Une civilisation irréfléchie

Dr. Michael LaitmanQuestion : Ces derniers temps, il y a une direction telle que l’économie comportementale. De nombreuses études montrent que les humains ne sont pas des créatures rationnelles, mais au contraire, ils sont gouvernés par des impulsions sensorielles, et ils agissent souvent à leur propre détriment. Êtes-vous d’accord avec cette affirmation ?

Réponse : Un être humain est un désir de recevoir et le désir de recevoir est dépourvu de logique (rationalité). Chacun choisit exactement ce qui est appréciable pour lui-même. Mais apparemment, mon choix rationnel est subordonné à l’éducation, à l’habitude et aux valeurs.

Il y a aussi d’autres facteurs : la peur de la mort, le désir de réussir, et le fait d’être bien vu aux yeux de ses pairs dans son environnement. La survie et les pulsions sexuelles jouent un rôle qui n’est pas moins important.

Question : Depuis un certain temps, les psychologues ont tenté d’identifier ces forces cachées qui ne nous permettent pas de prendre des décisions rationnelles (logiques).

Réponse : Aujourd’hui, sur la longue route du développement, et grâce à notre puissance accrue, nous voyons que toute notre civilisation est complètement irrationnelle. Elle agit de manière destructive envers elle-même et choisit délibérément le chemin de la souffrance.

Par exemple, une mère apprend à son enfant : « Sois conciliant envers les autres, sois calme, ainsi tu auras plus d’amis. » Alors qu’il dit catégoriquement : « Je ne veux pas ! » Nous voyons des exemples de cela non pas seulement chez les enfants. Les adultes et des groupes entiers de personnes se battent, tuent et se détruisent les uns les autres uniquement par envie, vanité et par désir de dominer.

Il est complètement entendu que l’aspiration à remplir nos instincts internes et notre irrationalité est ce qui nous dirige et nous employons notre intellect uniquement plus tard, lorsque cela est nécessaire pour obtenir ce que nous voulons.

Question : L’expression « Les humains sont des créatures émotionnelles » indique qu’il ressent l’éveil d’un désir en lui. À quoi est-il sensible ?

Réponse : Il est sensible à ce qui lui manque, c’est-à-dire, par rapport à ce dont il a besoin. Il prête attention à lui-même tout le temps : « Qu’est-ce que je veux ? Quel genre de désir s’est réveillé en moi maintenant m’obligeant à le remplir ? Je suis un esclave de mes désirs ; ils me dominent. »

Question : Si l’intellect ne sert que les désirs, où se trouve la sagesse ?

Réponse : Elle se trouve dans le désir. Le désir de recevoir est notre nature. C’est évident à tous les niveaux. Les atomes maintiennent leur forme, les plantes absorbent les substances bénéfiques et émettent des substances nocives, et les animaux se multiplient. Tout cela est le désir de recevoir et de se remplir de toutes sortes de choses agréables selon un programme qui existe dans chaque individu.

C’est ainsi que la sagesse se manifeste aux niveaux minéral, végétal et animé. Excepté chez les humains, le programme pour la vie de tous les autres êtres vivants ne peut être modifié. Chaque chat va manger du poisson pour le plaisir, même s’il n’en a jamais goûté auparavant. Tout est différent avec les humains. Vous ne commencez pas à manger de la nourriture chinoise si vous êtes habitué à une cuisine slave depuis l’enfance. Ce qui peut être tiré de ceci est que les êtres humains sont soumis à un programme unique que nous appelons éducation.

De KabTV, « Une Nouvelle Vie » du 11/07/13

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: