Category Archives: Ateliers/séminaires

Eveiller la société

congrès, groupeLorsque nous diffusons le système intégral, nous devons expliquer aux gens que tous les problèmes ne sont résolus que par une seule méthode, par un seul mouvement grâce à l’union et l’unité.

Lorsque nous invitons les gens à s’asseoir à une table ronde, après seulement une leçon, ils sentent que ce que nous proposons a une forte base pratique.

Nous pouvons essayer d’expliquer la base et la théorie et ou non car  n’est pas pertinent. Une nouvelle force intérieure se révèle dans un groupe qui se concentre correctement, et elle nous nourrit et nous guérit de tous les problèmes: les problèmes personnels, de groupe, les problèmes sociaux, politiques ou écologiques. Cette force guide les gens dans la connexion entre eux et les aide à résoudre tous leurs problèmes.

Nous devons leur montrer tout ceci uniquement d’une manière pratique. Aujourd’hui, les gens n’écoutent pas, ne lisent pas, et ne voient rien, sauf ce qui répond à leur petite intention égoïste. Leur indifférence, cependant, n’est qu’externe. Nous pouvons creuser un peu dans chaque personne et découvrir ce qui les dérange: «Qu’est-ce qui vous manque pour vous sentir complètement heureux? Je suis prêt à vous le donner. « C’est la descente vers le peuple et le respect des lois de la connexion et de l’unité.

Une personne souffre, elle ne peut pas joindre les deux bouts, et ne se sent pas en sécurité personnellement ou politiquement; elle est malade, se dispute en famille, et a des problèmes dans ses relations avec ses enfants, ce qui signifie qu’elle a des problèmes dans toutes ses connexions.

Elle peut, bien sûr rester à l’écart de toute discussion et ne pas s’impliquer, car elle estime que cela n’a plus d’importance, mais son indifférence est externe. Les autorités veulent supprimer tout ceci en rendant les drogues douces légales, mais cela ne fonctionnera pas. Une personne ne pourra toujours pas échapper à ses problèmes.

Par conséquent, nous devons dire à une personne, sans contrainte, et sans entrer dans ses problèmes: « Voulez-vous résoudre vos problèmes? Tout ce que vous devez faire est de venir à notre atelier juste une fois, asseyez-vous en cercle et prenez un café ou du thé avec nous, »et ainsi de suite. L’essentiel est de lui faire sentir qu’il y a un pouvoir dans notre méthode qui peut aider à résoudre et corriger tout ce qu’elle veut.

Plus tard, elle se joindra à nous et restera avec nous, car nous avons affaire à la diffusion pour les masses, et il y aura la solidarité qui croîtra comme une boule de neige; notre méthode deviendra un mouvement social.

Aujourd’hui, il n’y a aucun mouvement dans la société mais nous avons un grand groupe qui commence à se démarquer en influençant les différentes parties de la société, qui s’intègrent ainsi et s’influencent. Les gens vont bientôt commencer à penser à l’unité, même si personne n’en parle.
[147902]
De KabTV de « Secrets du livre éternel » 26/03/14

L’absence de consensus

Dr. Michael LaitmanQuestion : Pouvez-vous s’il vous plaît nous dire comment vous avez décidé d’accepter la mission de diffuser largement la Kabbale dans le monde, afin que nous puissions suivre votre exemple ?

Réponse : Aujourd’hui, vous n’avez pas d’autre choix puisque vous vivez dans une autre génération. Je me trouvais encore dans une période de transition, debout avec un pied dans l’époque où les kabbalistes de toutes les générations vivaient en préparant leurs élèves en petits groupes, cachés de tout le monde.

Il en était ainsi avec mon professeur le Rabash, avant mon arrivée. Puis j’ai avancé et j’ai changé cet endroit. Au début, toute sa famille m’a accueilli très chaleureusement parce que je prenais soin de lui.

Mais ils se sont refroidis rapidement envers moi parce qu’à travers moi, une quarantaine de personnes totalement laïques de Tel Aviv sont venues étudier. Dans la zone religieuse de Bnei Brak, c’était inhabituel d’avoir ce genre d’étudiants et cela a jeté une ombre sur leur maison. Le Rabash était le seul qui était heureux à propos des nouveaux étudiants, mais tous les membres de sa famille étaient en colère.

J’étais encore dans le processus de transition et j’ai en quelque sorte aidé à ce que cette révolution commence. Mais aujourd’hui, vous vivez dans une époque différente et dans une nouvelle génération. Ainsi, vous avez seulement besoin de vous unir les uns avec les autres et de tirer le monde entier dans ce sens, en commençant par les cercles les plus proches, des plus unis aux plus larges.

Sinon la pression et les coups dépasseront vos progrès et rouleront à grande vitesse, pas comme cela était au siècle dernier. Les politiciens et les sociologues disent que le principal problème aujourd’hui, c’est la santé de la société, et toute la lutte politique sera menée autour de cette question.

Mais personne d’autre que nous possède les moyens d’améliorer la société ; toutes les autres voies se sont longtemps avérées inefficaces. L’humanité a été obligée de les vérifier et de découvrir que non seulement elles n’apportent aucune aide, mais elles font mal.

Ainsi, on nous montre que la société toute entière peut réussir uniquement à travers le chemin de la Kabbale. Et si nous le faisons ensemble, alors l’amélioration affectera tous les domaines de la vie de la nation, tels que la sécurité et l’éducation.

Question : Comment pouvons-nous prendre par nous-mêmes une telle décision pour vraiment effectuer cette étape ?

Réponse : Je ne peux pas décider pour vous ! Vous me regardez et attentez de moi que je dise quelque chose. Mais je n’ai rien de plus à dire. Je dis quoi faire et la réalisation dépend de vous.

Question : Qu’est-ce qui nous empêche de prendre cette décision ?

Réponse : Il devrait y avoir un consensus, que vous décidiez, vous vous engagiez, signiez un accord les uns avec les autres, puis que vous demandiez les uns aux autres d’effectuer cette action.

De 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 14/11/14, Atelier

D’une famille pastorale à une unité sociale spirituelle

Dr laitmanLa vie nous montre que le mode de vie basé sur une vie familiale solide a disparu. Les familles où le mari est le chef de la famille, où la femme est impliquée dans le travail domestique, et l’éducation des enfants, avec jardin doté de chiens et chats,n’existent plus et c’est un fait.

Maintenant, un sentiment absolument différent de famille est apparu. Il doit être vu et perçu comme une partie d’un macrocosme sans limite, ressenti comme un élément qui a été correctement intégré dans un système immense, comme un train qui doit trouver l’endroitqui lui a été préparé, et y entrer avec sa cargaison.

Chaque famille se transforme ainsi en une unité de la famille et travaille sur elle-même en son sein, commence à sentir, en dépit d’elle-même, le type d’environnement qui lui est propre. La création d’un tel environnement sera réalisée progressivement, jusqu’à ce qu’à partir de très nombreuses petites cellules intégrantes, un immense champ intégral, un système intégré soit créé.

Donc, nous devons constamment participer à l’éducation, à la fois des enfants et des adultes, dans toutes les directions. Notre rôle et mission est de les amener à sentir leur unité familiale comme un tout qui a fusionné en un seul tout avec l’ensemble de la société, toute l’humanité.

Nous devons organiser des ateliers familiaux pour les parents, pour les enfants, et les grands-pères et grands-mères en les dirigeant vers l’intégration mutuelle entre eux. Précisément dans cette bonne intégration, ils vont commencer à sentir la force de la nature que nous appelons le Créateur, la puissance du don, le pouvoir de l’amour. Et  seule la bonne éducation peut amener une personne à ce niveau, pas sa connaissance et non des diplomes universitaires.

De «Histoires courtes» de KabTV 23/10/14

Une longueur d’onde commune

Dr. Michael LaitmanDans L’Étude des dix Sefirot, il est expliqué d’où vient la Shevira (brisure) du désir collectif et sa correction, c’est-à-dire l’union et la connexion, pourquoi elles sont ainsi, même si en principe, ces lois sont très logiques, et en général nous les comprenons avec notre nature physique. Nous devons essayer de les réaliser dans nos ateliers en s’immergeant et en étant inclus l’un dans l’autre, et en étant d’accord avec ce que dit un ami. Être d’accord signifie avancer avec ce qu’il dit. Je navigue sur sa longueur d’onde et pense comme lui. Je ne cherche pas à justifier ou à juger ses paroles, non !

Je suis avec lui dans ses désirs et ses pensées. Il dit une phrase et je suis dans cette phrase, comme si c’était la mienne. C’est tellement important que j’essaie de deviner sa pensée et son désir de telle sorte que s’il devait s’arrêter, je pourrais continuer et déclarer exactement ce qu’il allait dire. Et il en est ainsi de chacun de nous.

Nous nous ressentons comme étant complètement égaux, pas plus haut ni plus bas que les autres. Car seuls ceux qui sont égaux se connectent les uns aux autres et se trouvent dans la communication mutuelle. De ce fait, c’est comme cela que nous nous orientons nous-mêmes.

Nous essayons de nous entraider à tel point que depuis le début de l’atelier jusqu’à sa fin, je me surveille à chaque instant afin qu’aucune de mes pensées et qu’aucun de mes désirs ne soient en contradiction avec la discussion, de sorte qu’ils ne soient pas superflus ou étrangers à ce dont nous participons maintenant. Il est nécessaire d’essayer de se détacher du monde entier, autant que possible, de bouillonner uniquement entre nous, de discuter de tout ce qui se passe parmi nous et de ce que nous pouvons ajouter pour inviter la révélation de la Lumière Supérieure sur nous-mêmes.

Dès le moment où je vois que quelqu’un n’est pas engagé dans le sujet, est déconnecté, s’écarte de la direction (peut-être qu’il a des problèmes personnels), je fais des efforts pour l’aider à revenir à notre flux. Chaque personne qui s’écarte de la longueur d’onde commune devient une perturbation pour tout le monde. Cela affecte à la fois les femmes et les hommes.

Quelqu’un qui s’écarte du cadre de l’atelier d’une certaine manière et qui est à l’extérieur de nos désirs et nos pensées dérange tout le monde. Mais il se dérange beaucoup plus lui-même. C’est parce qu’il est dans un système unifié et qu’il crée une perturbation en son sein ; il est un organe qui ne fonctionne pas correctement et il attire sur lui une influence négative de l’ensemble du système. Nous devons donc essayer d’être des composants positifs du seul Kli de l’âme collective.

Du congrès de Saint-Pétersbourg, Leçon préparatoire n°2 du 18/09/14

Dans un réseau avec une seule pensée

congrès, groupeQuestion: Si, lors d’un atelier, nous essayons de parvenir à un état ​​commun, entrons, nous déconnectons, nous connectons, et tout à coup un retardataire se joint à nous, nous nous sentons immédiatement déséquilibrés.

Réponse: Il devrait y avoir aucun déséquilibre! Nous devons immédiatement «avaler» l’ami qui est venu. Supposons que nous ayons neuf personnes, et tout à coup elle est la dixième, mais elle ne nous dérange pas parce que nous travaillons sur elle tellement avec notre intention, notre désir, qu’elle sent immédiatement le cadre que nous lui donnons et est inclue  à nous.

Et sinon, au cours d’un cercle, peu importe ce qu’elle a dit ou où elle est allée, elle doit sentir le cadre du groupe, puis être à sa place.

Mais pour que nous ne sortions pas de cet état, nous devons nous précisément y rester. Grâce à notre désir, nos efforts, notre exemple constant, y compris les efforts externes, nous avons besoin de faire que d’autres personnes estiment qu’elles existent ainsi dans un cadre idéologique dans lequel elles ne peuvent même pas se permettre de parler de quelque chose d’extérieur. Cette pression totale sur chacun de nous doit être très forte.

De leçon préparatoire 1 du Congrès à Saint-Pétersbourg 18/09/14

Ressentir le cœur commun

congrès, groupeQuestion : Nous avons ressenti un état particulier quand nous avons creusé profondément dans l’atelier et avons perdu la notion du temps ; le temps a passé et nous ne l’avons même pas remarqué. Cela veut-il dire que nous avons attiré la Lumière ?

Réponse : Je ne veux pas vous décevoir, mais ce n’était pas la Lumière. Bien sûr, si vous étiez occupé par autre chose qui vous intéresse, vous ressentiriez exactement le même état. Vous ne devriez pas tenir compte si tout autour de vous disparaît ou pas, cela n’a aucun sens.

Vous voyez-vous à l’intérieur des amis ? Ressentez-vous leurs mouvements comme les vôtres : leurs désirs, leurs intentions, leur direction et leurs changements ? Ressentez-vous les mêmes sensations intérieures que l’ami ressent parce qu’il y a un unique cœur commun qui bat à l’intérieur de vous ? Nous devrions essayer d’examiner cela.

Question : Le Créateur attend de nous que nous nous tournions vers Lui. Et en se tournant vers un ami, lui donnant sans réserve, devrais-je m’attendre à quelque chose en retour ?

Réponse : Lorsque vous vous tournez vers un ami, vous vous tournez vers le Créateur. Qu’attendez-vous en retour ? Que voulez-vous de Lui ? Voulez-vous une certaine connexion interne et l’adhésion afin d’atteindre la racine supérieure et découvrir comment vous lui faîtes plaisir en cela ? Tout est déjà inclus dans une telle action, mais cela devrait se revêtir dans des figures précises, et dans un habillement spécifique.

Du congrès de Sotchi, Leçon n°2 du 25/08/14

Alors que nous reste-t-il à faire ?

Notre vie est faite de cercles : la famille, les proches, les amis du travail. Est-ce que nous viennent en tête des prénoms de nos cercles de connaissances? Oui, maintenant invitons-les chez nous ou rencontrons les dehors, dans les parcs, dans les cafés, où ailleurs, ouvrons des cercles de discussion et parlons de la nature de nos relations.

De quoi leur parler ?

Posons-nous la question avec eux, comment préserver cette union qui est apparue entre nous pendant cette période de guerre, même après la fin de l’opération militaire, et comment garder cette solidarité dans la vie de tous les jours. En fait, le sujet n’a pas trop d’importance, l’essentiel étant d’ouvrir notre cœur et de les faire participer à la discussion...

La contribution des tables rondes

Quelques règles de départ :

Chacun ajoute à la discussion,

On ne se contredit pas,

On est tous égaux dans la discussion et on n’émet pas de jugement de valeur.

 

Nous commencerons alors à ressentir cette chaleur humaine et l’impact de l’intelligence collective de l’union, et à travers ce processus de cercle de discussions nous prendrons alors conscience de ce qu’est véritablement un peuple.

Si nous construisons entre nous des « relations circulaires » similaires à celles qui font l’harmonie de la nature, nous recevrons alors la force d’en haut qui nous protègera et nous amènera à la réussite.

Faites passer le message

Si vous voulez goûter à un cercle de discussion et découvrir par vous-mêmes le contact particulier qui se révèle, rejoignez-nous dans nos rencontres aux quatre coins du pays ou simplement contactez-nous et nous répondrons avec joie.

Pour trouver le cercle le plus proche de chez vous

Numéro vert : 1-700-509-209

La chaine 66 «Kabbale pour tous »

Chaine 66 sur HOT et YES Ouverte à tous les abonnés gratuitement.

« La Kabbale pour tous » Portail en français http://www.kabbalah.info/fr/

Lien de la brochure

Clarifier ensemble

Scrutinizing TogetherQuestion : Comment une personne devrait-elle travailler avec les états négatifs de ses amis ?

Réponse : Vous avez besoin de les sortir de ces états par votre exemple. Supposons que vous voyiez que quelqu’un passe par une grave descente. Vous pouvez l’obliger à participer à un atelier spécial ou à d’autres événements. Vous pouvez lui faire un massage, car cela peut être très utile. Un massage stimule la personne ; elle commence à penser différemment.

Essayer d’influencer l’ami physiquement dans un premier temps, c’est le mieux. Après cela, organisez un atelier. Mais en aucun cas vous ne devriez l’abandonner.

Ce n’est qu’à l’intérieur du groupe que vous pouvez faire sortir une personne de ces états négatifs.

Question : Comment une personne doit-elle réagir à la critique de ses amis dans un cercle ?

 

Réponse : Si une personne suggère quelque chose et que le groupe ne semble pas l’accepter, ne réagissez pas brusquement à cela. Écrivez-le et amenez-le à une discussion au sein d’un atelier. Toute suggestion ne doit pas être rejetée immédiatement ou rester sans examen. Toute suggestion doit être prise au sérieux, sans passer beaucoup de temps sur elle, mais plutôt discutez là de façon réaliste.
Du congrès de Sotchi, « Deuxième Jour », Leçon n°4 du 14/07/14

La tâche de chacun est de s’intégrer dans un cercle

Dr. Michael LaitmanQuestion: Quelle est la tâche de l’individu dans l’ensemble du système?

Réponse: la tâche de chacun est de réaliser sa mission. Chacun est intégré dans un certain cercle et reçoit une forme similaire à la partie supérieure. Un cercle est une forme plus élevée et entière.

Everyone’s Task Is To Be Integrated In A Circle

La force de l’influence supérieure nous revêt de tous les côtés. A l’intérieur, dans le cercle le plus proche, est Israël, et dans ce cercle sont les nations du monde. Plus Israël devient « rond »  plus il est proche de la puissance la plus élevée, plus il peut amener les nations du monde, et augmenter l’influence de la force supérieure sur elles. De cette façon, tous les trois cercles sont connectés: la partie supérieure, celle du milieu, et celle du bas.

De KabTV de « La Rencontre des mondes » 18/06/14

Quelle est l’essence de la table ronde?

Dr. Michael LaitmanQuestion: Quelle est l’essence de la table ronde? Que faut-il faire pour atteindre la connexion dans un cercle?

Réponse: Le cercle symbolise un état dans lequel les conditions de l’atelier sont rassemblées. Chacun s’annule devant les autres et se sent comme étant inférieur à tout le monde. Il s’ensuit que nous sommes tous absolument égaux, et grâce à cela, nous sommes reliés en un tout, comme une personne avec un coeur.

Nous atteignons un tel état où nous cessons de nous sentir et resentons uniquement le sentiment de notre connexion.

What Is The Essence Of The Roundtable?

Supposons que dix personnes se retrouvent. Si nous parvenons à la connexion, alors nous atteignons le niveau suivant dans lequel nous devenons un égal au dix précédent, avec quelque chose en plus, une force supplémentaire.

De KabTV de « La Rencontre des mondes » 18/06/14A

Page 2 des 2012345Dernière »