La femme est une coupe de bénédiction

Dr. Michael LaitmanUne femme est un symbole de la volonté. Le désir doit être élevé dans le travail spirituel au niveau où il est purifié de tous ses mélanges égoïstes.

Dans le Zohar, Lévitique, Amor, 38 Moïse commença et dit « cette Mitsva est que le grand prêtre épouse une vierge », comme il est écrit « une veuve, une divorcée, une déshonorée et prostituée, il ne prendra pas l’une d’entre elle, car il prendra pour femme une vierge de son peuple ». Pourquoi ne doit-il prendre qu’une vierge sans défaut ? Mais cette femme est la coupe de la bénédiction et s’ils en ont goûté, ils l’ont endommagé. Cela fait allusion à Malkhout qui est appelée « la coupe de bénédiction » et le prêtre qui a sacrifié une offrande devant le Seigneur doit être complet dans ses organes sans défaut, car les défauts sont exclus chez les prêtres. Il est complet dans son corps et complet dans sa Noukva, pour que le verset « Tu es toute belle mon amie et sans défaut » se réalise.

Par conséquent, les noms «veuve», «divorcée», «déshonorée,« prostituée »  et« mariée »tout cela signifie que le désir n’est pas encore complètement pur et libre de l’ego. Ce n’est qu’après la purification totale qu’il devient digne de ce niveau sur lequel le prêtre travaille, le niveau est appelé « vierge ». Devenir une vierge signifie s’élever au niveau qui n’est pas corrompu par l’inclination égoïste. Alors, il peut être utilisé comme Noukva par le prêtre, car il est libre de toute partie égoïste et inclusions et donc il peut l’épouser. Cela signifie qu’avec l’aide d’un tel désir, il peut désormais recevoir la Lumière Supérieure pour effectuer le Zivoug de Haka’a etdonner naissance au niveau suivant.

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed