Comment comprendre les sources originales

209Commentaire : Il arrive qu’après une leçon sur Le talmud des Dix Sefirot, un étudiant dise : « Je suis assis à une leçon de TAS (Talmud Esser HaSefirot) depuis deux heures et je ne ressens rien, bien que je fasse de gros efforts. »

Ma Réponse : Vous ne pouvez rien faire. Il peut rester assis pendant deux heures de plus ou deux années de plus. Cela ne va pas s’en aller aussi facilement. Tant que la propriété du don sans réserve n’apparaîtra pas en lui, il ne ressentira pas TAS.

Commentaire : Lorsque nous avons commencé à étudier Le Zohar, nous avions la sensation qu’une chose inhabituelle nous était révélée. Du moins, les gens le pensaient.

Ma Réponse : Parce qu’ils pensaient que maintenant toutes sortes de miracles allaient leur être révélés, que les cieux allaient s’ouvrir, que quelque chose de théâtral et de divin allait se produire.

Mais il s’est avéré que Le Zohar parle de ce qu’une personne qui s’ouvre elle-même comprend. Après tout, une personne doit elle-même s’ouvrir pour cela. Si cela ne se produit pas, Le Zohar reste un livre caché. C’est pourquoi on dit qu’il est occulte. Et comment l’ouvrir ? Ouvrez-vous, et vous verrez que dans la mesure où cela se produit, il s’ouvre à l’intérieur de vous.

Commentaire : Mais les gens le ressentaient comme une sorte de vibration interne.

Ma Réponse : C’est juste une excitation « enfantine ». C’est tout. Une pure impression humaine.

Extrait de KabTV, « J’ai reçu un appel – L’application correcte de l’effort » du 20/04/2013

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: