On reproche aux autres ses propres défauts

Question : Il existe une règle dans le groupe kabbalistique : tout le monde est parfait sauf moi. Cela découle-t-il de ce qui a été dit dans le Talmud que tout le monde juge selon ses propres défauts ?

Devrais-je me préparer à l’avance dans le cas où lorsque je vois des défauts chez mes amis, je dois comprendre qu’ils sont en moi ? Mais c’est assez étrange ; c’est contre notre nature !

Réponse : C’est contre notre nature jusqu’à ce que nous attirions la Lumière supérieure qui nous harmonise.

En d’autres termes, je dois, avec l’aide de la Lumière supérieure, atteindre un état où je ressentirai que tout ce que je vois de négatif en dehors de moi-même n’est qu’une démonstration de mes propres défauts que je dois corriger au fur et à mesure qu’ils se révèlent progressivement en moi. En fait, il y a encore des millions de propriétés répulsives en moi, mais seules celles que je peux corriger maintenant me sont montrées.

Question : Mais comment cela se produit-il ? Après tout, je vois que je ne peux pas le faire !

Réponse : C’est une bonne chose.

Les contradictions révélées entre une personne et son égoïsme sont d’une importance primordiale dans la Kabbale, c’est-à-dire entre la ligne droite et la ligne gauche, entre ce qui est réel et ce qui est désiré. Lorsque je vois dans l’autre ce qui me déplaît, je dois comprendre que je reproche aux autres mes propres défauts.

C’est pourquoi je dois réfléchir, demander et prier pour ma correction.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 25/12/2018

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed