Sur un petit radeau

Laitman_716_01Question : Si chaque personne qui nous quitte fait un trou dans notre connexion, notre bateau n’est-il pas plein de trous ?

Réponse : Non, ces gens n’ont pas participé à la connexion et n’ont pas eu l’intention d’être intégré à l’intérieur de celle-ci. De ce fait, nous les rejetons loin de nous ; il suffit de les jeter à la mer, dans notre mer égoïste collective appelée Malkhout.

Question : Qui est dans ce bateau ?

Réponse : Sur le bateau se trouvent ceux qui veulent être sur le navire. Le navire est le Massakh (écran) qui nous connecte, qui nous réunit tous ensemble. Ce navire est le commencement du Kli, la première condition de notre présence sur le navire afin de ne pas se noyer dans la grande mer de nos forces impures (Sitra Akhra).

Dans le bateau se trouvent les « points dans le cœur », et en dessous se trouve la grande mer de notre ego. Et le navire est utilisé comme un Massakh protecteur, comme un radeau sur lequel nous nous unissons avec nos points dans le cœur et qui ne coule pas. Et autour de nous, les vagues déferlantes de la tempête de mer de la Sitra Akhra font rage.

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 02/06/14, Écrits du Baal HaSoulam

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent:

Article suivant: