Monthly Archives: septembre 2021

Le couloir pour accueillir le Créateur

938.07Tout ce dont nous avons besoin dans notre vie est de découvrir le Créateur. Le Créateur est appelé « viens et vois » (Bo-Ré) et Il apparait dans la connexion entre nous. Par conséquent, nous devons nous soucier de notre Kli (récipient, ndt) dont tout dépend.

Aujourd’hui, chacun est enfermé sur soi dans son égoïsme. Nous devons en fait briser les murs de nos cœurs afin de faire un seul grand hall avec de nombreuses petites pièces pouvant accueillir le Créateur où Il peut entrer et apparaitre.

Par conséquent, la principale chose que nous pouvons faire pour faire plaisir au Créateur est de briser les murs de nos cœurs afin de nous unir en un seul cœur. Si nous voulons réaliser la connexion dont parlent les kabbalistes et faire des efforts pour nous éveiller mutuellement, alors à la fin nous aurons les bonnes pensées, les bons désirs et les bonnes actions.

Extrait de la Leçon quotidienne de Kabbale, « Tout s’obtient par la force de la Prière » du 21/09/2021

Traverser un pont étroit

276.02Il est écrit : « Sachez que l’homme doit traverser un pont très, très étroit, et l’essentiel et la chose la plus importante est de ne pas avoir peur du tout. » Comment pouvons-nous avoir seulement la foi et pas du tout peur ?

Nous devons traverser un pont étroit au-dessus de l’abîme tout en nous tenant par la main les uns les autres. Il s’avère que chacun dépend de tout le monde. C’est ainsi que nous passons du degré de Malkhout au degré de Bina.

Si nous voulons une aide d’en haut de la part du Créateur, nous devons nous tourner vers Lui avec une prière qui s’appelle élever MAN (notre demande). L’aide d’en haut est appelée MAD.

Chacun regarde celui qui marche devant lui. Le pont est tellement étroit que je ne vois rien d’autre que l’ami qui marche devant moi. C’est pourquoi nous devons tous être reliés les uns aux autres et viser le Créateur afin de ressentir comment Il nous conduit tous. Ensuite, dans cette chaîne, nous passerons d’un côté de l’abîme à l’autre, de Malkhout à Bina.

Malkhout est appelée ce monde, que nous ressentons maintenant de manière égoïste, et Bina est appelée le monde à venir, qui existe selon la loi du don sans réserve. Par conséquent, il est clair que le monde à venir existe partout et n’est pas révélé après la mort d’une personne. Après la mort, il n’y a rien : le corps animal meurt et se décompose, il ne reste rien. Mais durant cette vie, nous avons la possibilité d’entrer dans le véritable monde à venir, la qualité du don sans réserve, la qualité du Créateur.

Ne pas avoir peur du tout signifie voir le Créateur devant nous qui crée des difficultés pour nous apprendre à marcher, comme les parents apprennent à un bébé à faire ses premiers pas.

Extrait de la Leçon quotidienne de Kabbale, « Se Préparer à Attaquer au Congrès » le 23/09/2021

Nouvelle session d’étude de la Kabbale- 4 Novembre 2021

Nous sommes heureux de vous inviter à vous inscrire gratuitement à la prochaine session d’étude de la Kabbale qui débutera le 4 novembre à 19h heure de Paris.

Pour s’inscrire cliquez ici

La tente d’assignation

749.01Toute la congrégation des enfants d’Israël s’assembla à Silo et y dressa la tente d’assignation. (Prophètes, Josué, 18:1)

La tente d’assignation est un écran commun qui couvre et unit tous les enfants d’Israël, c’est-à-dire tous leurs désirs, intentions et efforts envers le Créateur.

Avant d’atteindre un tel état, ils se réunissent et s’unissent au point de devenir « comme un seul homme dans un seul cœur » ; ainsi le Créateur les couvre d’un écran commun.

Si quelqu’un quitte la tente, cela signifie qu’il quitte la connexion au Créateur et s’éloigne de cette société.

Extrait de « Les Secrets du Livre Éternel » sur KabTV, le 16/08/2021

Ressentir l’existence du supérieur

929Et s’il y a quelque dysfonctionnement dans la roue, le dysfonctionnement n’est pas évalué par rapport à la roue elle-même, mais en fonction de son service et de son rôle par rapport à l’ensemble de la machine. (Baal HaSoulam, « La Paix dans le Monde »)

Si n’importe lequel d’entre nous commet un acte immoral, inapproprié, s’il cause un préjudice à la société ou à la nature, il nuit au système général.

Nous devons ressentir toute la nature. Supposons que je déracine un buisson dans mon jardin, je cause par cela un préjudice à l’écologie du monde. On peut donc venir me demander « Pourquoi avez-vous agi de la sorte ? », ou peut-être que je peux me le demander.

Cela signifie que chacun d’entre nous devrait ressentir le bénéfice ou le préjudice qu’il cause à la société environnante, au monde, à l’univers, à tous les mondes. Cette sensation se développe progressivement chez une personne. Lorsqu’elle commence à ressentir le monde qui l’entoure et la coopération mutuelle en son sein, elle devient plus élevée que la vie et la mort corporelles. Elle ressent l’existence du supérieur éternel. La sensation du corps matériel naturel diminue parce qu’elle s’élève au-dessus de lui.

Nous devons atteindre ce niveau. La sagesse de la Kabbale exige de nous une attitude très sérieuse envers toute la réalité.

Extrait de « Les Fondamentaux de la Kabbale » sur KabTV, le 21/07/2019

Découvrir une nouvelle vie

232.05« Lorsqu’une personne va mourir et que sa sentence a été rendue, l’esprit élevé lui est ajouté. » (Le Livre du Zohar)

Nous ne parlons pas de la mort physique. « Mourir » signifie s’élever d’un état à un autre.

Toutes les vies et les morts dont parle le Livre du Zohar, nous devons les endurer durant notre vie animale. Une personne doit mourir à l’étape précédente et s’élever à la suivante.

Le stade précédent semble mourir pour elle, comme on le dit parfois : « Tu es mort pour moi. Je ne te sens plus, je ne te ressens plus, je ne te perçois plus. » Il faut traiter cet état de la même manière : attendre et agir de telle sorte qu’il s’éteigne, devienne un stade obsolète, abouti.

La personne a l’impression d’acquérir une nouvelle vie. « Celui qui veut vivre (s’élever au niveau supérieur), qu’il se mortifie » à ce niveau.

Le Haut Esprit lui est ajouté dans une mesure qu’elle n’a jamais eue auparavant. L’esprit de l’étape suivante, sa Lumière, descend sur une personne afin de l’élever spirituellement, moralement et intérieurement à l’étape suivante. Cet esprit est au-dessus d’elle, semblable à la Lumière environnante (Ohr Makif).

Et puisqu’il est sur elle et s’attache à elle, elle voit ce qu’elle n’a jamais été récompensée de voir, car l’étape suivante s’ouvre à elle, une Lumière plus élevée entre en elle.

Extrait de « La force du Livre du Zohar » n°20 sur KabTV

Preuve indiscutable

276.02Question : Le terme « Créateur » (« Bo-ré ») signifie en hébreu « viens et vois ». Pourquoi dit-on « voir » et non « goûter » ou « entendre » ?

Réponse : La vision est l’organe le plus élevé qui nous transmet une énorme quantité d’informations et qui est incomparable avec tous les autres organes de perception. Elle caractérise l’atteinte complète.

Par conséquent, si je dis « j’ai vu », cela est considéré comme une preuve indiscutable. Et « j’ai entendu », « j’ai senti » ou autre chose, ce n’est pas fiable.

Dans de nombreuses sources, il est écrit « goûtez le Créateur ». Le goût est aussi une sorte d’atteinte, mais ce n’est pas la vision.

Question : Quelle est la racine spirituelle de la vision ? Qu’y a-t-il de spécial lorsque, dans le spirituel, nous recevons des informations par la vision ?

Réponse : La vision symbolise la Lumière de Hokhma, la plus haute Lumière que nous pouvons atteindre.

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV, le 10/09/2021

Les impressions de l’exposition à la Lumière

629.3Tout dans la spiritualité est initialement construit sur l’équivalence de deux forces : la force du don sans réserve, d’amour, d’atteinte et de création, qui est appelée le Créateur, et le désir opposé sur lequel cette force travaille, le désir de recevoir, d’accumuler et d’absorber tout ce qui est à l’intérieur.

L’influence de la force du Créateur génère tous les états que la création traverse jusqu’à ce qu’elle atteigne sa pleine similitude avec le Créateur. Dans cette métamorphose, la création se sent constamment sous l’influence de la Lumière supérieure. Elle est obligée de passer par ces états : le meilleur, le pire, et toutes sortes de descentes et de montées afin d’imprimer en elle diverses impressions de l’influence de la Lumière.

Par conséquent, ces impressions suscitent diverses formes de désir. Le désir lui-même, créé par le Créateur, est comme de l’argile informe à partir de laquelle toutes sortes de formes, d’états et d’impressions doivent être créés : proche-lointain, bas-haut, large-étroit, clair-obscur, rouge-vert, sons musicaux, etc. C’est-à-dire toutes les catégories qui distinguent un lieu, un temps, un espace, un mouvement.

Ainsi, la Lumière agit sur ce désir amorphe, ce morceau d’argile, ce morceau informe de terre, de poussière, et en fait quelque chose de semblable au Créateur.

Imaginez à quel niveau vous devez élever cette création ! Et elle doit être consciente de son ascension, être impressionnée par elle afin qu’elle atteigne l’indépendance tout en ressemblant au Créateur.

Le Créateur travaille sur ce désir initial, qui n’est même pas un embryon et qui n’est pas encore né. C’est ce que nous étudions dans la science de la Kabbale et ce que nous traversons pratiquement nous-mêmes.

Extrait de « La force du Livre du Zohar » n°19 sur KabTV

Quand le sang se transforme en lait

565.01Nefesh, le degré le plus bas du monde spirituel, est comme un bébé qui ne comprend encore rien, ne sait rien, mais existe grâce aux autres du fait que ses parents lui donnent tout. Certes, lorsqu’il nait, la période d’allaitement commence.

Tout ce qu’il n’a pas reçu pendant les neuf mois de son développement spirituel intra-utérin, il le reçoit pendant les deux premières années de sa vie, la période d’allaitement spirituel.

C’est une période très intéressante car tout ce qu’une personne n’a pas pu développer dans notre monde, à notre niveau, s’élève avec elle dans le monde de Assiya, à un niveau supérieur. Là, elle recevra ce développement sous forme de lait.

Au lieu de le recevoir à notre niveau sous forme de sang (une circulation commune avec la mère), elle le reçoit là-bas sous forme de Lumière spirituelle.

Dans notre monde, le pouvoir qui développe une personne est appelée « sang » puisque notre monde est minéral; le sang en hébreu est « Dam » du mot « Domem », « inanimé/minéral ». Dans le monde spirituel, le pouvoir de la Lumière est appelé « Halav », « lait », car il acquiert une qualité blanche, la qualité du don sans réserve.

Extrait de « La force du Livre du Zohar » n°18 sur KabTV

L’effondrement de l’institution du mariage

962.2Question : De nos jours, de plus en plus de personnes ne veulent pas se marier officiellement et, en de nombreux endroits, le mariage est considéré de fait comme une relation maritale légale de facto. Il est intéressant de noter que, selon les statistiques rapportées dans une étude que j’ai lue, 70 % des hommes vivant en union libre se considèrent comme célibataires, et 90 % des femmes dans la même situation se considèrent comme mariées. Comment expliquer une attitude aussi opposée face à cette situation ?

Réponse : Ils veulent penser de cette façon parce que nous éduquons mal les hommes et les femmes. L’homme ne se sent pas responsable. C’est plus pratique pour lui. Il est plus facile de vivre en union libre car cela ne l’oblige à rien.

Mais nous connaissons aussi d’autres statistiques : les gens vivent ensemble pendant longtemps, se marient et, après un certain temps, divorcent. De plus, cela se produit dans l’écrasante majorité des cas. S’ils ne s’étaient pas mariés, ils auraient continué à vivre ensemble.

Le fait est que l’homme n’a pas été créé comme une machine, et il vit avec quelqu’un. Est-ce que cela l’oblige ou non, est-ce qu’il s’enferme dans un cadre qui exerce une pression extérieure sur lui et le commande ? Si cela le submerge, il cherchera à fuir.

L’homme a été créé pour aspirer à la liberté. Si contre le cadre qui l’opprime et l’oblige, il n’a pas de compensation interne, qui devrait être fixée en lui par l’éducation, alors il s’enfuira, divorcera, et ne pensera pas qu’il est nécessaire d’être inclus dans ce cadre. Par conséquent, l’institution du mariage s’est pratiquement épuisée aujourd’hui.

Extrait de « Gros Plan » sur KabTV, le 11/08/2019