Monthly Archives: décembre 2018

Quel algorithme le Créateur utilise-t-il ?

Question : Un ordinateur a un langage, une tâche, un algorithme et un programmeur. Quel est le langage du Créateur, quelle est Sa tâche et par quel algorithme agit-Il en ce qui concerne la réalité ?

Réponse : Le Créateur fonctionne selon un seul algorithme : Il a brisé la création entière (désir) en différentes parties. Il n’y a que cinq niveaux de désir, chacun d’entre eux consistant en cinq autres. Et ils sont tous répartis en niveaux.

De plus, chaque partie est divisée en 620 parties et 600 000 niveaux. Ainsi, les désirs qui sont brisés dans toutes les directions devraient être progressivement combinés dans cette image stéréo afin qu’ils se complètent. Tel est notre travail.

La combinaison se produit selon un programme spécifique. Nous pouvons avancer en étant motivés par lui, comme on dit : « En dessous de lui. » Nous pouvons avancer en même temps que lui. Et nous pouvons aller au-dessus, en avance sur ce programme. En fonction de cela, nous ressentirons le manque et la souffrance, ou relativement le confort, ou le bonheur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 12/08/2018

L’amour dans la spiritualité

Question : Pourrons-nous jamais remplacer des mots comme « amour » et « don sans réserve » par des termes plus pratiques ?

Réponse : Non, mais nous allons commencer à les comprendre correctement. Vous ne pouvez pas remplacer ces mots parce qu’en termes spirituels, ils expriment la vérité. Dans notre monde, nous les déformons et les utilisons de manière complètement incorrecte.

Si une louve nourrit son petit et en prend soin, on considère qu’elle suit son instinct, pas son amour. L’amour entre un homme et une femme est aussi instinctif. Quel que soit le spectre de relations dont nous parlons (mère et enfant, homme et femme), il s’agit de l’amour instinctif. Le véritable amour s’appelle le don sans réserve, lorsque vous prenez le désir d’une autre personne et le remplissez.

Question : Ne serait-il pas plus facile de changer ce mot plutôt que de convaincre l’humanité que ce n’est pas de l’amour ?

Réponse : Je pense que l’humanité perdra vite ses illusions avec son vocabulaire et va commencer à corriger cela par elle-même. Ce ne sont que des mots, qui sont des impulsions, qui se rapportent à une auto-gratification purement égoïste.

Le fait est que l’humanité n’a jamais écrit sur l’amour, il n’y avait même pas de telles chansons. Elles sont apparues au Moyen Âge, à partir de la Renaissance. Auparavant, l’amour signifiait notre relation avec le Créateur ou une relation spéciale autre que physique entre des personnes. Une telle compréhension du terme « amour » telle que nous la connaissons aujourd’hui n’a jamais existé.

En termes « d’unité » mondiale, c’est une autre histoire. Nous entendons ici l’unité entre les gens dans le but d’atteindre l’objectif le plus élevé, d’atteindre le sens de la vie.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 05/08/2018

Pouvons-nous influencer le monde supérieur à partir de ce monde ?

Question : Les mondes parallèles sont-ils connectés les uns aux autres ? Peuvent-ils s’influencer mutuellement ?

Réponse : La seule chose capable d’influencer le monde supérieur est une personne qui est dans un groupe et qui est en connexion avec des amis. En éveillant progressivement cette connexion et en la renforçant, la personne influence le monde supérieur.

Seule la bonne connexion entre nous, lorsque nous essayons d’imiter le monde supérieur tout en restant dans ce monde, peut nous affecter car en fait cette connexion est déjà spirituelle.

Tout le reste dans notre monde est complètement matériel et n’a aucun lien avec la spiritualité. En fait, notre monde n’existe pas mais il nous apparaît seulement de cette façon dans nos organes de perception. À cet égard, il est absolument imaginaire, illusoire.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 19/08/2018

L’expiation des péchés du point de vue kabbalistique

Question : Existe-t-il un concept « d’expiation des péchés » dans la Kabbale ? Qui est à blâmer si le Créateur contrôle tout et qu’une personne est entièrement sous Sa direction ? Qui peut déterminer la durée du séjour de la personne dans les villes de refuge pour un crime ?

Réponse : Le fait est que tout ce qui est écrit dans la TorahLe Livre du Zohar et d’autres livres kabbalistiques ne parle que du monde supérieur.

Lorsque j’étudiais avec le Rabash, je lui récitais un passage du Talmud de Babylone et il expliquait ce que ses auteurs pensaient d’un point de vue spirituel. C’était très intéressant parce que tout semblait complètement différent : ils écrivaient dans le langage des branches de notre monde tout en impliquant les racines supérieures.

Par exemple, les personnes qui ont commis des crimes ont été envoyées dans les villes de refuge pendant six ans. Bien que notre monde soit apparemment séparé du monde spirituel, les six années représentent les six Sefirot de HGT NHY (Hessed-Guevoura-Tifferet et Netzar-Hod-Yessod, ndt), qu’une personne doit traverser pour pouvoir passer de Malkhout à Bina la septième année, et ces six années se reflètent dans notre monde.

Bien que ce ne soient pas les années du monde corporel, une personne néanmoins doit être isolée pendant ces six années tout en travaillant sur elle-même, en progressant à travers les six degrés du monde spirituel. C’est ce que l’on appelle la « correction ».

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 19/08/2018

Le groupe est l’orientation vers le but

Question : Supposons qu’une personne essaie de se voir plus basse que ses amis et qu’elle ait ce but devant elle. En même temps, elle doit faire un effort intérieur. D’où obtient-elle la force si elle se trouve à un point où elle ne les voit pas encore au-dessus d’elle-même ?

Réponse : Je dois expliquer à moi-même que l’aspiration et la réalisation du but ne dépendent pas de moi. Ma tâche est de recevoir les aspirations du groupe et de les accomplir.

Il semble à une personne qu’elle a un but, une direction, qu’elle sait tout, qu’elle peut tout faire et que tout dépend d’elle, ou tout au plus du Créateur. Pourtant en fait, l’orientation vers l’objectif est fournie par le groupe et le but lui-même est au centre du groupe, dans la connexion correcte entre tous.

Par conséquent, je dépends complètement du groupe. Lorsque je choisis pour la première fois l’objectif, je détermine que par mes efforts, j’y dirige tout le groupe, en ajoutant de ma part tout ce dont il a besoin pour l’atteindre.

Je fais des efforts pour absorber leur aspiration et leur enthousiasme envers le but. J’essaie de me rapprocher d’eux en étant au-dessus, en dessous et égaux à eux, car c’est en eux que je parviendrai à l’adhésion au Créateur. Tout mon travail se concentre au sein du groupe.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 09/05/2018

Jouer à l’état désiré

La vie est un jeu. C’est comme ça partout et tout le temps. Ceci est déterminé par la nature à tous les niveaux. Afin de grandir, de changer, de se construire dialectiquement et de se développer de manière constante, une personne doit participer au jeu !

Tous les animaux jouent pour grandir. Regardez les chiots, les chatons, n’importe qui : tout est dans un jeu. Les gens jouent constamment, mais ne le ressentent pas. Une personne va au travail, va à l’armée, se bat et meurt : c’est entièrement un jeu.

Si j’imagine le passé, le présent et le futur et que je me connecte entre eux, c’est un jeu. C’est-à-dire que le jeu est une représentation de l’état futur et du mouvement en vue de sa réalisation.

Une personne joue toujours dans le futur, peu importe dans lequel. Si elle s’arrête, cela signe sa mort. C’est ainsi que la nature organise cela.

Question : Le Créateur reçoit-il du plaisir du fait qu’une personne accepte ce jeu ?

Réponse : Par le fait qu’une personne accepte ce jeu, elle oblige elle-même le Créateur à jouer et devient Son partenaire. Par conséquent, elle est appelée « Adam », semblable au Créateur, car elle résout tout ce jeu.

Le choix du libre arbitre et le choix du chemin sont exactement là. Soit une personne ne veut pas y participer, soit au contraire elle y participe pour atteindre un objectif supérieur. Elle comprend que ce jeu n’est requis que pour l’élever au prochain degré.

Le jeu est un système de développement de toute partie de la nature à tous les niveaux.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 30/05/2018

Mettre en œuvre le plan du Créateur

Question : La diffusion de masse que vous avez lancée est-elle basée sur le fait que nous avons atteint la dernière génération ?

Réponse : Les paroles de mes professeurs selon lesquelles nous sommes à la dernière génération sont mon point de départ ; je dois agir sur ce fait. Par conséquent, j’agis. Ce qui va en sortir, je n’en suis pas responsable, mais c’est le Créateur. Je ne sais pas comment cela va fonctionner non plus, mais cela ne m’intéresse pas particulièrement. Je dois faire ce que je peux.

Il n’y a pas de secrets de la Torah, pas de secrets de l’univers, pas de forces secrètes, de sorts et d’autres choses encore. Il existe un système d’unification de toutes les personnes au monde dans le même système d’Adam, à l’intérieur duquel nous étions jadis. Par conséquent, je ne vois rien de mal à cela. Je n’ai rien dont je dois avoir honte et je n’ai rien à craindre.

Remarque : Mais il n’y a qu’un seul secret auquel nous revenons toujours : nous ne pouvons pas nous unir par nous-mêmes. Nous ne pouvons que faire des efforts, et tout le reste est fait par la Lumière qui ramène à la source.

Mon commentaire : C’est déjà une méthode ! Mais inviter toutes les nations à réaliser le plan du Créateur est notre devoir. Nous sommes arrivés à cette étape et ne pouvons pas l’ignorer si nous voulons être en quelque sorte connectés au Créateur. De ce fait, établir cette fondation est exactement ce que je voulais dans ma vie.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 09/05/2018

La transformation sous l’influence de la Lumière

Question : De quel genre d’indépendance pouvons-nous parler si le Créateur crée tous les désirs et tous les états à l’intérieur de moi et qu’Il est la seule source de tous les plaisirs ?

Réponse : Si, avec l’aide du Créateur (la Lumière supérieure), je fais une restriction et crée un écran sur moi-même, alors la Lumière n’entre plus en moi.

Je place une barrière entre moi et la Lumière et je commence à la contrôler. Je veux que la Lumière me transforme, me fasse d’abord ne pas recevoir, puis donner.

Question : De ce fait, dans la Kabbale une personne n’a pas besoin d’actions, mais seulement tente de faire quelque chose ?

Réponse : Une personne n’a rien à faire. Le monde spirituel tout entier est dans nos pensées et nos désirs.

Question : Alors, quelle est la technique ? Comment puis-je passer de l’état égocentrique, où je perçois tout à l’intérieur de moi, pour ressentir quelque chose en dehors de moi ?

Réponse : Cela nécessite la Lumière supérieure. Nous devons l’attirer afin qu’elle agisse sur nous de plus en plus fort. Ceci se réalise par l’étude en groupe. Après tout, nous ne nous engageons pas dans cette science pour devenir plus intelligents.

Après quelques centaines d’actions de ce type, une personne commencera à comprendre de quoi nous parlons, à ressentir ce qui se passe en elle, à l’extérieur d’elle. Progressivement, de nouveaux organes de sensation de la Lumière supérieure vont apparaître en elle.

Question : Cela signifie donc que la méthode consiste pour personne à attirer une sorte d’énergie, de Lumière, de force. Comment comprend-elle que cette énergie agit sur elle?

Réponse : Elle ressent qu’elle change. Le sens de la vie selon elle devient plus prononcé, plus clair et plus personnel. Elle commence à comprendre comment mettre en œuvre cette technique, pour atteindre la sensation du monde supérieur ici et maintenant.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 15/07/2018

Communication à sens unique

Remarque : À l’époque du Rabash, Internet n’existait pas. Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont très développés. En diffusant sur les réseaux sociaux, il y a un risque de succomber aux plaisirs corporels. Ils aspirent littéralement les gens.

Mon commentaire : La diffusion ne peut se faire que par l’expression de mon opinion, de l’opinion de la Kabbale ou de celle de mes professeurs.

Nous n’avons qu’une communication à sens unique ! Celui qui le désir, qu’il vienne sur notre site et étudie. Celui qui ne veut pas, il est libre de partir. Nous ne nous engageons dans aucun dialogue ou discussion.

Question : Les personnes dans le groupe de la dernière génération vont-elles absorber quelque chose des autres autour d’elles ?

Réponse : Nous n’avons rien à absorber d’elles. Nous pouvons seulement regretter ce à quoi elles passent leur temps et leur énergie.

Nous ne pouvons percevoir des autres que leur désir de se rapprocher d’une compréhension du rationnel, du bien et de l’éternel, mais rien d’autre.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 25/04/2018

Jouer avec le Créateur selon Ses règles

Question : La vie est un jeu. Jouons-nous aussi avec le Créateur ?

Réponse : Le jeu avec le Créateur réside dans le fait que j’accepte de faire tout ce qu’Il veut pour qu’Il me fasse progresser dans ce jeu. C’est pourquoi je veux le faire à Sa manière. Je ne contrôle pas la Lumière, mais j’accepte de respecter Ses règles.

Question : Pourquoi cela s’appelle-t-il « un jeu » ?

Réponse : C’est parce que je n’ai pas la force de réaliser quoi que ce soit, et ce n’est qu’en exprimant mes désirs que je peux amener le Créateur à agir. Je prétends, mais pas vraiment, savoir absolument et clairement que c’est ce qui conduira à Ses actions.

Alors, quel est le sens des prières et des demandes ? Je suis dans un seul état pendant que j’en imagine un autre. C’est déjà un jeu. Je joue comme si j’étais déjà au prochain degré, dans l’état souhaitable. Je veux me changer en lui.

Question : Au stade actuel de développement de notre groupe, à quoi devrions-nous adhérer ensemble ?

Réponse : A jouer au bon type de groupe.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 30/05/2018