La couche dans laquelle nous découvrons le Créateur

Question : Si une personne est un mauvais penchant et que toute la notion du bien repose sur les définitions morales et égoïstes de notre monde, alors comment une personne détermine-t-elle le mal qui est le sien ?

Réponse : Seulement à travers les relations les uns avec les autres. Votre caractère peut être n’importe lequel : impatient, insupportable, etc. Ce qui compte, c’est la façon dont vous établissez des relations avec les autres, si vous souhaitez vous connecter à eux, au moins vous rapprocher un peu plus d’eux ou faire un mouvement vers eux.

Cela ne dépend pas de vos qualités dès la naissance. Il y a des gens qui sont heureux de s’embrasser, de rire, de danser et de s’amuser. Il y a aussi des gens qui s’assoient dans les coins et qui ne veulent communiquer avec personne. Ceci est sans rapport avec nos propriétés terrestres qui nous ont été données depuis la naissance.

C’est complètement différent lorsque je veux commencer à communiquer avec des étrangers, peu importe qui je suis ou qui ils sont. En effet, si je m’unis à eux, de cette façon je crée ainsi entre nous les conditions pour la révélation du Créateur.

Question : Ainsi vous pouvez dire que c’est une bonne action ?

Réponse : C’est juste une action continuelle pour notre unification lorsque nous nous élevons au-dessus de notre égoïsme. Naturellement, nous devons supprimer notre égoïsme, pas le détruire, mais simplement nous élever au-dessus jusqu’à inclure deux états : le plus bas, c’est-à-dire l’attitude égoïste les uns envers les autres, et le plus haut, la relation d’amour, de réciprocité et d’unification.

Entre ces deux états opposés, comme dans un sandwich, se forme une couche dans laquelle nous trouvons le Créateur, nous-mêmes et le monde supérieur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/07/2019

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed