Les cellules perdues du corps

congrès, groupeNous devons toujours garder à l’esprit que tous nos récipients sont en dehors de nous. Nous ne pouvons ressentir uniquement ce monde dans notre désir corporel et animal actuel. Mais ce n’est pas la vraie réalité, c’est comme se sentir en tant que cellule unique détachée du corps, et ainsi elle ne ressent pas de vie.

La vie est le métabolisme, l’échange de données, de ce fait ce que chacun de nous ressent maintenant, c’est la mort réelle. Il n’y a pas de vitalité spirituelle dans notre état ​​actuel.

Si nous essayons de nous connecter avec tous les amis qui sont avec nous dans un cercle et avec tous les kabbalistes aussi, avec les prophètes, avec tous ceux qui ont vécu dans ce monde et si nous travaillons sur la correction, en collectant les parties de son grand désir qui se trouve chez les autres, nous obtenons leurs désirs à partir d’eux.

L’âme d’une personne lui est extérieure ; elle est à l’intérieur des autres. Dans la mesure où elle écoute cela et veut se connecter avec les parties de son âme, en demandant la connexion, elle atteint le récipient de son âme. La Lumière Environnante (Ohr Makif) l’influence et connecte les parties.

Quand la Lumière peut se révéler dans ce récipient qu’une personne a mise en place, elle se révèle. Alors ce n’est plus la Lumière qui Répare mais la Lumière qui le remplit avec le bon et le bienveillant.

Tout est fait par la Lumière. Elle relie les parties du récipient pour une personne et la remplit, et ainsi une personne avance sans arrêt. Le niveau d’une personne sur l’échelle spirituelle se mesure par le nombre de récipients qu’elle attache à elle-même, et elle monte toujours plus haut jusqu’à ce qu’elle connecte toutes les parties brisées.

De la préparation au cours quotidien de Kabbale du 22/06/14

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed