Category Archives: Corruption

Voir la mosaïque de l’âme

Question : Si nous sommes en désaccord avec ce que le Créateur fait avec nous, que faire  ?

Réponse : Corrigez-vous jusqu’à être d’accord. En principe, rien ne change. Ne vous attendez pas à ce que notre monde change ! Seule votre attitude à son égard changera si vous faites des efforts. C’est le sens de la « correction du monde ».

Il est dit que le monde agit comme il l’a toujours fait. Vous allez changer jusqu’à ce qu’il vous soit révélé comme parfait, éternel, infini et absolument corrigé. Ceci est notre vie et notre correction.

Alors décidez si vous allez vous corriger ou non. Le monde est immuable. Au contraire, selon la mesure de vos progrès, selon la mesure de votre capacité à vous corriger, il vous apparaîtra comme de plus en plus non corrigé afin que vous puissiez compenser les défauts externes avec vos corrections intérieures et voir que le monde est corrigé.

Par exemple, je vois maintenant le monde non corrigé. Je regarde une personne assise devant moi, un type endormi qui se frotte constamment les yeux ; je ne l’aime pas. Si je découvre tout à coup qu’il compte le plus pour moi, qu’il est un ami spécial au cœur chaleureux, alors je commence à le voir de manière totalement différente. Tout dépend de mon état. Il n’y a pas d’autre moyen.

Dès que nous découvrons que tous ensemble nous faisons partie de la même âme, personne ne peut être laid, méchant et répugnant là-bas ! Par conséquent, je vais soudainement commencer non seulement à tolérer tout le monde, mais aussi à les aimer, non pas les négliger mais les attirer.

Imaginez, nous faisons tous partie de la même âme. Où vous échapperiez-vous ? D’un autre côté, pourquoi « s’échapper » ? J’ai besoin de comprendre que toutes ces parties sont nécessaires pour moi. Elles apparaissent soudainement comme une mosaïque qui rassemble mon âme, en se complétant mutuellement et en se connectant correctement.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 27/01/2019

Comment rendre la vie agréable ?

Question : Comment pouvons-nous expliquer aux 99% de la population ce qu’est une bonne vie ?

Réponse : Nous considérons que la vie est bonne en fonction de ce qui est bon pour nous.

À notre époque cependant, en ayant des connexions non corrigées entre nous, nous ne pouvons pas nous sentir bien. Nous voyons que le monde est en train de s’effondrer parce que la Lumière supérieure qui descend sur lui veut le remplir et le monde ressent son opposition à cette Lumière.

Plus la bonté spirituelle est proche de notre monde, plus nous nous sentons mal. L’approche de la Lumière supérieure nous donne une sensation d’obscurité parce que nous sommes non corrigés, opposés à elle. Par conséquent, si nous voulons ressentir les bénédictions et tous les bienfaits, nous devons nous changer pour être similaire à la Lumière supérieure afin de ne pas plonger dans des problèmes et des crises, car la Lumière se rapproche de plus en plus de nous. En d’autres termes, nous devons nous unir au niveau de ce monde. C’est le problème.

Par exemple, les infos annoncent qu’un astéroïde est en route vers la Terre et que la planète est en danger, les gens devraient se sentir en danger, la Lumière supérieure se rapproche de nous, le Créateur souhaite être révélé aux créations. C’est pourquoi nous sommes appelés « la dernière génération ».

Nous sommes entrés sur la voie d’une pression de plus en plus forte sur nous. C’est pourquoi la science de la Kabbale se révèle ; elle explique que nous devons commencer à nous adapter à la Lumière supérieure pour lui ressembler un peu.

Nous sommes un Kli (récipient de l’âme), le Créateur est la Lumière. Nous pouvons devenir semblables à Lui uniquement si nous nous unissons entre nous. En d’autres termes, si nous souhaitons un avenir meilleur, nous devons obligatoirement nous unir.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 11/02/2019

Le bien et le mal

Question : Quel paramètre de la pensée détermine la force de son impact ?

Réponse : Il existe des pensées positives visant l’union et le bien des autres. Il y a des pensées négatives qui visent la séparation, la soumission des autres à nous-mêmes. Elles sont toutes graduées en niveaux.

Dans les mondes spirituels, il y a 125 étapes de bonnes ou mauvaises pensées ; en plus des pensées positives, il existe un grand système de forces obscures, de mauvaises pensées, décrites dans Le Livre du Zohar. Mais en tant que système, nous ne l’étudions pas.

Les kabbalistes ont vu que lorsque vous étudiez un système de pensées fausses et mauvaises, vous les éveillez en même temps et cela n’agit pas bien sur nous et le monde entier. Par conséquent, nous n’étudions pas cela. C’est décrit par les kabbalistes, mais nous ne l’incluons pas dans notre programme d’études.

Lorsque nous grandirons, nous saurons utiliser ce système correctement, alors nous l’étudierons.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 03/02/2019

Comment un kabbaliste échappe-t-il aux mauvaises pensées ?

Question : Comment un kabbaliste échappe-t-il aux mauvaises pensées ? Quelles méthodes avons-nous pour travailler avec elles ?

Réponse : Un kabbaliste ne fuit jamais rien. Il doit tout utiliser pour l’équilibre et le meilleur. Tout ce qui vient d’en haut est donné pour une raison ; par conséquent, rien ne devrait être écarté d’emblée. Nous devons juste savoir comment l’équilibrer. C’est le sens commun de la vie.

Question : Quelles sont mes actions si j’ai une mauvaise pensée ?

Réponse : Ce n’est pas une mauvaise pensée, mais plutôt une pensée que vous devez traiter correctement. Cela peut être dégoûtant, désagréable ou grossier. Quoi qu’il en soit, dans chaque cas cela provient de la même source, du Créateur, d’où émanent à la fois notre égoïsme et notre altruisme. Nous devons comprendre que notre objectif n’est que l’équilibre entre eux.

Par conséquent, ne repoussez jamais une quelconque pensée ni aucun des désirs les plus immondes qui vous gêne. Dans un premier temps, vous voudrez instinctivement vous en débarrasser, mais à l’instant suivant, vous vous direz : « Non, cela vient du Créateur. » Si je rejette ce désir, je ne m’élèverai pas au-dessus de lui. Je dois le prendre, même si je suis dégoûté, et en s’élevant au-dessus, je dois l’équilibrer correctement.

Tout vient de la racine de mon âme, qui est un mal absolu puisque nous sommes tous le résultat de la brisure de l’âme commune. De ce fait, toute la brisure est révélée en nous progressivement. La raison pour laquelle les désirs les plus fous et les pensées et les pires inclinations apparaissent en moi maintenant se trouve à la racine de mon âme à la suite de la brisure.

Si je ne corrige pas ce désir, plus tard, après quelques degrés, il me reviendra sous une forme différente. Ainsi, nous ne devrions rien fuir ; nous devrions plutôt tout accepter consciemment et agir en conséquence.

Ainsi, un kabbaliste apprend progressivement à ne pas se prendre personnellement à tout ce qui le dépasse. Ce n’est pas moi. Cela vient des qualités opposées dans ma racine. Au début, j’étais en état d’adhésion au Créateur. Puis c’est devenu l’inverse, complètement opposé au Créateur. C’est ce que je vis maintenant.

Pourquoi devrais-je rejeter cela ? Le Créateur éveille spécifiquement le niveau suivant de ma corruption en moi afin que je puisse la corriger et m’élever au degré suivant.

Extrait de la leçon hebdomadaire de kabbale en russe, le 16/12/2018

Est-ce que nier la gouvernance du Créateur cause du tort ?

Question : Comment puis-je savoir si je nie la gouvernance du Créateur ? Cela peut-il me nuire matériellement ou spirituellement ?

Réponse : Vous ne pouvez pas le savoir. Si vous pouviez le savoir, vous ne sortiriez jamais de l’égoïsme, vous feriez tout pour obtenir le maximum de récompenses égoïstes pour vous-même et vous vous blesseriez spirituellement en faisant de la sorte.

Vous ne pouvez pas obtenir cette connaissance avant d’avoir commencé à agir de manière altruiste, au-dessus de vous-même.

Extrait de la leçon quotidienne de kabbale en russe, le 25/11/2018

Comment pouvons-nous utiliser notre individualité ?

Question : Comment peut-on utiliser son individualité pour le bien d’un groupe et de son avancement ?

Réponse : Lorsque vous commencez à travailler avec un groupe, vous voyez à quel point vos qualités sont clairement dirigées contre les amis. Il n’y a rien en vous qui puisse être corrélé avec eux d’une manière ou d’une autre.

Vous êtes complètement différents, éloignés l’un de l’autre. Vous vous confrontez et vous vous détestez. C’est précisément ici que vous avez la possibilité de vous connecter entre vous. C’est comme ça que ça marche.

Question : Comment une personne peut-elle vérifier que sa perception du groupe, de ses amis, de son enseignant et de la Kabbale est vraie si elle le fait à partir de son état non corrigé ?

Réponse : Cela n’a pas d’importance. Vous travaillez en relation avec le groupe, alors faites votre auto critique uniquement par rapport à vos amis. Ne vous inquiétez pas, c’est une méthodologie établie. Cela vient du but même de la création, de la connexion entre nous. Cela ne peut pas échouer. En général, rien dans le monde ne fonctionne, à part cela.

Extrait de la leçon quotidienne de kabbale en russe, le 18/11/2018

Comment ne pas se contenter de ce qu’on est ?

Question : Comment ne pas être content de soi en pensant être intelligent, important et s’intéresser au but de la vie ? Comment puis-je obtenir de vrais résultats ?

Réponse : Le fait que vous vous sentiez grand et intelligent est bien. Cependant, vous devez garder à l’esprit que vous devez être reconnaissant envers le Créateur pour cela. D’où viennent toute cette grandeur et cette connaissance ? Cela vient de Lui. Cela vient en premier.

Deuxièmement, qu’est-ce que vous avez vraiment ? Qu’avez-vous reçu dont vous êtes fier ? Un petit enfant qui a reçu un nouveau jouet se retrouve également dans un état d’euphorie, peut-être même qu’il est bien plus satisfait que vous.

Tout dépend de la taille du désir. S’il est petit, il est facile à remplir et vous aurez l’impression que vous êtes au sommet de votre réussite. Si les désirs sont grands, il est beaucoup plus difficile de les satisfaire et vous vous sentirez vide. Par conséquent, tout est mesuré par rapport à votre désir, quelle qu’en soit la taille. Pour l’instant, nos désirs sont encore très petits.

Certes, il est souhaitable d’être dans un bon état, mais vous devez en même temps comprendre que c’est parce que le Créateur vous éclaire et non pas parce que vous avez réalisé quelque chose par vous-même.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 25/11/2018

Écoutez les paroles du Créateur

Question : Vous dites souvent : « Le Créateur a dit. » Que voulez-vous dire ? À qui a-t-Il parlé ? Quand a-t-Il parlé ?

Réponse : Naturellement, le Créateur n’a ni bouche ni langue, ni cordes vocales. Nous nous exprimons simplement dans la langage de ce monde.

Le Créateur est une force. Une force pas même au sens physique du mot, mais en pensée. Il n’y a que la pensée. Nous existons constamment à l’intérieur d’elle. Et le fait qu’il nous semble que nous ayons des corps physiques, des caractères et des qualités, il n’y a rien de cela.

Il n’y a que la pensée.

Question : Lorsque j’entends quelque chose de quelqu’un, puis-je dire qu’à travers lui le Créateur me parle ?

Réponse : Oui. C’est une autre affaire. De cette façon, Il communique avec nous.

Mais pour cela, vous devez avoir un modem, un émetteur, en vous ; en écoutant une personne, vous commencez à comprendre ce que le Créateur veut vous dire. Vous devez traduire son discours en langage spirituel. Ainsi, vous entendrez des paroles divines de la part de personnes, même d’un balayeur de rue. Il ne saura pas ce qu’il dit et vous écouterez les paroles du Créateur à travers lui.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 14/10/2018

Apprenez de vos propres sensations

Question : Vous continuez à dire que la connexion interne des points dans le cœur attire la Lumière supérieure sur une personne. Comment arriver à cette demande ? Qu’est-ce que la connexion interne des points dans le cœur ?

Réponse : C’est un travail progressif, se connectant dans un unique et énorme effort mutuel qui attire la Lumière. Vous êtes correctement rabaissé, puis relevé, puis à nouveau pressé comme un citron, puis à nouveau abaissé, élevé et à nouveau pressé. C’est ainsi que cela se déroule de nombreuses fois jusqu’à ce que, à la suite de tels exercices de la Lumière supérieure sur vous, vous commenciez à la ressentir en vous.

Les livres kabbalistiques traitent de cette connexion interne. Cependant, lorsque vous la ressentez, vous vous souvenez que c’est ainsi que l’auteur l’a décrite, ressentant probablement la même chose. Vous vous rapprochez de lui et vous commencez à apprendre de lui, non pas à partir du livre, mais de la façon dont vous essayez de ressentir ses sensations en vous-même, de sorte qu’il puisse vous guider.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 06/06/2018

Comment nous organisons-nous pour la prière ?

Quand je pense à moi, je ne peux pas penser au groupe. Faisons cet exercice : je ne demande rien pour moi-même et je ne pense pas à moi-même. J’ai coupé toutes les pensées, tous les désirs et toutes les actions dirigés vers moi pour les empêcher de se développer et d’agir.

J’ai une serre de serpents venimeux, mais je ne les laisse pas s’échapper. Dès qu’un serpent même le plus petit pointe sa tête, je la décapite immédiatement. Ceci s’appelle la restriction. C’est-à-dire que je révèle que le Créateur a mis en moi divers désirs égoïstes que je dois limiter ; je dois enfermer mon « moi », mon égoïsme, et décapiter toutes les manifestations égoïstes. Tant que je n’aurai pas coupé toutes leurs têtes, je ne commencerai pas une action spirituelle car j’ai une tête de serpent.

Je n’ai qu’une demande pour moi-même : faire une restriction et cesser d’exister pour que mon « moi » disparaisse. La foi au-dessus de la raison et les calculs spirituels commencent à agir. (1)

Limiter mon égoïsme ne signifie pas cesser de le ressentir. Il continue d’exister. De plus, il est énorme et cherche constamment à faire une percée. Mais à chaque fois, je l’enferme comme s’il n’était plus là. C’est un travail continu que l’on appelle « restriction ».

Cela ne signifie pas que je cesse de ressentir mon désir égoïste, je le ressens beaucoup ! Mais je me mets au-dessus de lui, comme s’il n’existait pas. Cela veut dire que je reçois une force restrictive : j’ai un écran de 1 000 kilogrammes contre 1 000 serpents, ce qui les maintient sous clé. (2)

Extrait de la 1ère partie de la leçon quotidienne de la Kabbale, Leçon sur le sujet « Comment nous Organisons-nous pour la Prière » du 26/11/2018

(1) : à 30 minutes et 40 secondes
(2) : à 42 minutes