Category Archives: Amour

Vers de bonnes relations

Question : De quoi l’humanité doit-elle désespérer ?

Réponse : Du fait qu’elle veuille construire une vie agréable en ayant des attitudes égoïstes. C’est impossible. L’humanité doit désespérer de cela et choisir un chemin complètement différent.

Question : Le Créateur ne veut-il pas que nous vivions bien ?

Réponse : Le Créateur veut que nous vivions bien à un niveau plus élevé, le plus parfait et éternel.

Question : Pour ce faire, avez-vous besoin d’atteindre le niveau le plus bas ? Après tout, dans le passé, l’humanité a progressé d’une façon ou d’une autre avec l’égoïsme.

Réponse : L’humanité a progressé en développant l’ego ; par conséquent, elle a ressenti qu’elle avançait et se développait. A présent, l’ego a atteint son état final. Le Baal HaSoulam a clairement dit que nous étions la dernière génération, et aujourd’hui nous sommes dans un processus de désintégration de l’égoïsme. Ce n’est qu’une question de temps.

J’espère qu’en 2018 nous découvrirons l’inadéquation complète de l’égoïsme et la nécessité de s’élever au-dessus de lui, et que nous choisirons une source complètement nouvelle d’existence, le don sans réserve.

Question : S’agit-il de la conscience intérieure ?

Réponse :
Le monde ne change en aucune façon. Cela a été même dit à l’époque de Maïmonide. Seules nos relations mutuelles changent.

Question : Cela signifie-t-il que nous pouvons vivre 200 ans et que les technologies continueront à se développer ?

Réponse : Tout va changer, mais uniquement si nous avons une bonne attitude entre nous et et pas comme maintenant ou nous sommes tous égoïstes. Alors, nous verrons un monde complètement nouveau. De ce fait, réfléchissons-y ensemble et mettons-le en œuvre en 2018.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 24/12/2017

Le coefficient du don sans réserve

Toute science dans le monde étudie les connexions entre les parties de la réalité, chacune à son niveau de réalité (physiologique, psychologique, biologique et physique) et il y a donc la psychologie, la biologie, la physique, etc.

La sagesse de la Kabbale ne traite pas de ces niveaux, mais du niveau le plus fondamental, qui est le désir contenu dans chaque partie de la création, seulement sous des formes différentes, à des niveaux différents, et à des tailles différentes.

Par conséquent, la Kabbale est considérée comme la science principale. Elle conduit la même recherche scientifique que toute autre science, elle en tire des formules, étudie la création et les actions du Créateur, clarifie notre place dans la création et mesure la création en relation avec le Créateur. Tout cela présuppose une étude scientifique sérieuse. Toutes les autres sciences ne donnent pas de définitions aussi précises.

En fait, la création est très compliquée. Bien qu’il semble qu’elle repose sur une formule très simple : le désir du Créateur de donner sans réserve est égal au désir de recevoir de la créature.

Cependant, ce n’est pas une simple égalité, car elle inclut un coefficient (C) qui devrait égaliser le désir de recevoir et le désir de donner : le désir du Créateur de donner sans réserve est égal à C multiplié par le désir de recevoir de la créature.

Ce coefficient inclut en lui-même une restriction, un écran (Massach) et une Lumière Réfléchie. Nous devons appliquer cette équation tout le temps. Par conséquent, je dois connaître le désir de recevoir, le désir de donner sans réserve, et mon coefficient.

Ainsi j’étudie toujours le désir du Créateur de donner sans réserve. J’aspire à Lui et m’assimile à Lui. Selon ces paramètres, je détermine mon état et ma place dans la création. De cette façon, j’explore toute la création. Sans cela, il est impossible de me positionner correctement par rapport au Créateur, et je dois arriver à L’aimer. Le coefficient est mon intention en vue du don sans réserve. Sans cela, je ne peux pas être en contact avec le Créateur.

Extrait de la 1ère partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, Les Écrits du Rabash, le 01/03/2018

Le groupe comme un mini-modèle de l’humanité

Les kabbalistes nous conseillent de nous unir en groupes qui deviendront un modèle de mini-humanité, de mini-Adam, car alors les lois de la communication fonctionneront entre les gens comme avant le péché d’Adam HaRishon. Et de cette manière, nous attirerons la Lumière supérieure qui nous influencera encore plus et nous unira.

Nous voulons avancer. D’après les lois de l’évolution, la Lumière supérieure exercera une pression sur nous et nous unira que dans une centaine d’années. Mais nous, nous voulons que cela se produise maintenant !

C’est pourquoi nous effectuons toutes les actions qui nous sont demandées, comme les petits enfants qui jouent et se développent en jouant. Et de la même manière, nous voulons construire un groupe dans lequel les lois de la réparation finale s’appliquent.

La Lumière influence le groupe en réponse à nos efforts : nous l’obligeons. Selon les lois de la nature, nous éveillons la Lumière supérieure pour nous influencer davantage et avancer dans la mesure de nos tentatives et de la force de notre désir. De ce fait, nous accélérons le temps de notre développement. C’est l’essence de la méthode de la Kabbale.

Le désir d’aimer son prochain comme soi-même, qui est la loi de la réparation finale, devient notre objectif quotidien.

Extrait de la 3ème partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, Leçon sur le sujet : « Préparation à Pessah (Pâque) », Partie 2 du 06/03/2018

L’importance des liens sociaux

Question : Comment pouvons-nous éduquer les gens afin qu’ils ressentent l’importance de construire des liens sociaux ?

Réponse : Le régime soviétique a essayé, mais ils ont échoué. Les personnes qui dirigeaient ces efforts étaient des égoïstes. Ils ont utilisé la méthode de la carotte et du bâton dans la poursuite de leurs objectifs et, par conséquent, leurs tentatives étaient coercitives.

L’éducation doit être guidée par des personnes qui perçoivent correctement le système global, qui savent guider les gens vers la connexion, qui peuvent travailler sur la connexion, voir la nature intégrale et comprendre qu’il est nécessaire d’être en adhésion avec elle.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 17/08/2017

Vivre sa vie spirituelle

Question : Que signifie vivre sa vie spirituelle ? Qu’y a-t-il à faire ?

Réponse : Vivre sa vie spirituelle signifie renforcer progressivement la connexion entre les gens jusqu’à ce qu’ils commencent à découvrir la force supérieure, le Créateur entre eux.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 24/12/2017

Comment devenir le Messie ?

Question de Facebook : Vous prétendez que le Messie est une force et non pas une personne qui le devient.

Réponse : Le Messie (Machia’h) est une force qui, avec les qualités du don sans réserve et de l’amour, nous sort de l’égoïsme.

Une personne qui atteint les qualités du don sans réserve et de l’amour avec l’aide de cette force fait une correction intérieure complète. En atteignant ce niveau, elle peut aussi être appelée un Messie.

Question : Les grands kabbalistes n’étaient-ils pas appelés ainsi, y compris le Ari, à leur époque ?

Réponse : Oui. En d’autres termes, il s’agit d’une personne qui a une force qui l’aide à se corriger complètement. Mais cela ne veut pas dire que, étant donné ceci, elle est maintenant aussi capable de corriger les autres parce que le libre arbitre demeure et chacun doit le mettre en oeuvre.

Extrait de KabTV, « L’Actualité avec Michael Laitman » le 23/11/2017

Le passage vers le monde supérieur

La loi principale de la Torah est « Aime ton prochain comme toi-même ». Toutes les autres règles, lois et conditions devraient être dirigées vers la connexion de tous les gens dans un seul système commun appelé « Adam ».

À la suite du soi-disant « Péché de l’Arbre de la Connaissance », ce système s’est brisé en plusieurs petites parties, désirs, dont chacun est à l’intérieur de tout le monde ; ces désirs migrent de corps en corps, d’organisme en organisme.

À partir de maintenant, nous devons progressivement connecter ces parties brisées entre elles jusqu’à ce qu’elles soient si étroitement liées qu’elles représentent un seul et unique désir.

Question : Il est écrit dans la Torah que la condition pour recevoir est de devenir comme un seul homme avec un seul cœur. Le cœur est un désir. Qu’est-ce que cela signifie « comme un seul homme » ? Après tout, chacun est encore un individu.

Réponse : Il n’y a pas d’individualité ici. Cela devrait se manifester par le fait que, du point de vue de mon individualité, je progresse vers le même but, comme n’importe qui d’autre. Après tout, nous sommes tous différents, mais nous avançons vers le même objectif : l’unité. Dans la connexion entre nous, même s’il n’y a que dix personnes, nous trouvons un passage vers le monde d’après.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 10/08/2017

Comment ressentir la Lumière supérieure ?

Question : Comment ressentez-vous l’énergie supérieure, la Lumière supérieure qu’une personne attire à elle ? Disons qu’il est très difficile de ressentir le rayonnement, mais nous avons quand même inventé des appareils avec lesquels nous pouvons le mesurer. De plus, ses conséquences au fil du temps ont des répercussions sur une personne.

Réponse : La radiation est l’action physique de particules chargées : électrons, protons, neutrons, rayons gamma et ainsi de suite. Elles peuvent être mesurées car elles peuvent affecter certains substrats.

Cependant, dans la Kabbale, une personne peut ressentir l’effet de la Lumière supérieure à partir de changements intérieurs. Elle commence soudainement à aimer ses amis, à s’unir à eux, et dans leur connexion, ils révèlent la qualité du don sans réserve et de l’amour appelée le Créateur.

En même temps, tout ne va pas selon notre logique, comme si au lieu de la qualité de la réception nous obtenions la qualité du don sans réserve, et au lieu de la haine, l’amour. Il s’agit d’un tout nouveau monde.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 03/09/2017

L’âme du point de vue de la Kabbale

Question : Peut-on dire que la Kabbale est la psychologie de l’âme ?

Réponse : Non. La Kabbale est tout ! Et l’âme, si nous parlons d’un point de vue plus large, est tout compte fait une sorte de sensation.

Une personne croit que l’âme est l’ensemble de ses expériences et de ses préoccupations intérieures, mais c’est simplement la force vitale qui agit à l’intérieur d’elle et qui lui permet de s’élever. À un certain degré, cette force existe aussi chez les animaux.

Dans la sagesse de la Kabbale, l’âme est appelée notre désir égoïste, que nous corrigeons avec l’aide de la Lumière supérieure en son désir opposé, en un désir altruiste, et ce désir travaille avec l’intention de donner sans réserve aux autres, au lieu de recevoir.

L’âme est le mouvement d’éloignement de soi d’une personne vers l’extérieur, la capacité de donner sans réserve, d’aimer autrui sans aucun intérêt personnel.

Si vous atteignez cette caractéristique, qui doit durer pour très longtemps, cela signifie que vous avez une âme. Si vous n’avez pas cette propriété, alors il n’y a pas d’âme.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 03/09/2017

L’amour au niveau matériel

Question : Pouvons-nous voir des exemples d’amour véritable n’importe où afin que nous puissions comprendre ce que c’est ?

Réponse : Un exemple de véritable amour est l’amour d’une mère pour son enfant.

C’est l’amour au niveau matériel, bestial, qui peut être vu sous une forme limitée chez les animaux et sous une forme plus étendue chez les humains. Si nous devions couper la connexion entre une mère et son enfant, il n’y aurait aucun amour entre eux.

Par conséquent, dans notre monde, ce que nous appelons l’amour est simplement une attitude égoïste envers une source de plaisir. Ce n’est rien de plus que cela. Si je vous aime, alors je reçois du plaisir de votre part.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 13/08/2017

Page 2 des 621234550Dernière »