Monthly Archives: mai 2018

Les sorcières et les démons

Question : Est-ce que les fantômes, les poltergeists, les anges et les démons existent ?

Réponse : Il n’y a pas de sorcières, de goules, de diables, de démons ou autres mauvais esprits.

Ce sont tous des qualités d’une personne. Dans la Kabbale, il existe de nombreux noms à la fois de forces pures (altruistes) et impures (égoïstes). Cependant, elles se trouvent toutes à l’intérieur d’une personne. Cela ne signifie pas que nous devons chasser les démons. Nous devons corriger nos qualités égoïstes.

Ne les imaginez pas sous la forme d’une image. Voulez-vous changer quelque chose ? Alors changez simplement vous-même, votre égoïsme. Disons qu’hier votre égoïsme était à -20 et aujourd’hui il est à -10. Cela signifie que vous avez chassé un « démon » hors de vous.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 14/01/2018

Les trois postulats de la Kabbale

Question : Quelles sont les trois lois fondamentales de la méthode de la Kabbale ?

Réponse : Le premier postulat est qu’il existe une seule force supérieure de la nature, appelée « le Créateur » ou « Nature ». Nous ne lui attribuons pas de propriétés spéciales autres que celle d’être une force générale qui inclut absolument tout ce qui existe dans la création.

Le second postulat est que la force supérieure a créé les niveaux minéral, végétal, animal et humain de la nature, qui sont automatiquement contrôlés par la force supérieure sans aucune possibilité de libre arbitre. Dans une telle situation, une personne est la partie de la nature qui peut consciemment et indépendamment réagir à ses signaux. « Humain » en hébreu est « Adam » (du mot « Domé » [« similaire »]), qui signifie « semblable au Créateur ».

De même que le Créateur a Sa liberté d’action, il existe une possibilité d’agir de façon indépendante lorsqu’une personne s’élève au-dessus de sa nature et peut agir au-dessus de sa propre nature.

Le troisième postulat est qu’à la suite d’actions et d’exercices spéciaux, tout le monde peut atteindre l’équivalence de forme avec le Créateur de manière à ce que nous ayons la liberté d’agir de la même façon que le Créateur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 04/02/2018

Que se passe-t-il lorsque le corps meurt ?

Question : On dit que lorsque le corps meurt, l’esprit le quitte. Qu’est-ce qui abandonne réellement le corps ?

Réponse : Dans la Kabbale, le terme « corps » signifie le désir. Lorsque la Lumière quitte ce désir, il meurt. En d’autres termes, il devient un désir qui ne cherche qu’à recevoir. C’est ce qu’on appelle un désir mort ou un cadavre. En principe, le genre de mort dont vous parlez n’existe pas.

Question : Où sont les âmes non corrigées des personnes après la mort ?

Réponse : Elles existent toujours à l’intérieur du désir qui a acquis une qualité similaire à elles.

Après la mort du corps, nous commençons à ressentir notre plus grand état spirituel et expressif. Non pas parce que le corps meurt, mais parce qu’un certain désir égoïste disparaît.

Question : Une personne peut mourir d’une mort naturelle ou être tuée, noyée ou brûlée. Est-ce que la cause de la mort a un impact sur son âme au moment du décès ?

Réponse : Non, parce qu’elle n’avait pas d’âme ! Avant qu’une personne ait le désir pour le monde supérieur, elle n’est impliquée que dans l’avancement au niveau de ce monde. C’est pourquoi cela vaut la peine de commencer votre progression spirituelle le plus rapidement possible.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 14/01/2018

L’harmonie spirituelle de la langue hébraïque

La connaissance de l’hébreu est très importante dans l’étude de la Kabbale. La Kabbale est différente des sciences de ce monde, par exemple la physique qui peut être apprise dans n’importe quelle langue. Les termes kabbalistiques en hébreu correspondent directement aux récipients spirituels, aux Lumières et aux actions.

En lisant le texte kabbalistique, nous ne lisons pas seulement des mots, mais nous passons de désir en désir, révélant le Créateur à travers le changement des lettres et leur séquence.

Chaque lettre est un symbole spirituel, et chaque mot est une matrice. C’est comme un code secret spécial, un cryptage. Chaque mot, lettre, ordre de mots, et la racine de chaque mot viennent de la relation des Lumières et des désirs. La langue hébraïque a été créée sur cette base. C’est le seul langage qui ne soit pas apparu pour un usage corporel, mais qui est descendu d’en haut pour définir les relations entre les Lumières et les désirs.

Par conséquent, la connaissance de l’hébreu nous aide à pénétrer plus profondément dans la connexion de la Lumière et du désir, à en ressentir le goût et à comprendre pourquoi elle est exactement comme elle est. Nous pouvons ressentir l’harmonie inhérente à la langue hébraïque et l’interconnexion interne des forces de la nature qui s’expriment à travers ses lettres.

Lors de la traduction d’un texte kabbalistique en français ou dans une autre langue, l’essence de l’explication qui est incluse dans le mot lui-même est perdue. La traduction donne une compréhension plus extérieure de l’action, tandis que le mot hébreu exprime la signification intérieure des désirs, leur connexion entre eux et avec la Lumière, et la forme du remplissage.

En plus des lettres en hébreu, il y a des points de vocalisation, des couronnes sur les lettres (TANTA soit Ta’amim – Goûts, Nekoudot – Points, Taguin – Couronnes, Otiot – Lettres) qui montrent comment ces propriétés commencent à se révéler.

Il y a 22 lettres en hébreu : neuf de Bina, neuf de Zeir Anpin et quatre de Malkhout, et cinq autres lettres finales, c’est-à-dire les symboles qui se trouvent sur la Parsa. La sortie de la Lumière construit les points (vocalisations) qui disparaissent. Les voyelles ne sont presque jamais utilisées, elles sont juste implicites.

Les lettres, les points, les couronnes sur les lettres sont tous très importants. Ils peuvent révéler toute la sagesse. Si seulement nous pouvions connaître la signification intérieure des mots et de l’ordre des mots et des lettres ; tout ceci est la révélation entière du Créateur aux êtres créés.

Extrait de la 2ème partie de la leçon de Kabbale, Les Écrits du Baal HaSoulam, « Le Don de la Torah – 1 » du 14/05/2018

Bonne fête à toutes les mamans

 

La Kabbale et la mentalité

Question : Supposons qu’une personne s’installe quelque part, acquière-t-elle le caractère et la mentalité dudit pays ? Est-ce que tout cela est déterminé d’en haut ?

Réponse : Oui.

Question : Y a-t-il un concept de mentalité dans la Kabbale ?

Réponse : Non. Les qualités humaines terrestres ont une très faible influence sur les caractéristiques de l’âme puisque dans le monde supérieur une personne commence à acquérir des propriétés et des états complètement nouveaux.

Parallèlement à cela, elle voit les limites de son inclusion dans le système général d’Adam et en même temps ses états au niveau animal, en particulier ses faiblesses matérielles et ses inclinations. Mais cela n’a pas vraiment d’importance pour la correction spirituelle.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 31/12/2017

Comprendre la nature des femmes

Question : Pourquoi les femmes essaient-elles de prouver leur indépendance vis-à-vis des hommes ? Pour quelle raison ont-elles besoin de cela ?

Réponse : Les femmes ressentent leur dépendance vis-à-vis des hommes ; elles doivent ainsi prouver qu’elles sont indépendantes. Les hommes devraient prendre cela en considération, comprendre la nature féminine.

Il est très important pour les femmes de se sentir soutenues, de sentir une épaule sur laquelle s’appuyer. Les femmes ont besoin d’une maison, d’une famille et d’enfants, des besoins bien plus grands que ceux des hommes.

Par conséquent, il est important d’être attentif à ces désirs qui lui sont donnés par la nature, qu’elle doit remplir. Sinon, elle se sentira constamment sous pression, insatisfaite, non accomplie, incertaine. Les hommes devraient fournir cela aux femmes.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 31/12/2017

La connexion au Créateur annihile le stress

Question : Le monde extérieur met la personne moderne dans un état de stress constant. Comment faites-vous face à cela ?

Réponse : Je ne peux pas imaginer ce qu’est le stress constant parce que tout ce qui se produit je le connecte au Créateur. Quel genre de stress peut-il y avoir si nous sommes dans Son pouvoir, dans Son influence constante sur nous ? Nous n’avons besoin de rien d’autre que de nous détendre et de nager avec le courant de Son action sur nous.

Je recommande de lire régulièrement des articles du Baal HaSoulam et du Rabash. Ils vont rapidement enlever de vous tout le stress. Vous comprendrez que le monde est gouverné par une seule force bienveillante et tout ce dont nous avons besoin c’est d’être en connexion constante avec cela, pour tout amener au Créateur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/01/2018

Pourquoi le Créateur n’est-Il pas un égoïste ?

Question : Le Créateur se développe-t-Il et change-t-Il ?

Réponse : Le Créateur ne change pas. Nous sommes ceux qui changent par rapport à Lui et nous Lui attribuons ces changements. Mais en fait, il n’y a pas de changements en Lui. C’est une Lumière supérieure absolument pure et immuable.

Nous pouvons comparer cela au soleil que nous regardons alternativement avec et sans lunettes de soleil, mais la Lumière ne change pas lorsque vous faites cela.

Question : Pourquoi le Créateur n’est-Il pas égoïste ?

Réponse : C’est parce qu’Il est parfait. C’est une force qui consiste en la propriété du don sans réserve et de l’amour parce que c’est sa nature. Comme Il n’a pas le désir de recevoir ou de se réjouir au détriment de quelqu’un ou de quelque chose, Il ne peut pas être négatif.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 21/01/2018

Dans la pensée initiale

Nous ne pouvons jamais vraiment unir nos désirs ni nos intentions. Nous ne pouvons nous connecter qu’à l’intérieur du Créateur. Là, nous nous connectons et devenons une dizaine. C’est pourquoi il est nécessaire de parler constamment de la grandeur du Créateur, sans qui nous n’achèverons pas la construction de la dizaine. Nous pouvons parler sans cesse de l’unité, mais rien ne se passera.

La fin de l’action doit déjà reposer dans la pensée initiale, c’est-à-dire dans l’adhésion au Créateur ; par conséquent, cela doit être suggéré au début de chaque action. (1)

Extrait de la 2ème partie de la leçon de Kabbale, L’Étude des Dix Sefirot, Partie n°4, Chapitre 1, Point 5, du 10/05/2018

(1) :  à 35 minutes et 20 secondes

Page 1 des 3123