L’évolution des désirs, partie n°11

L’Obstacle à l’Unité

Le Baal HaSoulam, « Matan Torah » (Le Don de la Torah), Point 12 : « Un âne sauvage sera transformé en homme » (Job 11:12), car quand on sort du sein de la Création, on est dans la crasse et la bassesse, c’est-à-dire une multitude d’amour de soi qui s’imprime en lui, dont chaque mouvement tourne uniquement autour de lui-même, sans une once de don sans réserve aux autres.

Question : À l’origine, la personne est née égoïste. Si je comprends bien, dans la Kabbale, c’est la perception égocentrique qui doit être corrigée ?

Réponse : C’est un égoïsme spécifique. Cela nécessite une correction.

Il ne s’agit pas de l’égoïsme animal lorsque tout le monde veut instinctivement prendre une certaine posture, faire un calcul pour qu’il se porte bien. C’est un égoïsme naturel, il n’est pas nécessaire de le combattre.

Nos désirs naturels (la nourriture, le sexe, la famille, etc.) ne sont pas du tout considérés comme égoïstes. Les gens pensent simplement que c’est de l’égoïsme et que vous devriez le combattre. Non, c’est faux. Nous avons besoin uniquement de lutter contre l’égoïsme qui empêche notre unité, d’être ensemble avec les autres dans une relation d’amitié, de connexion et d’amour.

Par conséquent, les forces d’opposition qui apparaissent lorsqu’une personne tente d’interagir avec d’autres personnes constituent le véritable égoïsme.

Question : Avoir du plaisir au détriment des autres, utiliser quelqu’un, est-ce aussi de l’égoïsme ?

Réponse : Naturellement, parce que ce sont aussi les forces qui nous empêchent de nous unir aux autres.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 03/12/2018

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed