Category Archives: Cours quotidien de Kabbale

Un travail extrêmement important

632.3Question : Nous avons récemment eu des étudiants qui se sont inscrits à de nouveaux cours sur l’étude de la Kabbale. Si vous pouviez vous adresser à ces milliers d’étudiants, que souhaiteriez-vous pour eux ?

Réponse : Je leur souhaiterais d’avoir la possibilité de consacrer le maximum de temps à l’étude des fondements de la Kabbale, qu’ils maîtriseraient de manière à servir de base pour une meilleure compréhension de la société, de la nature et du monde.

Question : Beaucoup de nos amis aident les étudiants en soutenant leur processus d’apprentissage, en organisant des groupes et des ateliers, et en les aidant à progresser dans leurs études. Que souhaiteriez-vous pour ces amis ?

Réponse : Ce qu’ils font est très important. Tout comme les vaisseaux sanguins de notre corps apportent la nutrition, l’information et une énorme quantité de tout ce qui est nécessaire à chaque organe du corps pour qu’il vive, de même la vie spirituelle dépend de ces personnes.

Elles apportent à travers elles-mêmes, à travers leur connexion avec les débutants, toutes les données de la Kabbale sous une forme et dans une mesure telles qu’elles sont absorbées par les personnes qu’elles élèvent progressivement le long des degrés spirituels, jusqu’à l’état de coexistence réelle, correcte et mutuelle avec la vaste nature, avec le Créateur.

Leur travail est donc extrêmement important !

Extrait de KabTV, « La Kabbale Expresse » du 29/04/2022

La guerre est une grande clarification

79.01La guerre est une grande analyse organisée d’en haut, à tous les niveaux. Mais ils se concentrent tous sur un seul objectif : découvrir la vérité. C’est-à-dire rassembler toutes les forces opposées des deux côtés, les rapprocher progressivement, les guider vers une seule direction, et tout ramener à leur source qui est le Créateur. Le personnage principal de cette guerre est le Créateur.

Cela dépend des kabbalistes de savoir dans quelle mesure la guerre physique se transformera en une guerre spirituelle, de sorte que le but de la guerre ne s’arrêtera pas à mi-chemin de la destruction du mal, mais l’amènera à soumettre tous les désirs égoïstes et à les transformer en bons désirs.

Gagner la guerre ne signifie pas qu’un égoïsme l’emporte sur un autre, mais plutôt que chacun s’incline devant la force supérieure, la force de l’amour et du don sans réserve mutuel. La fin de la guerre n’est pas seulement la réconciliation de deux parties qui s’affrontent, mais elle unit tous les habitants de ce monde, ce qui en fin de compte devrait viser à l’adhésion au Créateur. Il s’agit là d’une véritable victoire.

Extrait de la Leçon quotidienne de Kabbale, « Gagner la guerre (contre le mauvais penchant) » du 08/03/2022

Prière pour le monde

232.07La situation dans le monde devient chaque jour plus explosive. Le monde entier suit rigoureusement le développement rapide des événements en Ukraine. Les kabbalistes, cependant, ne s’occupent pas de la politique ni des frontières géographiques.

Les kabbalistes ne veulent qu’une chose : ajouter de l’amour ou du moins diminuer la haine partout où cela est possible et réduire la confrontation entre les gens, et nous devons y contribuer.

Par conséquent, l’outil principal est la prière. Si avec son aide nous parvenons à créer une connexion plus forte entre les gens, ce sera pour le bien de l’humanité et pour faire plaisir au Créateur. Le Créateur a dû créer des créatures opposées à Lui, brisées, pour que l’humanité demande l’union plutôt que la haine et le rejet. C’est alors que nous comprendrons, ressentirons et découvrirons ce que signifie l’unité.

L’essentiel est de révéler la force de l’union. Il ne peut y avoir l’un sans l’autre. Par conséquent, le Créateur souffre plus que tout le monde, mais Il n’a pas le choix, Il devait créer la nature sous cette forme. Notre tâche est d’essayer par notre prière, notre désir et notre plaidoyer de le forcer à tout corriger. Il attend notre demande de correction et Il fera tout aussitôt. Il n’a besoin que de notre désir.

La seule chose qui manque initialement dans la création est notre désir d’être équivalent à la bonne force du Créateur. Le Créateur a besoin du désir des êtres créés, Il a donc créé toute la création dans le manque. Et nous devons découvrir ce manque.

C’est pourquoi, tant que nous ne demanderons pas la paix, la satisfaction, la perfection, l’amour et l’union, cela n’arrivera pas. Nous devons vouloir l’union à tous les niveaux, dans toute sa mesure. Par cela, toute la nature, tous les mondes reviendront à l’état complètement corrigé où nous sommes tous connectés, et nous révélerons tous la force de l’union qui est éternelle et complète.

Le Messie n’est pas une personne, mais une force, un esprit qui apparaît et disparaît selon notre désir. Lorsque nous voulons nous rapprocher les uns des autres, il vient, et lorsque nous ne le voulons pas, il part. Le Messie est une force qui nous tire (Moshekh) de notre égoïsme vers le don sans réserve, l’amour et la connexion.

De ce fait, si nous comprenons que nous avons besoin de cette force qui nous tirera du mauvais vers le bon état, de la séparation vers la connexion, de la haine vers l’amour, alors nous appelons le Messie. Faisons-le ensemble.

Le problème principal est l’indifférence inhérente à notre nature. Parfois, un incident particulier ou un animal blessé touche plus notre cœur qu’une guerre entre pays. En attendant, nous existons dans des qualités égoïstes qui ne sont pas corrigées.

C’est pourquoi nous nous préoccupons des choses qui nous tiennent à cœur. Une petite panne dans votre propre maison inquiète tout le monde plus que les événements mondiaux, les explosions d’étoiles supernova ou un ouragan de l’autre côté de la Terre. C’est ainsi que notre égoïsme nous dépeint la réalité.

Cependant, si ensemble nous demandons de toutes nos forces au Créateur de nous faire ressentir dans les dizaines ce que signifie sortir de soi et ressentir la force qui opère entre nous, alors nous commencerons à révéler la force supérieure qui réside entre nous. Puis nous commencerons à remarquer les choses dans le monde qui sont plus importantes pour le Créateur et non pour notre égoïsme individuel.

Extrait de la leçon quotidienne de Kabbale, Les Écrits du Baal HaSoulam, « Introduction au Livre du Zohar » du 02/02/2022

Ce n’est pas par hasard que nous sommes réunis dans un groupe

222Nous sommes tous différents et chacun a ses propres personnalités et sensations, mais si nous faisons la même action de nous annuler, alors nous devenons plus proches, semblables les uns aux autres. Le Créateur  nous éclaire et commence à créer de toutes nouvelles formes de connexion entre nous.

Nous commençons alors à comprendre que ce n’est pas par hasard que nous sommes si différents dans ce groupe. Nous sommes rassemblés dans un groupe par la Lumière supérieure qui nous a séparés, brisés et cassés, et qui commence maintenant à nous connecter. Nous ressentons comment Il nous rassemble.

Plus Il nous rapproche les uns des autres, plus nous résistons. Nous ressentons combien nous sommes différents, mais Il nous rassemble. C’est là que nous devrions être Ses assistants dans la foi au-dessus de la raison et commencer ensemble avec Lui, avec la Lumière supérieure, à nous connecter en un seul système commun et harmonieux appelé l’âme.

Extrait du Congrès International « S’élever Au-Dessus de Soi-Même », Leçon n°2 – « S’annuler devant les amis », le 07/01/2022

Faire la ronde

938.02Nous devons justifier le Créateur à chaque étape, à chaque instant. Nous unissons ainsi correctement toutes les parties de la création et les présentons comme un tout unique.

C’est notre travail afin d’amener toute la réalité que nous ressentons à l’unité à chaque instant de notre existence, de ressentir l’appartenance à la force unique du Créateur. Cette réalité m’est maintenant révélée afin que je l’unisse et que je découvre en elle la force qui l’anime.

Dans chaque état, nous devons rester dans la plus grande adhésion possible entre nous et le Créateur. Si nous travaillons ainsi dans la dizaine, nous verrons qu’elle est arrangée d’en haut comme si nous dansions la ronde en nous tenant par la main. Chacun saute selon son état, et il se trouve que l’un saute et que l’autre tombe.

Mais comme nous le faisons ensemble, alors tout se combine en une seule action commune, et tous les hauts et les bas individuels se combinent en une danse, en une seule attitude envers le Créateur. C’est ce que nous devons faire dans notre danse intérieure, notre connexion intérieure.

Extrait de la 1ère partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, « L’Amour du Créateur » du 12/12/2021

Chaque jour est comme si on renaissait

032.01Si je me réveille désorienté le matin, ne me souvenant de rien, alors c’est un bon signe. Cela signifie que je suis passé par une sorte d’état. Lorsqu’un état en remplace un autre, il y a nécessairement un écart, une obscurité et une déconnexion entre eux. Il ne faut donc pas avoir peur des états d’incompréhension totale. En effet, dans tous les cas, je suis sous le contrôle de la force supérieure, dans le cadre de la force du Créateur.

Vous devez vous habituer à ce processus et apprécier ces états sombres. Si je n’ai rien dans mes sensations ou dans mon esprit, alors je semble renaître et je suis maintenant entre les mains du Créateur, comme un bébé dans les bras de sa mère. La seule chose que je dois faire est d’aider la force supérieure à prendre soin de moi. Et plus je cède devant le Créateur, plus je me rapproche de Lui et commence à maîtriser un nouveau niveau.

Par conséquent il n’y a pas à avoir peur d’oublier ce que l’on a étudié. Nous l’oublierons bien sûr. Le Baal Shem Tov est passé par de tels états dans lesquels il ne se souvenait même pas des lettres de l’alphabet. Et puis ces connaissances reviendront, mais à un niveau plus élevé. Nous devons prendre cela comme un processus obligatoire, et vous verrez quelles merveilleuses nouvelles découvertes cela apporte.

Extrait de la 1ère partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, Les Écrits du Baal HaSoulam, Shamati n°54 – « Le But du Travail – 1 » du 09/11/2021

Des étincelles qui illuminent les ténèbres

167Pourquoi, sur le chemin de la sainteté, de la révélation du Créateur, de l’union, de la correction de toute la création, devrions-nous nourrir des désirs impurs, les Klipot ? Pourquoi sont-elles nécessaires ? Nous devons comprendre que le Créateur a délibérément créé la brisure afin de mélanger les désirs égoïstes et les désirs de don sans réserve.

Et lorsque nous travaillons à comprendre ce que signifie l’impureté (Klipa, « écorce »), et ce que signifie la sainteté, et comment faire sortir la sainteté de la Klipa, à partir de là, nous grandissons et gagnons en intelligence, en sensibilité, et en compréhension de ce que le Créateur a fait, pourquoi Il a créé une création faite de Lumière et d’obscurité, de désir de recevoir et de désir de donner sans réserve, et comment nous séparons l’un de l’autre.

Notre vie entière est une recherche remplie de frustrations et de tracas. Et tout cela pour que nous puissions extraire des étincelles de toutes ces tensions entre recevoir et donner, entre la lumière et l’obscurité. La lumière seule ou l’obscurité seule ne peuvent pas nous aider, mais seulement lorsque nous opposons l’une à l’autre, comme si nous frottions une pierre contre l’autre, en faisant des étincelles.

Ce sont ces étincelles qui nous remplissent et nous conduisent à une compréhension si élevée de la matière que c’est en elles que nous commençons à atteindre le Créateur. La création ne permet pas d’atteindre directement le Créateur, de Le comprendre et de Le ressentir.

Mais c’est précisément grâce à cette friction, qui fait jaillir des étincelles qui éclairent l’obscurité, que nous pouvons commencer à comprendre le chemin préparé pour nous par le Créateur.

Nous passons par de nombreux états difficiles, puis soudain, dans l’obscurité totale et l’incompréhension, une étincelle jaillit, puis une autre, et une autre encore, nous permettant de commencer à reconnaître le Créateur.

Après avoir allumé quelques étincelles de ce genre, nous ressentons déjà comment faire connaissance avec le Créateur et Ses actions.

Extrait de la 1ère partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, Les Écrits du Baal HaSoulam, Shamati n°36, « Quelles sont les Trois distinctions du corps chez l’homme ? » du 27/10/2021

Les dix degrés du travail spirituel

600.04Le Maguid de Mézéritch, grand kabbaliste du siècle dernier disait: «le travail spirituel comporte dix degrés:

Trois règles que nous enseigne l’enfant:

  1. Se réjouir de tout
  2. Ne pas se reposer un seul instant
  3. Exiger ce que l’on désir de toutes ses forces

Sept règles que nous enseigne le voleur:

  1. Travailler la nuit
  2. Ce qui n’a pas pu être obtenu une nuit, il faut s’efforcer de s’en emparer la nuit suivante
  3. Il faut être fidèle en amitié
  4. Il faut risquer sa vie même pour des futilités
  5. Ne pas accorder grande valeur à ce que l’on a acquis et le vendre pour quelques sous
  6. Reçoit des coups, mais continue son ouvrage
  7. Etre conscient des avantages de ses activités et ne pas vouloir en changer.

Puis il ajouta: «à chaque verrou sa clé, mais si le verrou ne se laisse pas ouvrir, le voleur persévérant le casse. Le Créateur aime l’homme qui entre de force dans Son cœur pour qu’Il le conduise dans le Palais divin.»

Extrait du livre « Connaissance des mondes spirituels » cité dans le cours quotidien de Kabbale du 26/10/2021

 

Chacun voit un monde différent

600.04Nous tous regardons le monde avec les mêmes yeux et voyons la même chose. Mais en plus des yeux, nous avons aussi un esprit qui nous dépeint ce que nous voyons. L’esprit est différent pour chacun car il sert le désir de recevoir.

Dans la mesure où nous pouvons y ajouter le désir de donner sans réserve, nous verrons le monde à travers le contraste de ces deux qualités (la réception et le don sans réserve) et nous commencerons alors à découvrir la véritable image du monde.

C’est la différence entre les gens dans le monde, car chacun est très différent dans son esprit. Bien que nous ayons tous les mêmes yeux et qu’il nous semble que nous devrions voir la même chose, aucun de nous ne voit la même image.

Après tout, tout dépend du mécanisme qui se cache derrière les yeux et derrière toutes les autres sensations : l’odorat, l’ouïe, la parole, les textes que nous lisons, c’est-à-dire toutes les informations sur le monde perçues par une personne. Toutes les informations sont traitées dans le cerveau, et chacun possède son propre avis. C’est pourquoi personne ne peut se comprendre.

Plus nous ressentons notre petitesse, plus nous pouvons voir. En définitive, cela réduit notre égoïsme et nous pouvons alors mieux voir le Créateur et Son don sans réserve dans le monde. Cela semble incompatible et contredit la perception ordinaire et l’éducation commune.

Cependant, plus une personne s’abaisse par rapport à sa perception correcte et plus elle comprend clairement qu’elle ne comprend pas, plus elle est prête à voir la vérité.

Extrait de la Leçon quotidienne de Kabbale, Les Écrits du Baal HaSoulam, Shamati n°26, «Le futur de l’homme dépend et est lié à sa gratitude envers le passé» du 19/10/2021

Ma descente est un gain pour le groupe

938.04Ma descente est un grand gain pour le groupe parce que je présente maintenant la ligne gauche, le désir d’avoir du plaisir, qui s’est révélé en moi après la brisure. Et si j’inclus ce désir au groupe, à la direction que chacun prend, je leur ajouterai du carburant, la matière du désir.

Et la Lumière qu’ils recevront d’en haut sur cette matière donnera à chacun la possibilité d’avancer. Finalement, toute notre progression se fait sur deux jambes. Et maintenant, j’utilise la ligne gauche avec mon égoïsme nouvellement développé, que le Créateur m’a fait voir. Et le groupe m’aide et y ajoute la ligne droite. Ainsi, chacun apporte son désir égoïste au groupe et le groupe l’aide à équilibrer ce désir, et nous avançons comme sur deux jambes.

Par conséquent, nous ne devons pas avoir honte et être contrariés parce qu’un nouvel égoïsme se révèle en nous. Le Baal HaSoulam a écrit « Je suis heureux que les méchants apparaissent», les pensées et les désirs égoïstes, car c’est la base de tout progrès ultérieur.

Extrait de la Leçon quotidienne de Kabbale, « Baal HaSoulam – Shamati, 10. Qu’est-ce que « fuis, Mon Bien-aimé » dans le Travail ? » du 30/09/2021