Ressentir l’amour et non pas soi-même

Dr. Michael LaitmanQuestion : Un des versets du « Cantique des Cantiques » contient ces mots : « Je suis malade d’amour. » De qui est-ce que cette femme parle, d’elle-même ?

Réponse : Si je me rapporte à la nature, à l’ensemble de la réalité avec amour, je commence à ressentir d’elle la chaleur et une attitude aimante. Elle m’embrasse, me caresse, me protège et m’entoure avec de bonnes et agréables vagues qui me soutiennent constamment.

De cette façon, je ne parle pas du côté de « l’homme », c’est-à-dire, une attitude envers la nature avec amour, mais du côté de la « femme », recevant l’attitude en réponse. En fin de compte, nous parlons d’une personne qui se ressent en donnant et en recevant.

Celui qui remplit s’appelle un homme. Celui qui reçoit de l’autre en réponse s’appelle une femme. Il s’avère qu’être en bonnes relations avec le monde s’appelle un homme, et recevoir des vagues de chaleur et d’amour du monde s’appelle une femme.

Question : Cela n’a pas d’importance que je sois un homme ou une femme ?

Réponse : Bien sûr. Nous parlons d’une personne qui a corrigé le mauvais penchant en elle-même et qui a acquis le bon penchant à travers le travail de groupe et l’éducation intégrale.

Maintenant, elle ressent le don sans réserve et la réception par rapport à l’ensemble de la nature et de l’humanité toute entière. Cette sensation lui apporte un sens de la perfection et l’élève au-dessus de tous les inconvénients, de telle sorte que les notions de temps, d’espace et de mouvement disparaissent.

Question : Qu’est-ce que « Je suis malade d’amour » ?

Réponse : Une nouvelle sensation la capture et la remplit à un point tel qu’elle ne se ressent plus. Elle ressent l’amour qui la comble, mais ne reçoit pas elle-même cet amour. Elle s’élève à la sensation de la nature générale, sort d’elle-même et n’existe pas, n’est pas présente.

Il n’y a seulement qu’un sentiment d’amour universel. C’est le point de son unité, son adhésion et sa connexion supérieure avec la nature, avec le Créateur. La faiblesse réside dans le fait que l’amour gouverne.

Question : Pourquoi est-ce une maladie ?

Réponse : Lorsque quelque chose vient de l’extérieur, me remplit et me domine, cette puissance étrangère s’appelle une maladie. C’est l’expression de l’amour qui vient et me remplit complètement.

Question : Mais c’est bien d’être malade d’amour ?

Réponse : Exact. Seulement, il convient de souligner qu’il n’y a pas de frontières. Vous êtes en-dessous de cette puissance étrangère de votre plein gré et en raison du travail constant que vous effectuez avec de grands efforts. Vous avez atteint cet état, mais comme résultat, vous êtes dans le pouvoir de l’amour.

De KabTV, « Une Nouvelle Vie » du 28/05/14

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: