumière de travailler à l’intérieur de chaque désir humain. Partout dans le monde, des changements positifs se produiront. Nous allons ressentir combien tout commencera à se détendre et tout le monde commencera à se rapporter à Israël différemment.

Soudain, il deviendra clair que l’ONU n’est plus dirigée contre nous, et nos ennemis et ceux qui nous haïssent s’accorderont tout à coup avec des mesures pacifiques.

Il n’y a pas de choix. Seul Israël a le libre choix et fonctionne de façon indépendante dans le monde. Que nous le voulions ou non, tout tourne autour de nous. Nous ne pouvons pas dire que nous ne sommes pas coupables et que nous ne comprenons pas ce qu’ils veulent de nous. Nous appartenons au peuple d’Israël et ainsi, nous devons amener le monde à la correction ! Les kabbalistes ont déjà écrit à ce sujet il y a cinq mille ans.

De KabTV, « La Mission du Peuple d’Israël » du 08/07/14

Une méthode simple

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment pouvons-nous accélérer l’avancement spirituel, nous unir, mettre tous les morceaux ensemble, et adhérer au Créateur plus rapidement?

Réponse: Comment accélérer le temps de correction? En fait, c’est ce que nous faisons.

Il peut être étiré sur des décennies, voire des siècles, ce qui entraîne le retour à plusieurs reprises dans cette vie jusqu’à ce que nous nous élevions au degré suivant. L’accélération ne peut être atteinte qu’en attirant la Lumière Supérieure à nous; il n’y a pas d’autre moyen! Nous avons une méthode très simple, très primitive de travail, que nous devons utiliser. Vous pouvez lire des milliers de livres de Kabbale, mais croyez-moi, vous ne trouverez rien de différent.

Après tout, qu’est-ce que nous apprenons à partir du modèle de la création elle-même, à partir du système de gouvernance? Seulement comment évoquer la lumière supérieure, qui va progressivement nous corriger par son influence. Et c’est seulement possible de l’attirer à travers l’équivalence avec elle.

Je donne souvent des exemples de la façon dont les enfants jouent en imitant les adultes et progressivement ils deviennent plus intelligents et deviennent comme eux. Cela, aussi, est l’influence de la lumière supérieure.

Tout est réalisé uniquement par équivalence! Lorsqu’a votre niveau actuel, vous vous efforcez de devenir semblable à quelque chose, le prochain degré agit sur vous et vous y accéder progressivement. Les plantes, les animaux, les cellules et les systèmes se développent selon ce principe. Nous devons nous développer selon ce principe, aussi bien aux niveaux mental que spirituel.

De la 2e leçon du congrès en Bulgarie. 11/07/14

Page 1 des 712345Dernière »