Category Archives: Créateur

Combien de noms le Créateur a-t-Il ?

Question : Que signifie « les noms du Créateur » ? Combien de noms le Créateur a-t-Il ?

Réponse : Toutes les choses qui existent dans l’univers sont les noms du Créateur parce que tout ce que nous expérimentons vient de Lui. Que nous parlions de couleurs, de sons, de formes, et ainsi de suite, ce sont tous des manifestations du Créateur.

Question : Alors pourquoi est-il écrit dans les livres kabbalistiques que le Créateur a 72 noms ?

Réponse : C’est différent. Selon l’inclination de votre désir à être semblable au Créateur, proportionnellement à cette similitude, vous pouvez commencer à Le ressentir. La plus grande sensation du Créateur s’exprime en 72 noms, ce qui est Sa manifestation générale au niveau élevé.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 21/01/2018

Ne laissez pas l’intelligence surpasser l’action

Question : Il est écrit : « Sa sagesse est plus grande que sa force. » Qu’est-ce que cela signifie ?

Réponse : Selon la Kabbale, c’est très mauvais lorsque l’intelligence, la sagesse, surpasse l’action. Parce que tout d’abord, j’ai besoin d’être humble et de recevoir des connaissances plus élevées. Et lorsque je comprends ces connaissances, je dois alors travailler avec elles à l’intérieur du groupe.

Durant le processus de travail avec elles, à quoi servent toutes ces actions, tout devient clair pour moi, et seulement alors je commence à les utiliser comme mes propres pensées, mes propres méthodes.

Question : « Nous ferons et nous écouterons» s’applique-t-il également ici ?

Réponse : Oui. D’abord, l’action doit être réalisée parce qu’uniquement cela attire la Lumière supérieure, et à l’intérieur de cette Lumière, nous commencerons à tout comprendre.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 03/12/2017

À quoi ressemble le Créateur ?

Question : L’un des grands kabbalistes a-t-il jamais vu le Créateur avec sa propre vision intérieure ? À quoi ressemble-t-Il ? Peut-être que c’est idiot, mais je veux désespérément L’imaginer en quelque sorte. Si une goutte d’eau est l’analogue réduit d’un océan, alors il doit y avoir un analogue visible de la personnalité du Créateur.

Réponse : Premièrement, le Créateur n’a pas de personnalité. Deuxièmement, lorsque nous, sans comprendre, imaginons quelque chose, nous ne pouvons pas « pointer » quelque chose vers le Créateur. Le Créateur n’est rien d’autre que la qualité de la connexion, du don sans réserve et de l’amour. C’est quelque chose de non-objectif, sans volume ni image. C’est une qualité que nous pouvons identifier chez une personne qui la possède.

En d’autres termes, s’il y a la qualité du don sans réserve dans n’importe quelle mesure, force ou pouvoir en vous, alors on peut dire que le Créateur est incarné en vous et dans cette partie Il existe à l’intérieur de vous.

Question : Une personne peut-elle voir que le Créateur est incarné en elle ?

Réponse : Non, voir cela est impossible. Ce n’est que lorsqu’un individu atteint la qualité du don sans réserve et de l’amour qu’il peut, de l’intérieur de lui-même, ressentir avec sa vision intérieure combien le Créateur existe en lui et même le mesurer.

Le fait est que la sagesse de la Kabbale permet de mesurer les qualités, les sensations, les forces des désirs, les écrans, la distance et la proximité de la force de l’amour ou de la force du rejet, et ainsi de suite. En fin de compte, ils nous donnent tous l’image de la similitude de forme ou du mouvement vers l’unité avec le Créateur. Une personne peut ressentir à quel point elle est proche ou loin de comprendre le « Créateur ».

Question : Peut-on dire qu’il y a le Créateur et qu’il y a Ses qualités ?

Réponse : Non. Lorsque nous disons « Créateur », nous voulons dire des qualités. Sur le plan matériel, nous voyons uniquement des qualités ; il nous semble que ce sont des objets. En fait, ce sont toutes des forces.

Tout est composé de deux forces : la force de la réception et la force du don sans réserve. Leurs interactions créent toutes sortes de formes pour nous.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 21/01/2018

Comment réussir ?

Question de Facebook : J’ai eu beaucoup de conseils différents sur comment réussir. Quel est votre conseil en tant que kabbaliste pour réussir ?

Réponse : D’abord, imaginez que vous avez du succès et que vous n’avez pas besoin de devenir quelqu’un.

Deuxièmement, le succès est soit éphémère soit parfait et éternel, et alors c’est le succès dans la connexion au Créateur, dans l’ascension au-dessus de notre monde. Si vous souhaitez ce genre de succès, la méthode de la Kabbale est à votre service.

Sur le chemin de sa réalisation, vous comprendrez qu’avancer est considéré comme réussir.

Extrait de KabTV, « L’Actualité » avec Michaël Laitman le 27/02/2018

Comment accomplir votre mission

Question : Comment puis-je découvrir ce que je dois faire pour accomplir ma mission ? Pourquoi est-ce difficile de le comprendre ?

Réponse : J’ai seulement besoin de travailler dans mon petit groupe, à l’intérieur d’un grand nombre de nos groupes, et de toujours penser à la façon dont nous nous entraidons pour devenir un système unique. Dans nos dizaines, nous acquérons graduellement la sensation du don sans réserve et de la réciprocité appelée « le Créateur ».

Dans cette sensation que je ressens existante dans la dizaine, je commencerai à me voir comme étant dans le monde supérieur. C’est ce à quoi nous devons parvenir.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 17/12/2017

Le bonheur pour un kabbaliste

Question : Qu’est-ce que le bonheur pour un kabbaliste ?

Réponse : Le bonheur pour un kabbaliste est une opportunité de remplir les autres et à travers eux, le Créateur. Cependant, par moi-même je ne peux pas donner sans réserve au Créateur ou recevoir de Lui, mais seulement à travers un tampon, qui est le groupe, et même mieux, l’ensemble de l’humanité.

Question : Quelle est la plus grande joie d’un kabbaliste ?

Réponse : Cela découle de l’action où il peut donner sans réserve au Créateur à travers le groupe, et découvrir le Créateur, voir comment l’un entre dans l’autre, comment le groupe devient un tampon entre lui et le Créateur, et comment tous ensemble, les trois d’entre eux, se rencontrent dans ce groupe, dans cette masse.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 31/12/2017

Diffuser la Kabbale : le carburant pour la correction

Depuis le Ari, la sagesse de la Kabbale a pu se répandre au sein de toutes les nations du monde. Après tout, le monde est entré dans l’ère du Machiakh (Messie), et par conséquent toute propagation de la connaissance de la Kabbale est favorable à la correction du monde.

Et avant cela, il y avait une interdiction de diffuser la Kabbale, car elle accélérait le développement du monde, ce qui était préjudiciable au peuple d’Israël. Il s’est avéré que les forces égoïstes ont accéléré leur développement, dépassant le développement des forces du don sans réserve, c’est-à-dire d’Israël. (1)

Le prophète Isaïe a dit que les nations du monde porteront les filles d’Israël sur leurs épaules jusqu’au Temple, c’est-à-dire vers la fin de la correction, pour une adhésion complète entre le Créateur et les créations. Gravir la montagne du Créateur est une lourde tâche, qui dépasse les capacités du peuple d’Israël (des désirs légers, des désirs pour le don sans réserve). Par conséquent, la diffusion de la sagesse de la Kabbale au sein des nations du monde est tellement nécessaire : c’est le moteur qui poussera toute la correction en montant jusqu’au Machiakh. (2)

Extrait de la 3ème partie de la leçon de Kabbale, Écrits du Baal HaSoulam, « Le Shofar du Messie » du 16/04/2018

(1) : à 0 minute 0 seconde
(2) : à 7 minutes 40 secondes

Arrivez avant Lui

Chaque chose a son propre temps, mais Israël accélère le temps. Je veux ainsi devancer le Créateur et arriver le premier à notre rendez-vous. C’est pourquoi je suis si pressé. Tout est déjà établi et fixé, mais je ne romps pas les règles du programme du Créateur : je veux seulement arriver avant Lui. C’est précisément par notre tentative d’accélérer le temps que nous montrons notre aspiration et notre amour.

Extrait de la 2ème partie de la leçon de Kabbale, Talmud des dix Sefirot, Volume 1, Partie 3, Chapitre 3, Point 5 du 08/04/2018

Comment peut-on mesurer la dévotion de l’âme ?

Lors de l’étude de la Kabbale, il faut s’efforcer non seulement de devenir plus sage en recevant de nouvelles connaissances, mais surtout de modifier ses sensations afin que le cœur change et se développe. Le cœur apprend à ressentir les phénomènes supérieurs qui nous sont inaccessibles maintenant, les actions de don sans réserve et d’union. Ils sont au-dessus de notre raison.

Dans la Kabbale, il y a un concept de « foi au-dessus de la raison ». La connaissance est ce qui correspond à la raison. Selon la mesure de ma compréhension, je suis capable de donner, sachant que cela me fera du bien. Je vais dans un magasin et paye pour avoir des biens. Il n’y a pas de problème avec cela.

Mais il n’y a pas de foi au-dessus de la raison dans notre monde. Où puis-je obtenir le pouvoir supplémentaire pour le don sans réserve au-dessus de la raison ? D’après ce que je comprends, je suis prêt à payer deux euros pour un café, et on me demande de payer vingt euros au lieu de deux, pour une quelconque bonne cause. Où puis-je obtenir la force pour donner les dix-huit euros supplémentaires ?

Le pouvoir qui me donne l’occasion de faire un travail supplémentaire, de faire des efforts supplémentaires et de sacrifier mon égoïsme est appelé « foi ». C’est ce à quoi nous devons aspirer. C’est seulement de cette façon que l’on peut mesurer combien je donne vraiment. Et cela ne vient pas de mon calcul raisonnable, mais du désir de donner à l’Hôte.

En d’autres termes, je donne au-dessus du calcul de combien j’ai reçu de Lui et suis prêt à Le dédommager, mais de manière complètement désintéressée. C’est ce que l’on appelle la dévotion de l’âme lorsque je suis prêt à Lui donner le monde entier même si je n’obtiens rien de Lui.

Extrait de la 2ème partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, Talmud des dix Sefirot, le 21/03/2018

Pourquoi n’y a-t-il pas de contrainte dans la spiritualité ?

Question : Si le monde matériel existe sous le contrôle du spirituel et de ses lois, alors pourquoi n’y a-t-il pas de contrainte dans la spiritualité, mais y en a-t-il ici dans la matérialité ?

Réponse : Dans la spiritualité, il est impossible de forcer qui que ce soit parce que nous n’avons aucun moyen d’influencer l’égoïsme de telle sorte qu’il refuse de recevoir du plaisir et qu’il commence à désirer sa propre correction.

Seul le Créateur agit de cette manière. C’est ce que l’on appelle le chemin de la souffrance. Mais cette souffrance humaine (les guerres, les problèmes, toutes sortes de maladies, etc) a un effet spirituel simultané sur les gens.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 19/11/2017