Category Archives: Cours quotidien de Kabbale

Qu’est-ce que la sagesse de la Kabbale nous offre ?

laitman_259_01Question : Comment pouvons-nous être sûr que c’est réellement la sagesse de la Kabbale qui révèle la force supérieure ? Après tout, chaque religion revendique cela.

Réponse : Cela, je ne peux pas le dire. La sagesse de la Kabbale ne se concentre pas sur le fait d’attirer les gens.

Une personne doit fouiller dans les sources, écouter ce qu’elles disent, s’enfoncer dans les sources primaires sur notre site, et puis se rendre compte si c’est ce qu’elle recherche ou non. Si ce n’est pas pour vous, continuez de chercher ailleurs, et si c’est pour vous, nous serons très heureux.

Bien sûr, nous sommes intéressés par les gens qui nous écoutent parce que, comme je l’ai appris de ma propre expérience, la sagesse de la Kabbale donne à une personne une sensation d’éternité, la plénitude, et le sentiment qu’elle gère son propre destin. Elle n’a pas peur de mourir au sens physique car elle monte à un autre niveau d’existence tout en étant ici dans cette vie.

Je pense que rien ne peut donner à une personne ce que la sagesse de la Kabbale apporte. Je ne parle pas des différentes religions, car elles sont apparues parce que la sagesse de la Kabbale était cachée. Elle est le fondement de toutes les religions, pratiques spirituelles, et même des philosophies.

La sagesse de la Kabbale est le fondement de toutes les sciences. Les sources antiques nous parlent de cela, et toutes les sagesses et les sciences proviennent de ces sources.

De la leçon de Kabbale du 20/09/15

La Kabbale est pour la famille

laitman_551_0Question : Quel est le sens de la vie pour une femme qui n’a pas de famille ou d’enfants ? Est-ce qu’il se pourrait qu’elle puisse trouver le sens de la vie en se remplissant elle-même au sein de la société ?

Réponse :
Aujourd’hui, la plupart des femmes se posent à peine cette question. Avoir un enfant est la norme, et l’institution de la famille devient de plus en plus faible parce que le taux de divorce dans les pays développés est désormais au-dessus de 50%.

Aujourd’hui, nous sommes moins capables d’entretenir une famille et de s’occuper des enfants. En même temps, une femme a toujours l’instinct maternel et le désir d’avoir des enfants, bien que selon les statistiques, il n’y en ait pas tant que ça. En outre, si l’état cessait d’encourager les femmes à avoir des enfants, il y en aurait encore moins.

Je crois qu’à peine plus de 30% de la population a le désir d’avoir des enfants. Les autres en ont automatiquement sous l’influence de la pression sociale guidée par l’hypothèse que, si tout le monde a des enfants et moi pas, il est temps de me marier aussi.

Selon la sagesse de la Kabbale, une femme doit se réaliser normalement : aimer la vie de famille, avoir des enfants, et s’occuper de sa famille. C’est en fait à partir de ce cadre qu’elle devrait grandir spirituellement tandis qu’elle apprend la méthode du remplissage correct de tout ce qu’il lui a été donné dans ce monde.

Question :
Est-ce pas la sagesse de la Kabbale ne conduit-elle pas à la solitude ?

Réponse :
Au contraire, selon la sagesse de la Kabbale, un homme doit se marier, avoir des enfants, travailler et s’occuper de sa famille, et la méthode kabbalistique lui apprend à soutenir sa famille correctement et à y ressentir un grand plaisir et le bonheur pendant de nombreuses années.

La sagesse de la Kabbale nous raconte comment le monde se développe et ce qui est déterminé par la nature, et comment nous devons remplir, utiliser et gérer toute chose correctement et ne pas déformer notre vie en aucune façon.

De la leçon de Kabbale du 20/09/15

Une lutte intérieure contre le terrorisme

laitman_253Question : C’était une habitude, lorsque la situation en Israël empirait et les actions militaires commençaient, que les gens se rassemblent toujours. Mais avec cette vague montante actuelle du terrorisme, on ressent dans la rue que tout le monde est plus préoccupé et inquiet à propos de soi-même. Pourquoi cette peur ne nous unit-elle pas ?

Réponse :
La menace du terrorisme ne nous rassemble pas parce que nous ressentons qu’elle ne vient pas de l’extérieur des frontières d’Israël mais vraiment qu’elle se trouve dans le cœur de la nation. Ainsi, elle nous déchire apparemment de l’intérieur. Elle est en train de contraindre chacun de se cacher dans son coin.

Ce n’est pas une guerre où nous savons où est l’ennemi et où nous pourrions nous y opposer par tous les moyens. La puissance militaire n’aidera aucunement contre le terrorisme, c’est ça le problème.

Nous devons comprendre ce qui se passe. Nous commençons à recevoir des coups plus internes et qualitatifs qui ont une influence plus significative sur nous. Lorsque les missiles tombent, alors nous comprenons qu’il y a un risque de blessure, mais c’est quelque chose de définitif.

Le terrorisme sème la peur en nous, et surtout un sentiment d’impuissance. Nous savons que nous avons le système de défense anti-missile Dôme de Fer, les avions et l’armée. S’ils tirent sur nous, nous riposterions par une réponse plus puissante.

Mais contre le terrorisme, vous ne pouvez rien faire parce qu’il se cache à l’intérieur. Mais si nous, le peuple d’Israël, nous libérons de nos « terroristes internes », de la haine entre nous, du désir de terroriser les autres, alors il ne resterait plus rien des terroristes arabes dans nos rues.

La seule façon de détruire le terrorisme est une correction interne de chacun par rapport à son voisin. Après tout, si nous ne changeons pas, le prochain coup sera encore plus important. Nous sentons qu’un système de terreur efficace, développé et bien organisé fait effet entre nous.
Ce système commence à régner sur nous, en nous inculquant la peur, l’horreur, le sentiment que les terroristes se cachent partout, à l’affût contre nous à chaque pas.

Est-ce que cette description vous rappelle le réseau égoïste de relations entre nous ? C’est exactement le même système, son reflet externe. Jusqu’ici, nous n’avons pas vu une telle terreur dans la rue, mais nous pouvons arriver à cela si nous ne commençons pas à traiter avec les « terroristes » internes, avec notre égoïsme maintenant.

Le terrorisme physique peut refléter précisément le terrorisme intérieur et spirituel, ainsi de terribles moments viendront. Nous espérons que le Créateur ne permettra pas que cela arrive et que nous allons prendre soin de nous-mêmes.

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale du 19/10/15, le Baal HaSoulam, « La Garantie Mutuelle »

A propos du salaire spirituel

Dr. Michael LaitmanQuestion : Lorsque vous êtes malade, vous continuez de donner des leçons pendant trois heures. Comment faites-vous cela ? Quand j’ai de la fièvre, je reste à la maison et ne vais pas à la leçon.

Réponse :
Et allez-vous au travail ?

Commentaire :
Quand j’ai une une forte fièvre, je ne peux pas bouger.

Réponse :
Et dans le cas où vous seriez licencié de votre travail et votre famille serait laissée sans moyens de subsistance ? Vous voyez, c’est ça la question : comment pourriez-vous rester à la maison ?

Je me pose la même question. Parce que je travaille et reçois un salaire, mais spirituel. Je suis payé avec la possibilité de donner sans réserve et ainsi je me lève pour la leçon. Après tout, l’homme calcule simplement ce qui est le plus important pour lui et il agit en conséquence.

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale du 20/02/14, le Baal HaSoulam, « Introduction au Livre du Zohar »

Quelle partie du Zohar devrions-nous lire ?

Laitman_151Question : Le Livre du Zohar est une part importante de l’étude de la Kabbale, mais en même temps, Le Livre du Zohar est divisé en plusieurs parties et il est très compliqué. Il y a trois volumes qui expliquent les cinq livres de la Torah (le Pentateuque).

Au-delà de cela, il y a Le Nouveau Zohar et d’autres livres qui ne sont pas inclus dans les autres volumes tels que Les Secrets des Lettres (Sitrei Otiyot), Raza de Razin, et ainsi de suite.

Récemment, je suis tombé sur un livre intitulé Parachat Pinchas (la section hebdomadaire de la Torah Pinchas) en russe, traduit par Ephraïm Bauch, et je n’ai pas trouvé ce livre dans les éditions que vous avez publiées.

De ce fait, tout cela constitue-t-il Le Livre du Zohar ? Est-ce que tous ces livres attirent la Lumière, même le Raza de Razin mentionné ci-dessus qui parle des différentes lignes sur la paume de la main ? S’il vous plaît, dites-moi ce qu’est Le Livre du Zohar complet ?

Réponse :
Il existe de nombreuses versions, commentaires et traductions du Livre du Zohar. Pour éviter toute confusion, je recommande uniquement Le Livre du Zohar avec le Commentaire du Soulam (Échelle) par le Baal HaSoulam, ou Zohar La’am en hébreu ou la version qui est traduite dans différentes langues.

Le but d’une personne

Dr. Michael LaitmanQuestion : Comment est-il possible de découvrir et de connaître notre but ?

Réponse :
Tout le monde peut connaître son destin à travers le programme supérieur de la nature qui gouverne notre monde.

Lorsque la personne apprend et explore ce programme, elle commence progressivement à ressentir son unicité spirituelle : quelle est sa tâche personnelle dans l’incarnation actuelle, le sort de sa précédente, ses caractéristiques internes, la nature, les motivations et les efforts concertés, pourquoi elle a été créée de cette façon et s’est développée sous l’influence de l’environnement précisément d’une telle manière et pas d’une autre.

Et puis, elle comprend comment s’intégrer dans ce système et le gérer. Elle explore tout à travers ses caractéristiques personnelles intérieures. Telle est la façon dont elle pénètre dans le « centre de contrôle » avec ses désirs et ses intentions.

Question :
Par exemple, j’aime manger.

Réponse :
Cela, c’est la vie physique. Nous parlons de ce qui se trouve au-dessus d’elle. Tout ce qui se trouve dans le cadre de nos vies (nourriture, sexe, famille, richesse, pouvoir et connaissance) est pertinent pour notre monde.

Et il y a des motivations et des désirs qui sont dirigés au-dessus de la substance physique : atteindre le sens de la vie, le sens de l’existence, le monde supérieur, Ein Sof (Infini), et non pas simplement entrer dans le système de gestion supérieur, mais aussi le contrôler, voir son flux éternel.

Du cours quotidien de Kabbale, le 20/09/15

Se plaindre des ténèbres alors qu’il y a une Lumière Infinie

laitman_528_01Question : Comment dois-je considérer le groupe : dois-je penser que tout le monde comprend déjà tout et qu’ils attendent seulement ma correction, ou devrais-je penser que chacun de nous se trouve dans un seul bateau, avec un seul désir ?

Réponse :
Nous sommes ensemble de quelque manière que vous le regardiez. D’une part, il s’agit d’un groupe important et très avancé à la hauteur de la réparation finale; d’autre part, c’est un groupe qui attend de moi, tandis que je le retiens pour ne pas le laisser monter ! Troisièmement, il s’agit d’un groupe dans lequel tout le monde est égal, sauf moi. Ce qui veut dire, de tout point de vue à propos du groupe : d’en haut, au même niveau, et d’en dessous, je suis son obligé.

Je reçois tout des amis ! Mais à cause de mon attitude envers eux, je ne peux pas utiliser tout ce qu’ils me donnent, ce qu’ils irradient vers moi. En raison de mon attitude incorrecte envers eux, je ne peux pas faire une prière (MANMayin Noukvin, une demande pour la caractéristique du don sans réserve) pour eux. Ils voudraient donner sans réserve et m’aider, mais ils ne sont pas prêts à le faire ! Leur don sans réserve réel envers moi est possible seulement en fonction de mon MAN, ma demande.

Ils font tout pour moi ; ils se préparent pour prendre soin de moi, mais je n’élève pas de prière (MAN) pour eux. Je ne les considère pas comme importants et je ne crois pas que je serais capable d’obtenir quoi que ce soit d’eux. Je n’y crois pas et je ne les vois pas comme les plus grands de la génération, de sorte que je fige tout ici et là.

Question :
Alors, comment puis-je me tourner vers les amis avec une prière, avec MAN ?

Réponse :
Essayez de croire qu’ils ont tout ce dont vous avez besoin. Ensuite, vous aurez un lecteur pour vous tourner vers eux. Le groupe a tout ; il est dans l’état de Ein Sof (Infini) ! Mais nous ne pouvons pas découvrir la Lumière minimale de Nefesh de Nefesh en lui.

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale du 19/02/14, Talmud Esser Sefirot

Qui peut être un élève ?

Laitman_001_01Question : Puis-je devenir votre élève ? Je me suis familiarisé avec la sagesse de la Kabbale cette année.

Je lis des livres, regarde vos enregistrements vidéo, et je me suis inscrit à la formation virtuelle, mais je voudrais vraiment savoir comment vous déterminez si une personne est prête à devenir votre élève. Est-ce parce que vous pouvez voir le niveau de préparation de la personne pour servir le Créateur ?

Réponse :
Une personne détermine cela par elle-même en fonction de l’appel de son cœur. Si elle a un réel désir de découvrir le sens de la vie, elle doit le développer par sa connexion aux gens qui étudient dans nos cours. Bonne chance !

L’essentiel est d’attendre la révélation

laitman_527_06Question : Je voudrais poser une question et je tiens à comprendre avec mon intellect précisément, et non à travers les émotions et les sentiments, mais spécifiquement comprendre avec mon intellect. Vous dites que tandis que nous lisons Le Livre du Zohar, nous devons le saisir comme un remède, comme une perfusion, comme un médicament, sans aucune connexion avec si oui ou non nous voulons comprendre Le Livre ou pas.

Cependant, je ressens le désir. Je ressens constamment un certain manque si je ne lis pas ce livre au moins une fois par jour. Quelque chose me tire vers le texte. Je veux comprendre intellectuellement ce qu’est cette attraction.

Comment cela se reflète-il sur l’intention si les textes m’intéressent tout simplement ? Parfois, je me suis même interdit d’entendre la lecture du Zohar et, de façon délibérée, j’écoute une autre partie de la leçon. Est-ce correct de le faire ?

Réponse :
Écoutez ce que vous voulez et ne vous limitez pas. L’essentiel est de ne pas faire d’erreur, mais d’attendre que la Lumière Supérieure, la Lumière Environnante, vienne compléter son action, son don sans réserve, et puis de découvrir ses résultats : votre clarification de la révélation du monde supérieur et du Créateur.

Chacun sa place

laitman_533_02Question : Que dois-je faire si j’ai tendance à m’endormir pendant la leçon ?

Réponse :
Dormez ! Je suis sérieux. Le point principal est que vous êtes entre amis. Dormez ! Le Rabash avait l’habitude de dire cela, et je m’y suis habitué.

Au début je pensais : « Comment est-ce possible ? Après tout, je dois faire quelque chose ! » Il y avait des gens qui avaient l’habitude de venir dormir pendant trois heures. Il y a aussi de telles personnes ici, mais je ne les estime pas moins que je ne valorise les autres, car ils font un effort en venant ici ! Franchement, ça ne me dérange pas du tout. J’apprécie cet ami comme tout autre membre du groupe, comme personne d’autre.

Question :
Mais je ne veux pas venir ici pour dormir durant la leçon ! Il devrait y avoir un certain niveau d’importance.

Réponse :
Tout d’abord, vous devriez être heureux d’avoir une place parmi les amis. C’est très significatif. Vous venez ici et prenez votre place et pas quelqu’un d’autre. C’est mieux si tout le monde a sa propre place, que vous ayez trouvé votre place.

Ensuite, le travail collectif commence : l’étude, les ateliers, et la lecture des articles. De préférence, l’ensemble de notre étude devrait être sous la forme d’ateliers, comme nous étudions TES, Le Livre du Zohar et les articles, puisque les discussions aident à extraire plus que d’habitude à partir d’une personne.

De la Semaine Mondiale du Zohar, « Convention de l’Éducation Intégrale », Jour Trois, Atelier n°5 du 04/02/14