Monthly Archives: mai 2015

Qui a une âme ?

laitman_572_03Question : Est-ce que chaque personne possède une âme, et est-elle éternelle ?

Réponse :
Seule une personne qui construit son âme en a une. Construire une âme signifie atteindre le niveau de l’amour des autres. Dans la mesure où j’atteins l’amour des autres, je ressens l’amour des autres dans mon désir corrigé, une sensation que l’on appelle la Lumière Supérieure. Le désir avec la Lumière à l’intérieur qui est absolument orienté vers le don sans réserve et l’amour des autres est appelé une âme.

La Lumière est la sensation de la force supérieure, du Créateur, à l’intérieur du désir. Le désir qui vise à l’amour des autres et la Lumière qui le remplit, ce qui signifie ce que je ressens dans mon désir en visant à l’amour des autres est appelé une âme. Le récipient de l’âme est le désir et le remplissage du désir est la Lumière Supérieure. Voilà comment nous découvrons l’âme. Ainsi, il est clair qu’au départ personne ne possède une âme, mais tout le monde peut l’acquérir s’il corrige son attitude envers les autres. Notre vie est arrangée de telle sorte que finalement tout le monde atteindra son âme, quoi qu’il arrive.

Si nous parlons de la nation qui va l’atteindre en premier lieu, la nation d’Israël est destinée à atteindre la réalisation de l’âme d’abord. Maintenant, dans notre génération tout le monde peut le faire. C’est la raison pour laquelle la sagesse de la Kabbale est révélée, la méthode qui nous dit comment atteindre l’âme en dehors du désir égoïste, comment changer le désir pour le bénéfice des autres selon le principe « Aime ton prochain comme toi-même ». Lorsque toute la nation israélienne commencera à s’y engager et atteindra ce niveau, l’état qui est appelé une âme, toutes les nations du monde seront en mesure de faire la même chose également. Peu importe ce que la nation israélienne atteint, cela s’écoulera aussi sur eux. Tous les problèmes et la corruption qui ont récemment été révélés en Israël existent parce que nous aurions dû commencer à corriger notre âme il y a longtemps mais nous sommes à la traîne.

Du Programme de la Radio israélienne 103FM, le 10/05/15

La Fête du don de la Torah chaque jour !

Dr. Michael LaitmanQuestion : Pourquoi devons-nous recevoir la Torah chaque année durant la fête de Chavouot, si nous l’avons déjà reçue au Mont Sinaï ?

Réponse :
Il ne s’agit pas d’une action physique et d’être physiquement au pied du mont Sinaï. On nous dit qu’une personne doit se voir comme si elle quittait l’Égypte tous les jours. Elle doit entendre les Dix Commandements chaque jour comme si elle les recevait, encore et encore. C’est parce que notre ego, notre désir de recevoir, est renouvelé chaque jour. Contrairement à cela, nous devons continuellement éveiller le désir de donner sans réserve, le pouvoir de l’amour. Ceci est la raison pour laquelle la Torah nous est donnée sur une base quotidienne.

Maintenant, nous sommes cependant en exil, ce qui signifie que nous ne ressentons pas la bonne force qui nous est cachée. Nous ne pouvons que la révéler grâce à la sagesse de la Kabbale, qui a également été intentionnellement dissimulée jusqu’à il n’y a pas si longtemps.

Question :
Comment la Torah est-elle liée à la sagesse de la Kabbale ?

Réponse :
La sagesse de la Kabbale est appelée la sagesse de la vérité, la sagesse de la Lumière, car c’est en réalité grâce à cette sagesse que nous pouvons atteindre la force de la bonté, la force de l’amour et du don sans réserve, et accomplir la garantie mutuelle et l’unité entre nous. Nous avons essayé de le faire pendant des décennies au sein de l’État d’Israël, mais les choses vont de pire en pire. Nous avons déjà atteint un point où la situation est insupportable.

La sagesse de la Kabbale, d’autre part, nous révèle la force de la bonté, la force de l’amour, qui nous relie ensemble et nous permet de l’utiliser. Nous commençons à sentir la façon dont nous devons équilibrer le mal partout où il se révèle par la force de la bonté. Ensuite, nous avons deux forces par lesquelles nous pouvons avancer dans la bonne direction vers l’unité et l’amour, et nous pouvons nous développer d’une manière bonne et merveilleuse.

Du Programme de la radio israélienne 103FM, le 17/05/15

La terre promise dans le désert

Dr. Michael LaitmanQuestion : Il est dit que d’hériter la terre nécessite beaucoup de préparation. Quelle est cette préparation ?

Réponse :
La terre d’Israël est cette même Babylone ou Égypte, mais corrigée. Au début, il n’y avait pas de terre d’Israël, uniquement le pays de Canaan. Il n’y a pas de terre d’Israël sans la nation d’Israël. L’héritage de la terre d’Israël est lorsque vous prenez les désirs de Babylone, les désirs de  Pharaon, qui se découvrent comme étant cruels, terribles et égoïstes, les mettez au travail, et les transformez pour le bien du don sans réserve.

Et les désirs corrigés sont appelés la terre d’Israël, car ils sont dirigés pour l’amour du don sans réserve, droit au Créateur. Si je suis dans le désir de recevoir qui est appelé l’Égypte, sous le contrôle de Pharaon, et aspire à atteindre l’état qui est pour l’amour du don, à atteindre l’état de l’amour de l’autre comme soi-même, alors on appelle cela vouloir s’échapper de l’Égypte.

Je m’élève au-dessus de ces désirs égoïstes qui sont appelés Égypte parce que lorsque je suis à l’intérieur d’eux, je ne peux jamais les corriger. Ainsi, je m’élève au-dessus d’eux, me détache d’eux, et je suis capable de les utiliser d’une telle manière que je les corrige. La correction de ces désirs est telle que je me détache d’eux et ne veux pas être influencé par eux.

Ce travail de s’élever au-dessus des désirs de recevoir est appelé les quarante années d’errance dans le Désert du Sinaï. Et après je peux traiter et transformer ces désirs et je peux déjà travailler avec eux pour l’amour du don sans réserve, que l’on appelle alors l’Égypte, qui au début est devenu le Désert du Sinaï et qui maintenant se transforme de Désert du Sinaï en terre d’Israël.

Ce sont des spécifications très précises. Il suffit d’apprendre à les interpréter correctement, et ensuite tout devient très simple.

De la Préparation au cours quotidien de Kabbale du 23/03/14

La recherche du sens de la vie

Dr. Michael LaitmanQuestion : Aujourd’hui l’étude de la sagesse de la Kabbale est devenue à la mode. Ses adeptes sont des célébrités, comme Madonna. Est-ce que cela perturbe ou aide votre objectif mondial d’amener une personne à une nature spirituelle ?

Réponse :
D’une part, cela attire l’attention des gens vers la sagesse de la Kabbale, car ils commencent à lire et à s’y intéresser. D’autre part, Madonna et d’autres ne sont pas réellement engagés dans la Kabbale. Rien ne peut être fait à ce sujet ; c’est ainsi que l’humanité se développe. Quand cela arrive du grand système spirituel, il n’y a pas de compréhension immédiate, ni de perception de ce que c’est, alors les gens abordent cette question sous différents angles.

Même les étudiants qui viennent à nous pour étudier ne comprennent pas exactement où ils sont pour une demi-année ou plus. Ils peuvent être comparés à ceux qui ont étudié la physique quantique. Là aussi, pour une année, les étudiants pour près de la moitié sont dans le désespoir à cause d’un manque de compréhension. Une personne ne peut pas entrer immédiatement dans une nouvelle dimension, ainsi dans la sagesse de la Kabbale, il doit y avoir une période d’ajustement.

Question :
Est-ce que ces célébrités vous aident ?

Réponse :
Cela ne dépend pas d’elles ; c’est plutôt le besoin, la demande, et l’impératif de la personne. Les gens viennent à la sagesse de la Kabbale lorsque la question sur le sens de la vie pique leur âme : « Pour quoi est-ce que je vis ?! » Si cette question brûle chez une personne, elle ressent un manque de sens à son existence et elle ne peut pas être en paix avec cela, donc finalement, elle nous atteint. Mais si la question sur le sens de la vie est satisfaite pour elle à travers la nourriture, le sexe, la richesse, la famille, la connaissance, etc., alors elle est coincée quelque part dans ces niveaux de satisfaction. Ceci est ni bon ni mauvais ; en attendant, la personne se trouve simplement à ce niveau de développement.

Pendant quelque temps, j’ai cherché par moi-même le sens de la vie, en commençant par la science et après par la religion, et je ne l’ai pas trouvé en elles. Et quand cela est devenu totalement insupportable, on m’a conseillé de chercher des Kabbalistes. J’ai cherché mon professeur pendant quatre ans, et quand je l’ai trouvé, j’ai compris que cela était pour moi.

De la Conférence de Presse du 11/03/15

La bénédiction de la sixième année

Laitman_707La Torah, « Lévitique », 25:19-25:21 : La terre donnera ses fruits, dont vous vous nourrirez abondamment, et vous y résiderez en toute quiétude. Que si vous dites : « Qu’aurons-nous à manger la septième année, puisque nous ne pouvons ni semer, ni rentrer nos récoltes ? » Je vous octroierai Ma bénédiction dans la sixième année, tellement qu’elle produira la récolte de trois années…

Si je continue à observer les lois spirituelles, je n’ai aucun problème et je suis sous la protection de la nature. Mais lorsque je me plonge dans mon ego et commence à fonctionner tout seul, je ne peux pas compter sur la récolte des cultures pour les trois années à venir.

Pouvez-vous imaginer ce qui se passerait si j’avais une mauvaise récolte dans la sixième année ? Que vais-je manger pendant les trois années qui suivent ? Rien. Dans les temps anciens, les gens dépendaient totalement de ce que la terre leur donnait.

Question :
Qu’est-ce que cela symbolise par rapport à notre état interne ?

Réponse :
Je corrige mes désirs et je remplis les six Sefirot : Hessed, Guevoura, Tifferet, Netzach, Hod et Yessod. Elles se concentrent toutes et s’accumulent dans la Sefira de Yessod, qui se déplace vers Malkhout et élève Malkhout entièrement à Bina. Par conséquent, je n’ai aucun problème en existant dans Malkhout. Malkhout est le récipient dont je me nourris pendant trois ans.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du 13/08/14

La Bible n’est pas ce que vous pensez…

Dr. Michael LaitmanQuestion : Qu’est-ce que la Bible ? Je n’ai rien trouvé de surnaturel en elle. Bien que l’idée du livre soit assez originale !

Réponse :
Ce livre n’a pas besoin de l’approbation de qui que ce soit. Le personnage principal du livre est le Créateur. Le thème majeur est la condition par laquelle nous pouvons nous « réconcilier » avec le Créateur, ce qui signifie trouver la voie vers un monde plus élevé avant de mourir, de notre vivant, une fois que nous parvenons à atteindre au moins une similitude minime avec le Créateur.

Nous atteignons le domaine supérieur sensuellement, et pourtant physiquement nous restons dans ce monde. L’espace se dilate.

Selon le degré de notre capacité à mettre en œuvre le principe « Aime ton prochain », une personne acquiert la similitude avec le Créateur et Le révèle. Finalement, notre perception de ce monde change de façon spectaculaire, et nous percevons des couches multiples, l’Infini, l’intemporalité.

Sous la pression du rassemblement

laitman_435Le Baal HaSoulam, « Les Écrits de la Dernière Génération », Introduction : … et regarde dans le passé comme on regarde dans le miroir et voit ses défauts afin de les corriger. De même, l’esprit voit ce qu’il a vécu, et corrige ses futurs comportements.

Question :
A la fin du 19ème siècle, la première émigration des Juifs de la Russie vers Israël a commencé. Précédant cela, il y avait des pogroms brutaux à Kutaisi, et après cela, à Kishinev. Cependant, les Juifs restaient encore, vivant là-bas pendant un certain temps. Pourquoi ?

Réponse :
Un développement interne a été nécessaire à la fois pour l’individu et pour les gens afin de les déplacer de leur lieu. Par exemple, vous pouvez vous asseoir et souffrir tout le temps, mais vous ne serez toujours pas assez motivé pour partir. Toutefois, lorsque vous êtes sous l’influence de la pression interne et externe, la prise de conscience de l’accumulation du mal et de l’amertume conduit l’individu ou le peuple tout entier à ne plus être en mesure de rester dans le même lieu, et ils doivent bouger.

Question :
Mais pourquoi les Juifs commencèrent-ils spécifiquement à quitter la Russie ? Après tout, l’accumulation du mal n’est pas moins arrivée en Europe également.

Réponse :
Au 19ème siècle en Europe, il y avait un calme relatif. Sur un fond général d’antisémitisme, la vie des Juifs là-bas se passait très bien, et ils ont prospéré ; tandis qu’à la même époque en Russie, le mouvement des « Black Hundreds » est devenu actif (des organisations d’extrême droite qui étaient actives entre 1905 et 1917 et qui, parmi d’autres choses, étaient également antisémites). Les Juifs ont été mis dans des colonies avec des frontières définies et ils ne pouvaient pas développer de villes ou de villages.

Le problème était que la société russe était très en retard dans la majorité de son développement comparé à la société européenne, alors que les Juifs de Russie, en fonction de leur taux d’avancement, étaient en avance sur les Russes qui vivaient avec eux. Ainsi, la Russie était comme une prison pour les Juifs. Ils ne pouvaient rien faire. Seule l’abolition du servage et le premier Congrès Sioniste à Bâle ont créé l’opportunité d’un changement d’atmosphère, et ils ont seulement pu partir.

De KabTV, « A propos de notre Vie » du 07/05/15

Construire Jérusalem dans le cœur

Dr. Michael LaitmanJérusalem est un concept spirituel, ce qui signifie le don sans réserve à l’autre. Toutes les définitions spirituelles indiquent différents degrés de don, en quittant son égoïsme vers les autres, en devenant inclus dans les autres et en les rapprochant pour les servir. Le don sans réserve pour le bénéfice des autres est appelé le monde spirituel de l’être humain.

Jérusalem est un type spécial de don. Nous donnons grâce à notre cœur, nos désirs, qui sont au nombre de 613. Ensemble, ils sont tous en train de construire notre nouveau désir pour le don. Une de ses étapes est appelée « Jérusalem », une relation spéciale avec les autres et la hauteur de l’amour.

Question :
Pourquoi est-ce que cette qualité humaine s’appelle une ville ?

Réponse : L’être humain se compose de quatre niveaux, qui sont quatre degrés de don sans réserve : le minéral, le végétal, l’animal et l’humain. Le don sur le premier niveau minéral est comme une ville, notre monde. Puis, il y a les niveaux végétal, animal et humain.

Les niveaux végétal, animal et humain suggèrent des changements, à la différence du niveau minéral. Mais une ville est une création de mains humaines, et de ce fait elle contient également les niveaux végétal, animal et humain à l’intérieur d’elle-même.

Chacun peut trouver Jérusalem à l’intérieur de lui. Dans le livre du Ari L’Arbre de Vie, il est écrit que si une personne atteint la révélation de la force supérieure, les attitudes envers les autres, qui sont l’amour et le don sans réserve du degré, appelés le monde de Yetsira, à l’intérieur de cet état elle découvre un endroit spécial qui est la qualité appelée Jérusalem.

A l’intérieur de cette propriété, elle révèle des sous-propriétés : le Mont du Temple, le Temple, le Saint des Saints. Tous ces éléments sont les propriétés du don sans réserve d’une personne comme elle sort d’elle-même vers les autres. Jérusalem est l’attitude particulière d’une personne envers les gens, et par conséquent tout le monde doit construire cette Jérusalem spirituelle dans son cœur.

De KabTV, « Une Nouvelle Vie » du 07/05/15

Les pierres ordinaires de la ville sainte

Laitman_421_01Question : Toutes les trois religions considèrent Jérusalem comme une ville sainte. Pourquoi y a-t-il une attitude très particulière envers cette ville comme si elle reliait une personne à la force supérieure ?

Réponse :
« Jérusalem » signifie « ville parfaite ». C’est un concept spirituel qui n’ajoute pas de sainteté à la ville matérielle et à ses pierres.

Alors que l’être humain est fait de manière très complexe, il est fortement influencé par la force de la simple foi humaine, le pouvoir d’un placebo, ses croyances. Ainsi, en arrivant à Jérusalem, les gens sentent que c’est un endroit spécial.

Mais c’est un lieu saint spécial créé par les gens eux-mêmes, par leur attitude vis-à-vis de cette ville, mais la ville matérielle n’a aucune sainteté. Toutes les différences entre les zones géographiques sont dans leurs racines spirituelles.

Il est écrit dans le livre du grand Kabbaliste le Ari, L’Arbre de Vie, que tout le pays est divisé en zones selon les puissances spirituelles particulières qui les concernent : Jérusalem, la terre d’Israël, le Liban, la Syrie, la Jordanie, Babylone, et tous les autres pays du monde.

Ceci fait référence aux racines spirituelles, mais il n’y a pas de différence dans les pierres physiques. Mais les gens qui vivent dans ce monde sont impressionnés les uns par les autres et donnent ainsi à ces pierres, à l’air et à l’endroit géographique des désignations spéciales.

Nous devons comprendre que c’est seulement en nous élevant au-dessus de ces expériences humaines matérielles que nous serons en mesure de parvenir à une vraie, une correcte impression qui viendra de la propriété spirituelle appelée Jérusalem, le Mont du Temple, le Temple, Israël, les nations du monde.

Ce sont toutes des propriétés internes de l’être humain ; les forces supérieures que nous devons révéler. Alors la Jérusalem spirituelle nous sera révélée et à l’intérieur d’elle le Temple spirituel, qui est le « Saint des Saints », où nous allons rencontrer la force supérieure.

Ainsi, tout le monde doit parvenir à la réévaluation de la force supérieure et à l’adhésion au Créateur.

De KabTV, « Une Nouvelle Vie » du 07/05/15

Pourquoi est-ce que le monde hait les Juifs ?

Laitman_043Question : Pourquoi le monde a-t-il toujours détesté les Juifs ?

Réponse :
C’est parce que ce groupe de personnes qui a quitté Babylone et qui a commencé à s’unir a compris et a convenu que grâce à la connexion et à l’unité, nous nous rééduquons et devenons comme la nature, une nature qui existe selon une loi solitaire unique, la loi de la connexion réciproque générale.

Ce système existe à l’intérieur de nous, et dans la partie restante de Babylone qui a été éparpillée sur la face du monde entier, la méthode n’existe pas. Ainsi, les nations du monde ressentent inconsciemment que nous avons quelque chose qu’ils n’ont pas. Il leur semble que nous cachons cela, même si la plupart d’entre nous ne connaissons pas ce secret.

Selon la sagesse de la Kabbale, le rapprochement correct, bon et mutuel entre les gens au-dessus de toutes les divisions et contradictions qui nous séparent les amènera à ressembler à la loi générale de la nature, la connexion mutuelle. Cette connexion mutuelle est en train de se révéler maintenant de plus en plus dans le monde et dans la société humaine. Lors de son apparition en nous, elle suscite une sensation complètement différente du monde. Nous sortons à un niveau qui est en dehors du temps, du mouvement et du lieu vers d’autres couches de la connaissance de la nature qui sont beaucoup plus profondes que celles que nous ressentons avec nos cinq sens physiques.

Pour la première fois dans la vie, la liberté de choix a été placée entre nos mains. Cela parce que l’ensemble des sept milliards de personnes agissent conformément à un programme inhérent. Mais lorsque nous commençons à étudier la sagesse de la Kabbale, la liberté de choix apparaît en nous, et nous commençons à ressentir ce que c’est. L’unicité de la sagesse de la Kabbale est dans le fait de changer une personne, en lui donnant un sens supplémentaire qui l’aide à ressentir dans quel genre de monde elle existe vraiment. Elle commence à ressentir non seulement le monde et notre petit espace, mais aussi la prochaine dimension. La sagesse de la Kabbale élève une personne au-dessus de sa nature égoïste.

De la Conférence de Presse du 11/03/15

Page 1 des 41234