Daily Archives: 27 mai 2015

La recherche du sens de la vie

Dr. Michael LaitmanQuestion : Aujourd’hui l’étude de la sagesse de la Kabbale est devenue à la mode. Ses adeptes sont des célébrités, comme Madonna. Est-ce que cela perturbe ou aide votre objectif mondial d’amener une personne à une nature spirituelle ?

Réponse :
D’une part, cela attire l’attention des gens vers la sagesse de la Kabbale, car ils commencent à lire et à s’y intéresser. D’autre part, Madonna et d’autres ne sont pas réellement engagés dans la Kabbale. Rien ne peut être fait à ce sujet ; c’est ainsi que l’humanité se développe. Quand cela arrive du grand système spirituel, il n’y a pas de compréhension immédiate, ni de perception de ce que c’est, alors les gens abordent cette question sous différents angles.

Même les étudiants qui viennent à nous pour étudier ne comprennent pas exactement où ils sont pour une demi-année ou plus. Ils peuvent être comparés à ceux qui ont étudié la physique quantique. Là aussi, pour une année, les étudiants pour près de la moitié sont dans le désespoir à cause d’un manque de compréhension. Une personne ne peut pas entrer immédiatement dans une nouvelle dimension, ainsi dans la sagesse de la Kabbale, il doit y avoir une période d’ajustement.

Question :
Est-ce que ces célébrités vous aident ?

Réponse :
Cela ne dépend pas d’elles ; c’est plutôt le besoin, la demande, et l’impératif de la personne. Les gens viennent à la sagesse de la Kabbale lorsque la question sur le sens de la vie pique leur âme : « Pour quoi est-ce que je vis ?! » Si cette question brûle chez une personne, elle ressent un manque de sens à son existence et elle ne peut pas être en paix avec cela, donc finalement, elle nous atteint. Mais si la question sur le sens de la vie est satisfaite pour elle à travers la nourriture, le sexe, la richesse, la famille, la connaissance, etc., alors elle est coincée quelque part dans ces niveaux de satisfaction. Ceci est ni bon ni mauvais ; en attendant, la personne se trouve simplement à ce niveau de développement.

Pendant quelque temps, j’ai cherché par moi-même le sens de la vie, en commençant par la science et après par la religion, et je ne l’ai pas trouvé en elles. Et quand cela est devenu totalement insupportable, on m’a conseillé de chercher des Kabbalistes. J’ai cherché mon professeur pendant quatre ans, et quand je l’ai trouvé, j’ai compris que cela était pour moi.

De la Conférence de Presse du 11/03/15

La bénédiction de la sixième année

Laitman_707La Torah, « Lévitique », 25:19-25:21 : La terre donnera ses fruits, dont vous vous nourrirez abondamment, et vous y résiderez en toute quiétude. Que si vous dites : « Qu’aurons-nous à manger la septième année, puisque nous ne pouvons ni semer, ni rentrer nos récoltes ? » Je vous octroierai Ma bénédiction dans la sixième année, tellement qu’elle produira la récolte de trois années…

Si je continue à observer les lois spirituelles, je n’ai aucun problème et je suis sous la protection de la nature. Mais lorsque je me plonge dans mon ego et commence à fonctionner tout seul, je ne peux pas compter sur la récolte des cultures pour les trois années à venir.

Pouvez-vous imaginer ce qui se passerait si j’avais une mauvaise récolte dans la sixième année ? Que vais-je manger pendant les trois années qui suivent ? Rien. Dans les temps anciens, les gens dépendaient totalement de ce que la terre leur donnait.

Question :
Qu’est-ce que cela symbolise par rapport à notre état interne ?

Réponse :
Je corrige mes désirs et je remplis les six Sefirot : Hessed, Guevoura, Tifferet, Netzach, Hod et Yessod. Elles se concentrent toutes et s’accumulent dans la Sefira de Yessod, qui se déplace vers Malkhout et élève Malkhout entièrement à Bina. Par conséquent, je n’ai aucun problème en existant dans Malkhout. Malkhout est le récipient dont je me nourris pendant trois ans.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du 13/08/14