Category Archives: Correction

Erev Rav ou la multitude mélangée

Laitman_079_02Midrash Raba, Les Nombres : « Prendre la somme de toute l’assemblée des enfants d’Israël… » le calcul se réfère uniquement à ceux qui sont nés Juifs et non la multitude mélangée (Erev Rav).

Question :
Il est dit dans le Midrash Raba que le calcul se réfère uniquement aux douze tribus, mais pas à ceux qui les ont suivies (le butin).

Réponse :
La multitude mélanéese réfère aux égoïstes qui ne peuvent pas être corrigés parce qu’ils n’obéissent pas aux lois spirituelles. Ils ne se soumettent pas devant elles et ne participent pas à l’unité et à la connexion générale. Ils sont nourris par différentes sources spirituelles, essayant de les attraper et de les utiliser autant qu’ils le peuvent pour leur propre bien. Ils broutent toujours à côté de l’attribut de l’amour et du don sans réserve (près de ceux qui aspirent vraiment et se dirigent vers le Créateur) afin de récupérer leur part. Ceci est leur seule source de vie, et ils sont toujours dans les parages du camp de ceux qui aspirent au Créateur parce qu’ils ne peuvent pas se détacher d’eux puisqu’ils les nourrissent et que cela est leur source de vie.

En passant, cela ne se réfère pas aux nations du monde. Si elles se sentent mal, elles comprennent qu’Israël est responsable de cela pour quelque raison parce qu’ils ne remplissent pas leur mission.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du 17/12/14

La méditation kabbalistique pour l’unité

laitman_933Question : Dans la Kabbale, y a-t-il une sorte de méditation, une contemplation ou une concentration intérieure ? Combien cela diffère-t-il de la méditation orientale ?

Réponse :
C’est une action complètement différente. La « Méditation » Kabbalistique est la création d’intentions. La différence est qu’avec des intentions, je concentre mes efforts internes sur la connexion aux autres pour m’unir pratiquement avec les personnes qui aspirent à l’unité entre nous. Nous voulons révéler le pouvoir de l’unité et de l’amour dans cette unité.

En d’autres termes, dans la Kabbale une personne n’est pas isolée de l’environnement, mais au contraire, elle cherche autant que possible à s’y connecter intérieurement.

Dans les méthodes orientales, une personne peut méditer seule, sans personne d’autre. Même si les gens se réunissent pour cette méditation, il n’y a aucune connexion pratique entre eux. La méthode de la Kabbale suggère que c’est au sein du groupe que nous recherchons une occasion de nous ressentir comme un seul homme.

C’est uniquement sous la condition que nous parvenions à une telle unité comme un seul homme que nous pouvons dire que tout le monde perd son sens du soi et est inclus dans « nous », et quand ce « nous » devient « un » avec l’aide de cette unique force, nous révélons un degré spirituel.

Pour ce faire, chacun doit pratiquement abandonner son égoïsme à l’intérieur du groupe, s’annuler soi-même complètement devant les autres. Il annule son « moi » et accepte les amis, au lieu de lui-même.

Ainsi, il sort de lui-même vers eux afin que son précédent « moi, qui existait soi-disant séparément, individuellement, disparaisse complètement, et il se sent dans une nouvelle réalité indissociable des autres.

Cette sensation n’existe pas dans notre monde et ne peut être réalisée qu’en utilisant une force supérieure spéciale de la nature. C’est le principal moteur de la méthode de correction.

De KabTV, « Une Nouvelle Vie » du 25/01/15

La chance des chats

laitman_564Question : Que sont ces 49 Portes de Touma (Impureté) qu’ils traversèrent avant l’exode d’Égypte ?

Réponse :
Nous essayons de sortir de notre ego vers l’amour d’autrui, et nous ne sommes pas prêts. Encore une fois, nous essayons, et à nouveau nous ne réussissons pas. Nous essayons encore et encore, jusqu’à ce que, fondamentalement, nous découvrons que nous sommes tous dans une situation dans laquelle nous ne voulons pas quitter l’Égypte. Nous n’avons aucune possibilité de le faire et aucune force. Nous ne sommes pas capable de partir. C’est une situation totalement désespérée.

Notre ego, comme il est maintenant, nous entraîne dans toutes sortes de stupidités avec lesquelles nous essayons de remplir nos vies. Donc, en quoi nos vies sont-elles différentes de la vie d’un chat, outre le fait que le chat se sent bien dans sa peau ? Hier, le ciel était clair. Il s’est allongé et s’est chauffé au soleil. Il y a quelque chose à manger, alors le chat mange et dort, et rien d’autre ne le préoccupe.

Une personne a besoin de recevoir un millier de fois plus qu’un chat pour se sentir satisfaite. Alors, qui est le plus joyeux et heureux, la personne ou le chat ? A ce qui paraît, le chat est le plus heureux. Il reste au soleil tout le temps, il sait que son propriétaire le nourrira toujours, et il ne se préoccupe de rien.

Le chat regarde dédaigneusement comment son propriétaire court tout le temps dans tous les sens. Il court travailler, faisant mille autres choses. Il ne comprend pas pourquoi les gens se créent une vie si trépidante pour eux-mêmes. Pourquoi courent-ils tellement ? Chaque jour, ils tournent en rond dans le même cercle : ils mettent les enfants à la maternelle et ils courent au travail, au magasin, et à la maison. Ils préparent la nourriture, mangent et vont dormir pour tout recommencer depuis le début. Cela vaut-il la peine de tourner en rond comme cela toute l’année, de s’évader une fois par an pour des vacances de sept jours ?

Et le chat reste couché toute la journée, se lèche, et c’est bon pour lui. De ce fait, qui de nous est le plus joyeux et heureux ? Qui est le plus complet ? C’est le chat bien entendu, alors que la personne est une créature plus misérable, comme il est écrit à propos de Ismaël : « … sa main sera contre tous, et la main de tous sera contre lui. » (Genèse 16:12)

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 08/04/15, Écrits du Rabash

La fête que nous ne remarquons pas

Dr. Michael LaitmanLa Torah, « Lévitique », 23:03 : « [Pendant] six jours on se livrera au travail, mais le septième jour il y aura repos, repos solennel pour une sainte convocation : vous ne ferez aucun travail. Ce sera le Shabbat du Seigneur, dans toutes vos habitations. »

Dans le monde matériel, le samedi arrive à la fin de chaque semaine, donc psychologiquement parlant, nous avons l’habitude de ne pas le prendre comme un état spirituel.

En fait, c’est l’outil le plus puissant pour le développement. Le septième jour, Malkhout reçoit tout ce qui a été fait en six jours, et si je ne respecte pas les termes du Sabbat, je ne m’élèverai pas au-dessus ou n’atteindrai pas de nouveaux niveaux spirituels qui sont déjà caractérisés comme des fêtes.

Samedi est comme un tour dans le travail spirituel, et puis il y a un autre tour, et un autre. Après un certain nombre de tours, j’atteins un stade festif vers lequel il est impossible d’aller sans le Sabbat.

Par conséquent, dans le monde spirituel, le samedi est la plus grande fête. Après m’être mis au travail, la force par-dessus l’égoïsme, j’atteins un point où tous les états se réalisent en moi et portent leurs fruits.

Dans cet état, je ne dois pas faire quoi que ce soit mais permettre à la Lumière Supérieure de me réparer.

Disons que je produis à plusieurs reprises des efforts pour travailler dans les soi-disant six jours (six degrés), qui sont Hessed, Guevoura, Tifferet, Netzach, Hod et Yessod. En rassemblant six efforts consécutivement définis et clairement conçus ensemble, la septième force vient d’en haut parce que je n’étais pas capable de le faire par moi-même. Elle seule peut produire la plus haute Lumière qui vient alors et me change.

Dans le monde spirituel, si je ne remplis pas cette condition, je ne serai pas en mesure de former aucun autre état.

Dans le monde matériel, cela peut être représenté sous la forme d’une personne qui aspire toujours à quelque chose, et à un certain point, arrive à la réalisation. En d’autres termes, les soi-disant six jours peuvent prendre plusieurs années.

En substance, la vie entière de l’humanité est de sept jours, depuis Adam qui le premier a atteint le système de correction spirituelle, jusqu’à la personne la plus récente sur qui le système viendra à sa fin après une durée de sept mille années, où chaque jour vaut mille ans.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du 28/05/14

Une mosaïque de désirs

Dr. Michael LaitmanJe n’ai pas besoin de changer mes désirs. Je n’ai pas besoin de les limiter, de les briser ou de les supprimer, mais seulement de les orienter correctement vers le bon objectif.

Il est écrit dans La Torah, « Lévitique », 21:5 : « Ils ne feront point de tonsure à leur tête, ne raseront point l’extrémité de leur barbe, et ne pratiqueront point d’incision sur leur chair. »

Premièrement je choisis deux désirs et je découvre comment je peux les connecter afin qu’ensemble ils atteignent le prochain niveau en s’unissant à ce niveau en un seul tout. Puis au niveau suivant, ils trouveront plus de désirs qui peuvent également se connecter et s’unir en vue d’atteindre une union générale à ce niveau. Cela continue selon une hiérarchie, jusqu’à ce que le seul désir supérieur connecte tous les autres désirs dans une mesure telle que le Créateur peut se révéler.

Bien que les désirs soient connectés et concentrés sur l’unité, ils sont différents. Le résultat est une mosaïque dans laquelle chaque partie complète les autres jusqu’à ce qu’elles atteignent la perfection. D’une part, la perfection se révèle à l’intérieur de cela, mais d’autre part, nous voyons différentes parties, couleurs et formes.

Nous pouvons lire cette mosaïque et comprendre son unité car elle est constituée de nombreuses parties. Si cela était la simple révélation et clarté de l’unité sous la forme d’une seule Lumière blanche, ce serait beaucoup plus difficile pour nous de la saisir. Mais quand une mosaïque de désirs joue tout un arc-en-ciel de couleurs, nous la percevons comme une mélodie.

Question : Cette profusion de couleurs ne change-t-elle pas plus tard en une seule couleur ?

Réponse : Cela se perçoit comme un tout, mais c’est en fait constitué de nombreuses nuances. Sinon, nous ne serions pas capable de sentir quoi que ce soit.

Nous entendons l’harmonie dans la musique, et bien qu’il existe des milliers de sons et de transitions différents, nous la percevons entièrement comme une harmonie générale, comme l’unité. Mais si nous étalons simplement le système de notes (la partition) en ses composants, il semblerait qu’il n’y ait pas d’unité.

C’est pour cette raison en fait que lorsque les gens de différentes nationalités, mentalités et professions se réunissent, ils peuvent atteindre le seul et unique objectif, le seul désir. Plus nous nous élevons vers l’unité, plus nous sentirons la différence entre nous afin que nous puissions l’accomplir.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du 23/04/14

Les Egyptiens « très croyants »

Laitman_509Le Midrash, « BeShalakh » : Le Pharaon choisit les six cents meilleurs chars qu’ils avaient dans le pays d’Égypte. En outre, il prit d’autres chars et des cochers renommés. Le plan du Seigneur était que l’armée égyptienne poursuive les enfants d’Israël jusqu’à ce qu’ils se noient tous.

Où ont-ils eu les chevaux pour les chars ? Les animaux ne sont-ils pas morts en Égypte lors des plaies de la « famine et de la grêle » ?

Les animaux ont été fournis par les « très croyants » égyptiens qui ont obéi aux avertissements de Moïse avant la « plaie de la grêle », et ont mis leurs animaux dans des étables. Maintenant, ils se sont portés volontaires pour prêter leurs animaux afin de persécuter les Juifs.

Les « très croyants » égyptiens sont ceux qui vénèrent les commandements de la Torah et en même temps ne pensent qu’à eux-mêmes. Ce sont des criminels spirituels ! Parmi eux, il y a ceux qui sont sortis d’Égypte avec les Juifs ainsi que ceux qui sont restés en Égypte. Dans la Torah, ils sont appelés « la multitude mélangée » (Erev Rav).

D’une part, ils obéissaient à Moïse, mais d’autre part, ils ont donné volontiers tout ce qu’ils avaient à Pharaon.

Question : À un certain moment, ils ont écouté Moïse et ont utilisé un écran anti-égoïste pour cacher leurs désirs animaux. Pourquoi tout d’un coup ont-ils changé du tout au tout ?

Réponse : Leur devoir est de nous accompagner dans notre travail spirituel et de « nous donner » de multiples problèmes. Ils devaient participer à la destruction du Premier et du Second Temple. Ils participent à tous les méfaits qui continuent à arriver jusqu’à ces jours-ci. Les haïsseurs de la Kabbale ne disparaîtront pas tant que nous n’atteindrons pas la réparation finale.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du 23/04/14

Ne pas vivre dans son propre intérêt

laitman_236_01Le Midrash « BeShalakh » : Dès que les enfants d’Israël virent que l’armée égyptienne les pourchassait et quand ils virent qu’il n’y avait pas de salut, ils ont commencé à prier dans leurs cœurs et ont élevé leurs voix vers le Seigneur, Lui demandant de l’aide.

N’ayez pas peur de commencer une nouvelle année!

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment peut-on enfin commencer une nouvelle vie en Janvier 2015, la vie que nous repoussons d’année en année?

Réponse: Nous avons notre chaîne de télévision que nous soutenons avec notre propre argent, sans recevoir d’aide d’autres sources. Je recommande fortement que, lors de cette nouvelle année, tout le monde regarde la Chaine 66 en Israël et commence à écouter.

De cette façon, vous allez entrer progressivement dans un monde nouveau. Vous découvrirez comment inverser votre vie pour une qui est plus sûre, plus respectueuse, plus douce, et commencerez à comprendre où vous existez. Si vous commencez à vous engager dans une étude sérieuse, alors vous serez vraiment en mesure d’atteindre de nouveaux sommets.Chacun peut y parvenir.

Dans de nombreuses villes il  ya des branches du Centre d’éducation de Bnei Baruch, qui propose des cours de Kabbale pour tous ceux qui le veulent. Grâce à Internet, il est possible d’étudier virtuellement et de vous connecter aux autres. Nous organisons également des réunions, congrès et conférences ici et partout dans le monde.

Commentaire: S’il vous plaît nous donnez des conseils pour atteindre le bonheur en 2015.

Réponse: Nous allons créer un lien entre nous. Commencez à apprendre ce dont parle la sagesse de la Kabbale. C’est la sagesse la plus ancienne qui nous vient de Babylone. Son fondateur, Abraham a créé la nation juive en unissant les gens autour de la sagesse de la Kabbale. Cette sagesse précise la fondation et l’aperçu général de la nature de l’homme.

Lisez mon article «Qui es-tu, peuple d’Israël?» Publié dans le New York Times le 20 Septembre 2014. L’article porte sur les sources de l’antisémitisme, ce qui se passe aujourd’hui dans le monde, d’où venos-nous, etc. Commencez par lire ces petits morceaux.

Lorsque vous serez prêt, je vous attendrai à notre centre à Petach Tikva, où je donne des cours pour les débutants. Il se peut que nous nous rencontrerons dans une autre ville, car nous avons beaucoup d’étudiants partout en Israël.

Soyons conscients,faisons le, peu importe les résultats de l’élection, l’année 2015 et les années suivantes seront des années de paix et de bonté.

De « Le Nouvel An » de KabTV 25/12/14

Une activité requise contrôlée par le destin

Dr. Michael LaitmanQuestion: Certaines personnes se font tatouer le nom sacré de trois lettres parce qu’ils supposent que chaque nom a son propre pouvoir unique. Est-ce efficace? La personne s’est-elle écrit une «recette» du succès?

Réponse: Comment cela peut-il aider votre vie si vous écrivez une recette avec trois ingrédients sur vous, par exemple: dix grammes de sel, cinq grammes de poivre, et un litre d’eau? Vous devez cuire le gâteau et pas seulement écrire la recette.

Cette recette doit être faite en prenant les forces de l’âme, découvrir ce que l’eau, le sel, les épices, la farine et la levure sont-tous les ingrédients nécessaires pour préparer un gâteau. Ils doivent être à l’intérieur, se joindre correctement et être soigneusement mélangés.

Et pendant que vous préparez cette concoction, vous ne voyez rien de bon en elle, puisque vous devez le mettre dans le four, et ce n’est pas un procédé simple! Ce n’est qu’après avoir mpis ce mélange sans prétention dans le four, qu’il commence à lever en un beau gâteau. Et puis vous pouvez le recouvrir avec du miel ou de la crème fouettée.

Question: Ai-je bien compris, qu’ilne s’agit pas seulement d’un tatouage, mais aussi des ornements et photos rituelles sur le mur? Si je ne prépare pas mon gâteau moi-même, alors aucun des divers accessoires magiques ne va m’aider? Mais ne viennent -ils pas de la sagesse de la Kabbale?

Réponse: C’est ainsi construit dans la perception des gens. C’est comme acheter un diplôme à quelqu’un d’autre. Un ami termine l’école, il obtient un diplôme, et vous le photographiez, y écrivez votre nom et l’accrochez sur le mur. Cela vous aide?

Vous n’êtes pas allés à l’université et être devenuun expert avec ce diplôme. Vous ne vous trompez que vous-même en croyany être quelqu’un.

Question: Comment la Kabbale peut-elle vraiment m’aider à changer mon destin?

Réponse: Tout d’abord, si vous voulez changer votre destin, c’est à vous d’apprendre. Aucune compétence n’est nécessaire pour cela. Il est écrit: « Ce n’est pas le sage qui apprend. » C’est vrai pour tout le monde. Si c’est son destin, il doit étudier la Kabbale!

Nous avons atteint une situation dans cette génération où tout le monde doit apprendre à changer son destin. Il est impossible d’échapper à cela. Si vous fuyez, alors on vous tirera l’oreille, avec l’aide de la police et les tribunaux, et on vous assiera à une table d’étude.
[150364]
De « une nouvelle vie » de KabTV 21/12/14

La force qui ravive l’âme

Dr. Michael LaitmanLa Torah, « Lévitique », 19:26 : « Tu ne mangeras pas de sang… »

Le sang est la Lumière de Hokhma, qui est la force qui ravive l’âme et entre dans la quatrième phase du désir (la viande).

Mais il est interdit d’utiliser le désir où la Lumière se trouve dedans. Vous devez d’abord le corriger séparément, le restreindre et créer un Massakh (écran), puis peser et clarifier toute chose. Ce sont les lois sur lesquelles les conditions de la Kashrout sont ultérieurement basées, lorsque la viande devient comestible.

Il est totalement interdit de manger le sang. Durant les jours du Temple, ils avaient l’habitude de drainer le sang dans des récipients spéciaux qui étaient désignés à cet effet, et plus tard ils étaient complètement vidés.

Par conséquent, nous devrions examiner la force qui ravive l’âme, à la fois dans notre monde et dans le monde spirituel et ainsi en faire la distinction.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du 09/04/14