Monthly Archives: avril 2019

Avons-nous besoin d’approfondir la signification du texte ?

Question : Lorsque nous lisons les sources originales avec un ami ou en groupe, devons-nous animer des ateliers afin de mieux comprendre le sens du texte ?

Réponse : Oui et non. Le fait est que parfois, nous plonger dans la signification du texte nous induit en erreur et au lieu d’entrer dans des sensations et la connexion entre nous, nous commençons à disséquer le texte en éléments et propriétés phonétiques, orthographiques ou linguistiques. Je pense que c’est inutile.

Il est possible de l’analyser uniquement du point de vue de nos atteintes spécifiques dans ce texte : ce qu’il devrait donner à notre connexion pour révéler le Créateur. Cela suffit. Le reste viendra.

Dès que nous commencerons à découvrir la manifestation du Créateur entre nous, nous entrerons dans la Kabbale pratique, et ensuite tout ce qui est écrit dans le livre deviendra clair. Nous commencerons à comprendre ce qui est écrit dans le Talmud des Dix Sefirot et dans d’autres sources.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 11/02/2019

La conséquence de l’avancement

Question : Certains nouveaux étudiants qui font face à des problèmes soudains pensent que ceux-ci sont liés à l’étude de la Kabbale. Est-ce vrai ?

Réponse : Non. Les problèmes liés à l’étude de la Kabbale ne surviennent que dans un groupe lorsque des amis commencent à ressentir le rejet et l’hostilité. Cela résulte de l’avancement, de sorte que chaque fois on surmonte ces obstacles, rien de plus.

Question : D’où vient le sentiment que quelque chose est sur le point d’arriver ? Peut-être que la sensibilité augmente ?

Réponse : La sensibilité augmente également. Sinon, comment pouvons-nous surmonter toutes sortes d’obstacles afin de s’élever au-dessus d’eux encore plus haut et définir davantage le spirituel si nous ne les ressentons pas ? Les obstacles existaient auparavant, ils se manifestent davantage maintenant parce que nous le méritons et que nous pouvons nous élever au-dessus.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 18/11/2018

Les moyens d’atteindre le Créateur

Question : Les kabbalistes disent que la sensation du Créateur n’est rien de plus que la sensation de notre connexion les uns aux autres. Cela signifie-t-il que le Créateur ne se révèle pas à l’intérieur de moi, mais dans la connexion entre moi et d’autres personnes ?

Réponse : C’est juste un outil auxiliaire pour la révélation du Créateur. Le fait est que le Créateur est une force donnant sans réserve, qui remplit et développe. Elle agit d’elle-même.

Pour Le ressentir, nous devons développer une force similaire, adéquate, qui donnera sans réserve et remplira. Il n’y a pas une telle force en nous. Nous n’avons que la force de recevoir.

Par conséquent, la chose la plus importante pour atteindre le Créateur est de créer en nous la force du don sans réserve, en plus de la force de recevoir. En même temps, nous ne changeons rien en nous-mêmes, nous restons tels que nous sommes, nous ne faisons qu’ajouter d’autres forces.

En développant la force du don sans réserve, nous commençons à tout ressentir conformément à la loi de similarité avec le Créateur. Conformément à la loi de similitude, nous ressentons ce qui existe autour de nous dans nos propriétés de réception, de la même manière que nous pouvons ressentir le Créateur dans les propriétés du don sans réserve que nous développons.

Il est possible de former ces propriétés uniquement sous certaines conditions de connexion entre nous, lorsque nous nous réunissons en groupes et étudions la Kabbale, ce qui nous explique comment nous pouvons être interconnectés. C’est à l’intérieur de cette connexion que nous commençons à construire un système appelé le don sans réserve. Il est le seul à pouvoir attraper la propriété du Créateur, et en lui, en tant que notre nouvel organe sensoriel, nous commençons à Le ressentir.

Extrait de KabTV, « L’Essence de la Science de la Kabbale, Partie 4 » du 12/11/2018

Le résultat du développement de l’humanité

Question : Si l’on en croit les historiens, alors l’homme, en tant qu’homo sapiens (homme sage), existe depuis environ 70 000 ans. Les kabbalistes prétendent que l’homme est celui qui a découvert le Créateur. Y a-t-il eu de telles personnes depuis 6 000 ans ?

Réponse : Nous pouvons dire qu’ils n’étaient que quelques individus. La première personne qui a atteint le Créateur s’appelait Adam, du mot « Domé » (ressemble au Créateur). Dans toute l’histoire de ces personnes, il n’y en a eu que des dizaines de milliers.

Mais la Kabbale dit que selon le plan de la création, toute l’humanité doit parvenir à la découverte du Créateur. En fin de compte, chaque personne se manifestant constamment sur la Terre dans un corps physique doit L’atteindre.

Extrait de KabTV, « L’Essence de la Science de la Kabbale, Partie 6 » du 12/11/2018

Le Créateur et Atsmouto

Question : Si nous construisons un réseau de relations correctes, alors une telle communication nous amène-t-elle à un état semblable à celui du système appelé « le Créateur » ?

Répondez :
Dans le monde physique, notre vue ou notre ouïe ne capte qu’une certaine gamme d’ondes. Il y a des ondes au-dessus et au-dessous de notre vue et des ondes sonores supérieures à 20 kHz et inférieures à 20 Hz, mais nous ne les détectons pas. Cependant, nous savons qu’elles existent et nous inventons des instruments qui nous permettent d’élargir la gamme de nos sensations.

Ici, nous ne nous développons pas seulement, mais nous créons en nous un organe de sensation radicalement nouveau qui ne fonctionne pas pour la réception, mais pour le don sans réserve.

La force que nous ressentons dans notre nouvel organe sensoriel, la similarité avec laquelle nous nous construisons, s’appelle Boré, d’après les mots « Bo » (viens) et «  » (vois).

Il y a autre chose au-dessus de celle-ci que nous ne percevons pas, appelée Atsmouto (l’essence du Créateur). Il y a une frontière définie selon laquelle nous percevons quelque chose, mais pas au-dessus. Nous ressentons clairement cette frontière.

Question : Existe-t-il des informations sur Atsmouto ?

Réponse : Durant de nombreuses générations, depuis 6000 ans déjà, nous n’avons été que dans l’atteinte du Créateur. Mais lorsque toute l’humanité atteindra Son plein accomplissement et entrera dans l’organe sensoriel en dehors d’elle-même, c’est-à-dire, en plus des cinq organes sensoriels corporels, et lorsqu’elle ressentira les cinq organes sensoriels spirituels construits sur le don sans réserve, alors nous passerons à une dimension supérieure appelée Atsmouto.

Extrait de KabTV, « L’Essence de la Sagesse de la Kabbale, Partie 5 » du 12/11/2018

Tout dépend de la racine de l’âme

Question : Partout et toujours je me détache de mon « moi ». Le sentiment d’isolement par rapport aux autres m’empêche de me connecter à eux. Je les repousse. Que devrais-je faire ?

Réponse : Je vous comprends parfaitement. Mais vous n’êtes pas le seul. C’est pratiquement le cas de tout le monde.

Il y a des gens qui sont très sociables. Pour certains, c’est difficile et il y a ceux qui ne ressentent pas du tout les autres. Ils vivent seuls, comme s’il y avait des plantes, pas des gens, autour d’eux. C’est ainsi que le Créateur nous a créés.

Par conséquent, vous ne devriez pas vous comparer aux autres et être offensé. Cela dépend de la racine de votre âme. En se développant de manière kabbalistique, vous découvrirez que tout émerge de cette racine. L’âme a son Reshimo (gène spirituel) qui détermine absolument tout en vous.

Chacun de nous a son propre gène spirituel, qui ne ressemble en rien aux autres. C’est notre place dans le système général d’Adam à l’intérieur de l’âme commune. C’est uniquement le mien, le vôtre, le sien, et ainsi de suite.

Cet endroit définit toutes nos propriétés : physique, biologique, génétique, spirituelle, quelle que soit leur origine. Le même endroit définit notre destin.

Si nous connaissions notre gène spirituel, sa place et ses coordonnées dans l’âme commune, nous pourrions calculer tout ce qui nous concerne. Il n’y aurait alors rien d’incompréhensible ni en nous ni dans nos vies, ni en ce qui s’est passé, se passe ou se passera.

Mais cela nous est verrouillé pour le moment. Vous atteindrez tout lorsque cette révélation ne vous gênera pas dans votre développement spirituel, mais vous aidera uniquement.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 09/12/2018

Je viendrai et j’enseignerai

Question : Comment des étudiants « aveugles » peuvent-il travailler sans un enseignant s’ils n’ont pas le temps d’atteindre la vision spirituelle de leur vivant ?

Réponse : Cela n’a pas d’importance. Le Ari a écrit à ce sujet de manière très intéressante. Alors qu’il mourait, un de ses élèves lui a demandé : « Qu’adviendra t-il ? » Le Ari répondit : « Vous devez continuer à apprendre, et ensuite je viendrai vous enseigner. »

« Comment allez-vous nous enseigner si vous mourez maintenant ? »

« Cela ne vous regarde pas, vous ne comprenez rien. » Et il est mort.

De ce fait, je peux dire que cela ne vous regarde pas. Ne soyez pas inquiet. Je viendrai vous enseigner.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/12/2018

Que demander au Créateur ?

Le Baal HaSoulam, Lettre n°27 : « Mais je prie le Créateur de vous guider sur le chemin de la vérité, afin que vous soyez sauvés de tous les obstacles rencontrés le long du chemin et que le Créateur accomplisse pour vous tout ce que vous faites.

Quant à vous, vous devriez suivre méticuleusement les voies que j’ai établies pour vous en ce qui concerne l’esprit et le cœur, les désirs et les prières, et alors le Créateur nous fera certainement réussir et nous nous unirons bientôt corps et âme, dans celui-ci et dans le suivant. »

Chaque enseignant prépare ses élèves à ce que le Baal HaSoulam a écrit. De notre côté, il devrait y avoir une demande. Une demande est une prière.

Je demande constamment à être connecté au Créateur, à ressentir Ses actions en moi et à ce que nous Le ressentions tous ainsi que Ses actions vis-à-vis de la dizaine, du groupe.

Je Lui demande de me montrer une place dans cette dizaine, dans ce groupe, et de me laisser ressentir mon inclusion en eux afin qu’Il se révèle entre nous comme remplissant toutes les distances qui nous séparent.

Le but ultime de ma demande est qu’Il nous connecte et nous remplisse pleinement. C’est d’une importance primordiale. Ainsi, progressivement, une personne établit une connexion au groupe et au Créateur jusqu’à ce qu’elle parvienne à l’état suivant : « Moi, le groupe et le Créateur ne sommes qu’un. »

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 11/02/2019

Le concept de foi dans la Kabbale

Question : Lorsque nous parlons de foi au-dessus de la raison dans la Kabbale, cela signifie-t-il la même chose que le mot « foi » comme il est généralement accepté dans notre monde ?

Réponse : Non, la foi dans la sagesse de la Kabbale n’a rien à voir avec la compréhension terrestre de ce mot. La catégorie de la foi ne fait pas partie de la philosophie, de la psychologie ni de la vie quotidienne.

La foi est la propriété du don sans réserve, qui se forme en nous sous l’influence de la force supérieure. Lorsque je dis que je crois en quelque chose, cela signifie que j’ai simplement une certaine relation avec un phénomène. Mais cela n’a aucun lien avec la foi que la Kabbale implique.

Dans la Kabbale, le concept de foi est une propriété particulière qui apparaît chez une personne sous l’influence de la force supérieure, la Lumière supérieure. Ce n’est qu’alors qu’elle peut faire des actions absolument altruistes sans aucun lien avec elle-même. C’est comme si elle avait un corps supplémentaire (un corps spirituel) et avec son aide, cela fonctionne.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 23/12/2018

La source de toutes les forces de la nature

Question : Qui est le Créateur ?

Réponse : Le Créateur est la force supérieure qui inclut en elle-même toutes les autres forces du monde.

Question : Il est écrit dans les sources  : « Il est impossible de comprendre le Créateur sans L’avoir expérimenté. » Est-ce vrai ?

Réponse : Oui, parce que tout ce que nous comprenons, nous l’apprenons à partir des sensations, comme un enfant qui met tout dans sa bouche pour toucher, ressentir. Pour lui, le goût est le récepteur le plus important, l’organe sensoriel le plus important. De la même manière, nous devrions tout expérimenter dans nos cinq sens, incluant la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goût.

Lorsque nous ressentons quelque chose en eux, tout s’assemble en un système précis et toutes nos sciences proviennent de cela. De plus, nous complétons nos sens avec des outils qui élargissent la gamme de nos organes sensoriels naturels : les jumelles, les microscopes, les télescopes, etc.

Cependant, il existe des forces dans l’univers que nos sens ne perçoivent pas. La science de la Kabbale nous permet de développer un organe supplémentaire de sensation qui comprend les cinq mêmes sens, mais à un niveau différent.

En explorant leur nature, nous révélons leur source commune, appelée « le Créateur », et commençons à comprendre comment ils nous touchent, comment ils déterminent toutes les conditions, les forces et les circonstances dans lesquelles nous existons. Ainsi, nous étudions déjà le système de forces qui détermine notre vie.

C’est ainsi que commence l’existence consciente de l’homme, lorsque nous savons déjà ce qui a été, ce qui sera, pourquoi ce fut et pourquoi ce sera, si nous pouvons changer quelque chose dans le futur, etc. En d’autres termes, la vie devient non seulement consciente, mais aussi gérable. C’est le sujet et le but de la science de la Kabbale.

Extrait de KabTV, « L’Essence de la Science de la Kabbale, Partie 3 » du 12/11/2018