Category Archives: Coronavirus

Mon environnement d’aujourd’hui est mon futur moi

laitman_600.01Question : On dit que mon environnement d’aujourd’hui est mon futur moi. Êtes-vous d’accord avec ce constat ?

Réponse : Bien sûr. Nous voyons comment l’environnement nous influence.

L’homme naît comme un tout petit animal sauvage, impuissant. Peu à peu, sous l’influence des parents puis d’un cercle plus large, il se développe, à l’école, dans la rue, dans son quartier, etc.

Il regarde beaucoup de programmes à la télévision, sur son ordinateur, et devient finalement la forme que nous voyons dans la société. S’il ne recevait pas cette influence de l’environnement, il ne serait pas du tout apte à vivre dans notre monde.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 07/05/2020

Le dirigeant derrière une idée

laitman_558Question : Nous voyons que les changements cardinaux de l’histoire sont associés à des personnalités particulières : Alexandre le Grand, Napoléon, Lénine, etc. Quelque chose a-t-il changé maintenant ? Quel est le rôle d’un dirigeant moderne ?

Réponse : Je ne pense pas que le rôle d’un dirigeant soit pertinent à l’heure actuelle, mais c’est celui de l’idée qui émergera. Le monde en a besoin. Et si le monde accepte cette idée, commence à changer conformément à elle, alors bien sûr, il atteindra le prochain niveau d’existence au niveau de l’interaction intégrale de chacun avec tout le monde.

Question : Un petit groupe de personnes peut-il devenir un exemple, un catalyseur de changement pour toute l’humanité ?

Réponse : En général, c’est possible. Mais pour cela, ils doivent travailler beaucoup sur eux-mêmes.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 30/04/2020

Le virus : l’intégrateur

laitman_600.04Remarque : Vous dites que notre chemin est le chemin de l’intégration, la sensation d’unité universelle.

Mon Commentaire : Ceci est inhérent au programme de la nature et il n’y a aucun moyen de s’en éloigner. Plus nous résistons, plus nous serons touchés.

Question : Qui est l’intégrateur dans cette situation ? Il doit y avoir une force motrice.

Réponse : Le virus lui-même. Une fois qu’il aura fait le tour du globe, il nous aura montré que nous sommes tous réellement intégrés, interconnectés et que nous représentons une société unifiée qu’il contamine maintenant.

Mais le virus ne fait pas simplement que d’infecter, il nous montre que nous sommes un seul tout. Et nous ne pouvons le fuir nulle part. Il se manifeste partout, même sur les îles lointaines d’Océanie. Et comment il y est parvenu, personne ne le sait.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 24/05/2020

Un combat dans lequel nous sommes tous

laitman_220Question : Dans la lutte contre le coronavirus, il est clair que nous avons déjà reçu un cerveau mondial : les informations et l’expérience divergent dans tous les pays.

Comment pouvons-nous atteindre un cœur mondial ? Comment ressentons-nous les autres ? Et de quels sentiments parlez-vous ? Les médecins qui sauvent des vies en travaillant 16 heures par jour ne le font-ils pas par sentiment ? Après tout, de nombreuses personnes ont le choix de ne pas travailler.

Réponse : Je ne pense pas que les médecins aient le choix de travailler ou pas. Je ne pense pas qu’ils décident eux-mêmes de rester à la maison. En principe, leur profession et les circonstances n’excluent pas le sacrifice de soi.

Mais le fait est que le moment est venu de comprendre que nous sommes connectés les uns aux autres, et que chaque pays ne peut pas se préoccuper uniquement de lui car le virus n’a pratiquement pas de frontières.

Comment il se transmet et comment il survient, nous ne le savons toujours pas. Par conséquent, tout le monde doit participer à lutter contre lui. Jusqu’à présent, c’est le meilleur résultat que la pandémie nous ait apporté.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 30/04/2020

Vers une existence optimale

laitman_530Question : Nous disons souvent que la surproduction épuise les ressources naturelles et détruit le monde. Ce dernier s’est un peu mieux porté durant la première vague de la pandémie. On entend dire que l’eau des canaux vénitiens n’a jamais été aussi propre. Il y avait là encore des dauphins qui n’avaient pas été vus depuis de nombreuses années.

Le problème de la surproduction doit être résolu de manière pratique. Bien sûr, la rééducation des gens et l’apprentissage des bases du monde intégral sont importants, mais vous devez manger ; quelqu’un doit produire de la nourriture. Que devrions-nous faire ?

Réponse : Je ne me préoccupe pas de la production des biens nécessaires à la vie (la nourriture, les vêtements, les machines qui produisent ces produits) mais seulement dans la mesure où ils sont vitaux.

La nature globale dans laquelle nous existons ne nous permettra toujours pas de produire plus que ce qui est nécessaire à notre existence normale. Nous ferons des allers-retours, essayerons de repousser les limites, et cela nous ramènera à notre existence optimale.

Nous n’avons pas besoin de bijouteries, de la bourse aux diamants et de boutiques de luxe. Tout cela disparaitra. Nous verrons comment elles vont toutes fermer. Les gens n’auront pas d’argent et n’en auront pas besoin, le monde réfléchira plutôt à comment vivre demain et à la manière de parvenir à un futur optimal et normal.

Extrait de KabTV, « La Situation Internationale Actuelle » du 18/06/2020

La propagation mondiale du virus

laitman_963.8Question : En Arabie saoudite, la situation liée au coronavirus est très mauvaise. Le pays est riche, les gens ne manquent de rien et ils ne violent pas la quarantaine. Mais le virus semble se manifester de lui-même. Comment peut-on expliquer cela  ?

Réponse : Il n’y a aucun moyen. Les virus ne proviennent pas du fait que nous les transmettons les uns aux autres. Ils sautent d’une personne à une autre parce que nous nous comportons mal. Et rien ne peut être fait à ce sujet. Cela se produit en Arabie saoudite, en Israël et en Russie, partout.

Tant que nous ne changerons pas d’attitude, le virus ne partira pas. Cela s’applique à toutes les régions du monde.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 17/05/2020

Le sens profond de la crise

Laitman_632.3Question : Quels sont les aspects négatifs et positifs d’une crise, la crise elle-même ou notre réaction à celle-ci ?

Réponse : Lors d’une crise, le plus important est de la comprendre et de réagir correctement pour qu’elle nous soulève.

Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, « crise » (mashber) signifie en hébreu « naissance », le lieu où une nouvelle personne nait.

En fait, le sens profond de la crise est la naissance de quelque chose de nouveau. Seulement nous ne le ressentons pas, nous ne le comprenons pas encore. Mais je suis sûr que nous y arriverons.

Nous verrons comment une nouvelle humanité intégralement connectée est en train de naître sous nos yeux, qui comprend mieux qu’elle doit vivre selon d’autres lois et non plus comme avant.

Question : Après la crise, allons-nous passer à un nouveau niveau spirituel ?

Réponse : Nous avons atteint ce stade, mais nous ne l’avons pas encore franchi. Nous avons plusieurs étapes devant nous. Mais cette nouvelle étape sérieuse que nous traversons actuellement doit beaucoup nous apprendre.

Question : Si la crise est la naissance de quelque chose de nouveau, cela signifie-t-il que les personnes décédées du coronavirus ne pourraient tout simplement pas vivre dans les nouvelles conditions, en harmonie avec la nature ? Mais tout est entre les mains du Créateur.

Réponse : Quant aux morts, ceux qui ne sont pas encore nés et à ceux qui vont naître, nous en parlerons séparément. C’est tout un système que nous devrons maîtriser et nous devons voir où se trouve le libre arbitre, pourquoi telles et telles âmes naissent, ce qui en est fait, etc. Nous devons étudier cela dans un système mondial commun.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 10/05/2020

Le problème de la correction universelle

laitman_282.01Question : Aujourd’hui, nous sommes confrontés au problème de la correction universelle. Ou y a-t-il une opportunité de sauver la situation par un groupe de kabbalistes ?

Réponse : Et comment un groupe de kabbalistes sauvera-t-il la situation si le but de la nature est que toute la création se connecte mutuellement et intégralement, pour atteindre les propriétés de la connexion et de l’amour ? Comment un petit groupe de personnes peut-il faire cela ?

Il n’existe que pour enseigner la méthodologie de l’union à tous les autres, pour être des enseignants pour eux. Ainsi, rien ne peut se produire sans l’inclusion d’absolument chaque personne dans ce processus.

Question : Une petite partie de l’humanité comprend l’essence de la crise qui s’est produite, mais la plupart n’en savent rien. Comment transmettre au monde entier la nécessité que c’est la personne qui doit changer pour que le monde entier soit corrigé ?

Réponse : C’est votre travail et vous devez le faire. Essayez de faire tout votre possible.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 10/05/2020

Un voyage de 3000 ans

laitman_961.1Question : Il y a 3 000 ans, les gens ont découvert la loi de la garantie mutuelle : aimer son prochain. C’était déjà écrit à l’époque. C’est la même loi qui existe au niveau des particules élémentaires.

Comment se fait-il que nous connaissions cette loi depuis des milliers d’années, mais qu’elle ne nous aide pas ? Nous ne pouvons toujours pas équilibrer notre égoïsme en aucune façon, n’est-ce pas ?

Réponse : Mais cette loi est contraire à notre nature. Notre nature cherche à s’exalter, à tout soumettre à elle-même, à tout absorber en soi, sans rien donner à personne, sans considérer personne. C’est la loi de l’égoïsme qui existe en chaque personne.

Je ne suis pas seulement comme les animaux, traînant une carcasse pour moi et ne la partageant avec personne. Je veux subjuguer chacun, afin que tout le monde soit mes esclaves, rampant devant moi. Je veux un pouvoir absolu sur le monde entier. Si quelqu’un pense que ce n’est pas le cas, il ne se connaît tout simplement pas bien.

Question : Si les gens, il y a quelques milliers d’années, savaient déjà que l’amour couvrirait tous les péchés et n’y sont pas parvenus, est-ce que des milliers d’années doivent peut-être s’écouler avant d’y arriver ?

Réponse : Peut-être. Je ne dis pas que cela devrait prendre fin aujourd’hui. Mais nous y arrivons. Nous nous dirigeons vers la reconnaissance du mal, soit que nous ne pouvons pas vivre à l’intérieur de notre nature. Par cela, nous nous tuons et mettons en danger la vie sur Terre. Nous devons en quelque sorte nous élever au-dessus de notre égoïsme, au-dessus de nos instincts, et parvenir à une interaction intégrale.

Extrait de KabTV, « L’Ère Post-Coronavirus » du 16/04/2020

Les désirs sont déterminés par l’environnement

737.01Les désirs d’un individu ne sont pas sous son contrôle. Ils sont déterminés par la société. Si nous comparons les Papous historiques avec les gens modernes, nous pouvons clairement voir que le développement d’une personne détermine ses désirs et ses plaisirs.

Question : Pourquoi une personne a-t-elle l’illusion que ce sont précisément ses propres désirs ?

Réponse : Une personne ne connaît rien d’autre. Nous avons été créé comme cela, nous nous sommes développés à l’intérieur de cela, et l’on ressent donc que c’est à nous. Que signifie nos propres désirs ? En fait, on est comme une marionnette, remplie de certains désirs et petits programmes, et cela existe comme ça.

Question : Pensez-vous qu’il est important de réaliser que la société me dicte tous mes désirs ?

Réponse : Une personne n’a pas de désirs en soi, tout le monde devrait le savoir. Les désirs sont déterminés par la société, l’environnement. En changeant l’environnement, je peux changer ces désirs.

Extrait de KabTV, « L’Ère Post-Coronavirus » du 23/04/2020